A propos de votre santé


Les vaccins obligatoires et recommandés

Les autorités sanitaires thaïlandaises n’imposent pas de vaccinations obligatoires, cependant il est recommandé d’être à jour avec les vaccins de base, notamment ceux de la typhoïde et de l’hépatite A. Si votre séjour sort des sentiers battus, il est nécessaire de faire le point avec un médecin spécialisé dans les maladies tropicales qui ajustera la protection à votre parcours.

Faut – il prendre un traitement contre le paludisme ?

Le paludisme est peu présent dans le pays. Mises à part les zones forestières frontalières du Nord, avec le Laos et le Myanmar, les autres régions sont exemptes de la maladie. Le soir, au moment de la volée, la meilleure protection consiste à se couvrir les bras et les jambes et à pulvériser un spray anti-moustiques de type insect écran sur les parties qui restent exposées. Les moustiques qui volent la nuit sont les seuls vecteurs du paludisme. Ils sont le plus actifs au moment du coucher du soleil (c’est l’heure de la volée). Les moustiques qui sévissent le jour véhiculent la dengue. Au cas où votre voyage vous entrainerait dans des contrées éloignées telles que dans le triangle d’or, avec nuits dans les villages, alors il est également conseillé de consulter un médecin des maladies tropicales qui vous prescrira un traitement approprié si nécessaire.

Attention aux insectes

En forêt, il peut arriver que vous dérangiez un nid de guêpes ou de frelons. Ceux – ci sont belliqueux et attaquent sans prévenir. Ils poursuivent et piquent les agresseurs involontaires jusqu’à ce qu’ils se soient éloignés d’une trentaine de mètres de leur nid. Les piqûres sont violentes et très douloureuses. Suivants les personnes et les doses injectées, les manifestations peuvent être spectaculaires : gonflements, cloques, fortes douleurs. Il est prudent de se munir de crème désinfectante et d’antistaminiques à utiliser immédiatement. Si vous apercevez un nid, n’hésitez pas à prendre le large : contournez-le et rejoignez le chemin un peu plus loin. Sinon préparez vous à courir !

Les dangers de la mer

Une autre source de danger se trouve sous l’eau cette fois-ci : les coraux et les rochers. Le moindre contact est aussi doux que celui d’une râpe à fromage. Les rochers immergés sont recouverts de coquillages ou de coraux aussi coupants que des rasoirs. Par endroit, il y a tout juste assez de fond pour nager. Le risque vient des vagues qui se cassent sur la barrière de corail et qui vous ballotent dans à peine cinquante centimètres d’eau. Si vous vous frottez aux coraux, votre bronzage sera immédiatement lacéré. En vous promenant dans les îles, vous croiserez immanquablement des tourismes qui ont vu les rochers de trop près. Les bras, les jambes, le visage sont recouverts de bandages. Pas très beau à voir…

Liste des médicaments de première urgence

Bien qu’il y ait de nombreuses pharmacies dans les villes principales, il est conseillé d’emporter avec soi une trousse d’urgence pour faire face aux premiers soins. Voici une liste de médicaments de base qui permet de gérer les situations les plus classiques. Gardez – la à portée de main pendant votre voyage ! A moins d’être médecin, l’usage de ces médicaments n’est pas toujours évident. Le plus simple est d’emporter également les notices avec vous.

Si vous prenez un traitement spécifique que vous devez conserver avec vous en cabine pendant le voyage en avion, gardez avec vous les ordonnances et faites mentionner par votre médecin le nom de la molécule en plus du nom générique du médicament, cela facilite les discussions à la douane.

Check list médicaments

Aspirine 500 à dissoudre dans l’eau

Anti-douleurs, fièvres

Efferalgan 500 orodispersible

Anti-douleurs, fièvres

Amoxicilline

Antibiotique à spectre large contre les infections

Drill

Maux de gorges (fréquents dans les lieux trop climatisés)

Humex

Traitement contre le rhume

Voltarène 100 mg ou Nexen 100 mg

Anti-inflammatoire

Nifluril 250 mg

Anti-douleur (mal de dents)

Spasfon

Mal de ventre

Tiorfan

Traitement contre les diarrhées

Immodium lingual

Traitement pour stopper la diarrhée

Diafuryl

Traitement pour soigner la diarrhée

Collyre Chibro – Cadron

Contre les inflammations, irritations, corps étrangers

Collyre Desomedine

Nettoyage antiseptique des yeux

Biafine

Contre les brûlures (coups de soleil)

Compeed

Ampoules

Sparadrap + gaze

Ampoules

Bande et strapping

Entorses et foulures

Solution antiseptique en minidose

Désinfectant en cas de coupures ou petites blessures

Beaume du tigre

Traitement universel contre les coups, les rhumes

Apaisil

Crème désinfectantes contre les piqûres d’insectes

Aerius

Antistaminique contre les piqûres d’insectes

Insect écran

Spray anti-moustiques


Potabilité de l’eau

L’eau du robinet est impropre à la consommation. Pour éviter tout risque de contamination, il faut prendre soin de ne boire que de l’eau vendue en bouteilles cachetées. On en trouve absolument partout, à toute heure du jour et de la nuit, dans les sites touristiques, les marchés, les petits supermarchés ouverts souvent 24h/24.

Le danger le plus courant provient des jus de fruits frais mélangés avec des glaçons, ou bien des salades lavées avec de l’eau non stérilisée. Si vous ne résistez pas à la tentation de goûter aux jus de fruits, demandez – les sans glace. Quant aux salades, c’est à vos risques et périls !

L’eau contaminée peut transmettre la tourista. On s’en rend compte assez rapidement ! Par contre, l’ingestion d’amibes est beaucoup plus sournoise. Ces petites bestioles s’accumulent dans le foie et l’intestin, végètent parfois pendant plusieurs dizaines d’années, et un beau jour se multiplient pour former des kystes très dangereux pour la santé.

L’eau polluée n’a pas de goût, pas d’odeur, pas de couleur particulière. Elle est toujours mélangée à d’autres produits qui sont souvent très appétissants. C’est ce qui fait que le risque d’infection est insidieux mais bien réel. Alors soyez prudents.

Si vous avez prévu de partir en forêt, en autonomie totale pendant plusieurs jours, emportez avec vous des pastilles désinfectantes de micropur ou d’hydrochlonazone qui permettent de rendre potable un litre d’eau de n’importe quelle rivière ou lac : un comprimé par litre d’eau suivi d’un temps de repos de une à deux heures.

Les voyageurs les plus soupçonneux se limiteront à ne boire que de la bière !

De nombreuses rivières traversent la Thaïlande, surtout dans les montagnes du Nord. Il est tentant de se rafraîchir dans les torrents et les cascades. Mais avant de vous baigner, assurez – vous qu’il n’y a pas de traces d’animaux en amont, notamment d’éléphants ou de buffles. Leurs déjections transmettent des maladies (vers, filaires, amibes) qui sont véhiculées par l’eau. Par mesure de sécurité, il faut au minimum éviter tout contact avec l’eau stagnante.

Sauter dans les cascades est une attraction très appréciée dans les montagnes du Nord. Les guides n’hésitent pas à vous faire plonger dans des marmites depuis des rochers de plusieurs mètres de hauteur, dans des rivières à gros débits. Cette activité nécessite la plus grande prudence, et les guides ne la respectent absolument pas. Ils sautent sans aucune hésitation, parce qu’ils ont déjà sauté la veille, mais n’imaginent pas une seconde que la rivière charrie des branches et même des rochers qui se coincent au gré des courants, surtout en période de mousson, là où l’eau les entraîne. Sondez la vasque avant de vous lancer, c’est une précaution élémentaire qui peut éviter de très graves accidents.


  


Guide de voyage Thaïlande - Copyright Jean-François Gueux