Jour 13 – Départ pour une randonnée de trois jours dans les villages Karen


Ce que vous n’oublierez pas :
  • La découverte de la forêt
  • La gentillesse du guide
  • La soirée dans le premier village Karen dans la famille du guide

Trajet pour rejoindre les montages des tribus Karens

Le rendez – vous avec le guide est fixé à 9h30 devant l’hôtel. Les sacs sont prêts, remplis avec le strict minimum : le poncho, bien sûr, plus une fourrure polaire pour le soir, un sac à viande ou un duvet pour dormir, un spray antimoustique, une paire de basquettes qui ne craint ni la pluie ni la boue, un ou deux tee – shirt de rechange, une trousse de pharmacie, une lampe frontale et un maillot de bain. Avec tout ça, vous êtes prêts à affronter la jungle la plus hostile ! Pour le reste, c’est le guide qui gère toute la logistique. Il vous prend à l’hôtel et vous ramène trois jours plus tard. Entre temps, vous n’avez qu’à vous laissez vivre et profiter de ce qui vous entoure. Les vraies vacances, en somme ! !

Tout le monde s’entasse dans le 4 x 4, et c’est parti pour les montagnes du Nord. Au bout d’une heure de route, le chauffeur s’arrête sur la place d’un village devant un petit marché. Vous ne serez pas seuls. On dirait que tous les touristes de Chiang Mai qui partent en trekking se sont donnés rendez – vous au même endroit et à la même heure. Chacun en profite pour faire ses derniers achats, pour faire notamment le plein de bouteilles d’eau, et visiter le marché. Le secteur des viandes et des poissons est aussi riche en couleurs qu’en odeurs. On regarde, on passe en retenant sa respiration. !

Le voyage reprend. Les véhicules chargés de touristes se dispersent vers des directions différentes. Vous êtes enfin seuls, sur une petite route cabossée et vous vous dîtes que vous avez vraiment bien fait de choisir l’option « voyage à la carte ». La civilisation s’éloigne peu à peu, avec en même temps le risque de croiser la police. Alors le chauffeur vous propose de monter sur le toit du 4 x 4, histoire de bien prendre l’air. C’est marrant, ça secoue, mais ça fait vraiment très mal aux fesses ! La route est parfois très mauvaise, toute en virage et raide comme des montagnes russes. Au milieu de nulle part, le chauffeur s’arrête soudain. Une personne attend au bord de la route. Ils semblent se connaître et entament la conversation. En fait, c’est le point de rendez – vous avec le vrai guide, celui qui vit ici et qui va vous faire découvrir sa région pendant trois jours. Le chauffeur du 4 x 4 n’était qu’un intermédiaire. !

Rencontre avec un guide, un vrai …

Chacun se présente poliment. Le guide s’avère tout de suite très sympathique. Il vous fait visiter le temple de Bouddha caché dans la végétation qui domine une large vallée. L’endroit est très beau. Les statues s’intègrent parfaitement dans la nature luxuriante. Le guide explique en anglais toute l’histoire de ce site, le rôle qu’il joue dans la région. Il en profite aussi pour vous faire découvrir des plantes, goûter des épices. Le séjour commence bien ! !

 TEMPLE EN PLEINE NATURE
TEMPLE EN PLEINE NATURE

Retour dans le 4 x 4 pour parcourir les derniers kilomètres qui mènent au village de Khun Wang. Le chauffeur vous donne rendez – vous dans trois jours. Vous voilà seuls avec votre guide qui propose le premier repas afin de prendre des forces avant de débuter la randonnée. Le riz et la sauce sont savamment pliés dans des feuilles de palmiers qui font office d’assiettes. Ici pas de couteaux, ni de fourchettes, il faut apprendre à manger avec des baguettes taillées dans une sorte de roseau bien vert. Ce n’est pas facile, mais on n’a pas le choix ! !

Trekking en pays Karen

Le guide montre le chemin. Il descend tout d’abord dans le creux d’un ravin puis suit le cours d’une petite rivière. Il faut parfois jouer les équilibristes au dessus de l’eau pour ne pas se mouiller les pieds. Si vraiment on ne peut pas traverser, le guide coupe un arbre et le jette en travers de la rivière pour passer à pieds secs. Tout est humide et boueux, alors au bout d’un moment, on ne fait même plus attention et on y va carrément. A cette saison, le temps est souvent couvert. Il bruine de temps en temps, mais ça ne mouille pas. Le guide connait bien la forêt. Il vous fait goûter toutes sortes de fruits et de plantes. Il ramasse des champignons peu ragoutants pour sa soupe à lui. Il y a même des chanterelles. Mais ce sont des fausses, des imitations thaïs, des contrefaçons comme la plupart des choses qu’on trouve dans ce pays ! Vous rencontrerez probablement vos premières sangsues. Elles adorent les endroits humides et sombres. En deux temps trois mouvements, elles sont sur vous et s’installent sur vos chevilles. Ce n’est pas grave du tout. Il suffit juste d’un petit contrôle de temps en temps afin de les enlever avant qu’elles ne soient ancrées trop solidement. Pour les ôter, on tire dessus, et si elles résistent, on les brûle avec un briquet. Ca fait un peu ambiance guerre du Viet Nam ! !

 MAMBA VERT SUR LE CHEMIN
MAMBA VERT SUR LE CHEMIN

Une nuit dans la maison du guide

Le chemin devient de plus en plus large et abandonne progressivement la forêt pour traverser des champs cultivés. Le guide pénètre dans les propriétés, cueille les fruits pour vous les faire goûter. Il connait tous les paysans des alentours. C’est normal, il vous emmène dans son propre village ! La randonnée se termine à la nuit tombée devant sa maison où sa famille vous accueille. Vous vous installez dans une grande pièce séparée dans laquelle sont posés au sol une dizaine de matelas et autant de moustiquaires. La maison est sur pilotis, pour que les esprits, les poules et les cochons puissent circuler librement par-dessous. En attendant le repas, vous pouvez faire un petit tour dans le village, mais c’est vraiment minuscule et les maisons sont éparpillées dans la forêt. !

panneau Thailande
HEUREUSEMENT QU’IL Y A UN GUIDE !

La famille du guide s’occupe de vous préparer à manger. C’est un repas de roi qui est servi sur la grande table devant la maison. Il y a de quoi nourrir trois fois plus de personnes. Les plats sont nombreux et délicieux. Il nous propose même du coka ou de la bière. Le guide allume un feu pour éloigner les moustiques. Comme il fait nuit noire et que le froid tombe vite, la soirée se termine rapidement au fond des duvets ou sous les couvertures prêtées par la famille. !

Les Karens

Les Karens sont les représentants d’un groupe ethnique de quatre à cinq millions de personnes dont 10 % vivent en Thaïlande et 90 % au Myanmar. Ils possèdent leur propre langue. Ils sont réputés pour leur habileté à dresser les éléphants. Chaque famille vit sous un même toit regroupant, parents, enfants et grand – parents. Traditionnellement, il n’existe pas de noms de famille. Il est usuel d’appeler quelqu’un le père de … ou la mère de … suivi du prénom de son fils ou de sa fille aîné. Le riz et le bambou sont à la base de la vie quotidienne. Ils cultivent également une grande variété de fruits et de légumes pour leur consommation ou pour vendre sur les marchés. Leur alimentation est agrémentée de petits animaux de la jungle, de poissons, de champignons, de guêpes, de hannetons, de chenilles et de cigales. Les maisons sont construites sur pilotis avec du bambou, et sont recouvertes de feuilles. Le rez-de-chaussée sert d’abri pour les animaux domestiques. Autrefois, les plus riches propriétaires bâtissaient leur habitation en tek, mais de nos jours, le prix est devenu trop prohibitif. Les villages Karens ont été médiatisés grâce aux films « Largo Winch 2 » et « John Rambo » de Sylvester Stallone.

  


Guide de voyage Thaïlande - Copyright Jean-François Gueux