Jour 17 – Transfert pour Pakchong et le parc national de Khao Yai


Ce que vous n’oublierez pas :
  • Le train pour Pakchong
  • Les paysages du parc de Khao Yai
  • La balade jusqu’à la cascade de Haew Suwat
  • La nuit sous tente à Khao Yai

Voyage en train jusqu’à Pak Chong

A 5h50, comme convenu, le contrôleur vient vous tirer de votre sommeil alors que le soleil émerge à peine. « Arrivée à Ayutthaya dans dix minutes ! ». Branle-bas de combat général ! En fait, bien qu’il reste encore deux heures de train pour atteindre Bangkok, tout le monde se lève.

Vous voilà sur le quai de la gare d’Ayutthaya, sac sur le dos, bien content d’être sorti du congélateur. Vous rejoignez la gare en enjambant les rails. Ici, ça ne surprend personne. Cet endroit a un petit parfum d’aventure qui continue ! Renseignez – vous au guichet pour prendre vos billets pour la première correspondance qui va vous conduire à Pakchong. Demandez le dépliant des horaires des trains, cela vous servira pour le retour. Sachez cependant que tous les trains qui circulent ne sont pas systématiquement enregistrés, et que ceux qui viennent de loin ont souvent beaucoup de retard. Vous pouvez consulter le tableau d’affichage qui peut vous donner une petite idée de ce qui vous attend. L’attente théorique est de deux heures trente. Cela vous laisse le temps de prendre votre petit déjeuner, avec les moyens du bord. Il n’y a pas grand-chose autour de la gare, à part un petit marché de nourriture très local. C’est l’occasion de découvrir des aliments parfaitement inconnus. On se fie à l’aspect et à la couleur, mais le résultat est parfois surprenant. Dans les allées du marché, des moines en sari safran font l’aumône. Ils entassent dans des grands sacs la nourriture que leur offrent les passants en échange d’une prière ou d’une bénédiction. Si vous allez jusqu’au bout de la rue, vous tomberez sur une large rivière à moitié recouverte de bancs de nénuphars qui dérivent au gré du courant.

TROIS JEUNES MOINES
TROIS JEUNES MOINES

Quelques minutes avant l’arrivée du train, le chef de gare vous fait signe de traverser les voies pour aller attendre sur le quai d’en face. Quand le train s’arrête, on comprend tout de suite que cela n’a strictement rien à voir avec le train de nuit. Les wagons sont pleins. Tous les sièges sont occupés, y compris celui dont le numéro est inscrit sur votre billet. Il y a en moyenne trois personnes sur une banquette prévue pour deux. Alors vous ferez comme tout le monde, vous ferez comme vous pourrez, d’abord pour poser vos sacs quelque part, puis pour vous trouver un petit coin qui puisse vous contenir en vous pliant le moins possible. Au début, on est tenté de rester dans l’allée, mais ça devient très vite infernal car les vendeurs de nourriture qui parcourent le train en aller-retour pour fourguer leurs produits aux voyageurs, vous montent dessus toutes les deux minutes. Si vous voulez goûter aux grillons caramélisés, c’est le moment ! Heureusement, le trajet n’est pas trop long. Deux heures tout de même … !

Comment rejoindre le parc national de Khao Yai

La gare de Packchong est toute petite. Il faut encore une fois traverser les rails à pied, mais à présent, cela n’étonne plus personne ! De l’autre côté des voies, quelques taxis attendent les rares touristes. Si cela est possible, vous pouvez vous associer avec d’autres voyageurs pour affréter un Songthaew. Ces espèces de pick up couverts peuvent transporter une dizaine de personnes. Quel que soit le nombre de passagers et quelle que soit votre destination finale dans le parc, le prix est le même. L’entrée du parc se situe à une bonne trentaine de kilomètres de la ville. Elle ressemble à un check point militaire. Des hommes en uniforme contrôlent les voitures et les passagers qui pénètrent à l’intérieur du parc.

Plan du parc de khao yai
ALIGNEMENT DE BOUDDHAS AU TEMPLE DE WAT PHO

De l’autre côté de cette limite, la route devient magnifique. Elle traverse des zones montagneuses recouvertes de forêts denses avec par endroit des zones de hautes herbes parfaites pour l’observation des animaux. Sur le bord de la route, des hordes de macaques se prélassent sur le goudron en ignorant complètement la présence des véhicules.

Parc de Khao Yai

C’est l’un des plus grands parcs naturels de Thaïlande avec une superficie de 2170 km². Les paysages sont variés : forêts denses, forêts d’altitude, prairies. Il abrite une population d’animaux prestigieux comme le tigre, l’éléphant, le léopard, le crocodile, le cobra royal. Une dizaine de sentiers balisés permettent de parcourir le parc et d’observer sa faune et sa végétation généreuse. La fréquentation qui dépasse le million de visiteurs par an en fait un des parcs les plus réputé du pays. Il est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité. Il est à tord peu parcouru par les touristes, mais c’est une des destinations préférées des Thaïs du fait de sa proximité avec Bangkok.

Camper dans le parc de Khao Yai

Le taxi vous dépose dans le camping de votre choix. Il n’y en a que deux à l’intérieur du parc. Nous vous recommandons celui de Pha Kluai Mai. C’est le plus éloigné de l’entrée, mais il est spacieux, bien aménagé et se trouve au départ de balades intéressantes. Avant de laisser repartir le taxi, prenez la précaution d’organiser avec lui votre retour sur Packchong. Soyez très clair sur l’horaire et le lieu du rendez-vous. Vous pouvez lui faire confiance, il sera ponctuel.

A l’accueil du camping, il est possible de louer l’intégralité du matériel du parfait campeur : tentes, matelas, duvets, couvertures, coussins pour des prix très raisonnables. L’équipement est en bon état et il y en a pour tout le monde. Ce n’est pas la peine de réserver à l’avance, même en période d’affluence. Il y a aussi une petite épicerie qui empêche de mourir de faim. Ceux qui aiment les chips seront ravis, les autres mangeront mieux le soir, dans le petit restaurant qui se trouve au fond du camping. La nourriture est simple, bonne et pas chère du tout. Mais attention, il ferme assez tôt. Les derniers clients s’en vont avec la nuit.

Si vous souhaitez obtenir des informations sur les itinéraires de randonnées dans le parc, sur les animaux, ou réserver un guide, alors ce n’est pas du tout le bon endroit. Le personnel du camping est en tenue de rangers mais à part ça, ce sont de simples fonctionnaires qui n’ont même pas une carte du parc à vous montrer. Pour cela, il faut soit vous contenter des renseignements contenus dans les guides de voyages, soit retourner en stop au visitor center.

Randonnée jusqu’à la cascade de Haew Suwat

Après avoir installé les tentes et avaler un délicieux paquet de pringles en guise de repas de midi, il est possible de faire une jolie petite randonnée le long d’une rivière pour rejoindre les chutes de Haew Suwat Falls. Le chemin, qui correspond au trail numéro 2, part du camping et chemine au milieu de la forêt dense pendant deux kilomètres environ. Il est bien balisé. Au départ, il est même goudronné et aménagé dans les parties un peu escarpées. Au bout de quelques minutes, il se transforme en sentier plus ou moins boueux, marqué par des bandes rouges peintes sur les arbres. Difficile de se perdre car il suit d’assez près le cours de la rivière. Il faut compter deux heures et demi en prenant son temps pour faire l’aller simple. Avec un peu de chance et un bon coup d’œil, vous pouvez croiser des varans, des singes, des toucans, des mangoustes et même des crocodiles ! Les sangsues ne vous épargneront pas. Mais on prend vite l’habitude de surveiller ses chevilles et de les enlever avant qu’elles ne s’accrochent. Si on évite de s’arrêter dans les endroits humides, il n’y en a pas tant que ça.

Sur le chemin de la cascade
REGARDER BIEN SUR LES BERGES DE LA RIVIERE

La balade se termine sur un grand parking accessible par la route. C’est un lieu très prisé des Thaïlandais. Ils viennent jusque là en voiture et parcourent à pied les derniers mètres qui les amènent en face de la splendide cascade rendue célèbre grâce au film « La plage ».

Cascade
La cascade du film « LA PLAGE »

Pour le retour, vous pouvez rentrer par le même chemin, ou bien emprunter la route s’il commence à faire sombre. N’oubliez – pas les lampes de poches dans vos sacs à dos ! Ne flâner pas trop en chemin si vous voulez arriver avant la fermeture du restaurant !

Après manger, il fait nuit noire, il ne fait pas si chaud et à part aller se coucher, il n’y a pas grand-chose d’autre à faire. Si vous avez encore un peu de courage, prenez vos frontales et allez vous promener sur la route qui mène à la cascade. La barrière est fermée, il n’y a plus de voiture et la vie de la forêt reprend le dessus.

 AVERTISSEMENT DANS LE CAMPING
AVERTISSEMENT DANS LE CAMPING

Avec les lampes, on éclaire les fourrés. Les yeux des animaux deviennent fluorescents. Cela va du petit point lumineux qui révèle la présence d’une araignée, aux gros yeux bien espacés qui vous regardent fixement avant de disparaitre sans un bruit : une biche ? Un félin ? La nuit, le moindre craquement ou un mouvement dans les buissons deviennent tout de suite mystérieux et éveillent l’imagination. Et si c’était un tigre ? Il parait qu’il y en a dans le parc. On est à moitié rassuré, on ne s’éloigne pas trop du camping et on file se réchauffer dans les duvets !


  


Guide de voyage Thaïlande - Copyright Jean-François Gueux