Jour 15 – Dernier jour de randonnée et retour à Chiang Mai


Ce que vous n’oublierez pas :
  • Le bambou - rafting
  • Les bouddhas géants
  • Le marché de nuit de Chiang Mai

Pendant toute la nuit, les grillons, grenouilles et autres bestioles en tout genre font un vacarme de tous les diables. Le soleil n’est même pas encore levé que les poules et les coqs prennent le relai. Le réveil est inutile dans ce village ! A 7h30, quand le petit déjeuner est servi, il y a longtemps que la vie a commencé pour tous les villageois. Le menu est toujours aussi consistant, et une heure plus tard, tout le monde se retrouve avec le ventre plein et le sac au dos, prêt à partir. .

 LES MAISON DANS UN VILLAGE KAREN
LES MAISON DANS UN VILLAGE KAREN

Le chemin serpente au milieu des rizières où travaillent hommes, femmes et enfants. Les couleurs sont magnifiques. L’itinéraire emprunte parfois des portions de routes ou des chemins plus ou moins carrossables. Ils nous amènent jusqu’à un village de femmes – girafes. Il est entouré d’une haute palissade qui masque complètement la vue vers l’intérieur. C’est évidemment fait exprès parce que pour voir, il faut payer. Ca fait bien rire le guide qui s’empresse de commenter que les vraies femmes – girafes n’existent plus depuis longtemps, et que celles – ci enfilent vite leurs colliers dès que les touristes arrivent pour les quitter aussitôt qu’ils ont le dos tourné. .

Les femmes girafes

Les femmes Karens reçoivent leur premier anneau autour du cou entre cinq et neuf ans. Ensuite on en rajoute jusqu’au mariage, ou si la femme ne se marie pas assez tôt, jusqu’à ce que le poids des anneaux atteigne dix kilos. Le triste record s’élève à vingt – huit pièces. Les anneaux sont censés protéger des morsures de tigres, mais c’est en fait surtout une question de beauté et d’esthétisme. Autrefois, le port des anneaux était obligatoire chez les Karens. Aujourd’hui, cette pratique a pratiquement disparu et est devenue purement artificielle. Les rares femmes qui revêtent encore cette parure le font pour attirer les touristes et s’assurer un modeste revenu. Avec les anneaux, le cou peut s’allonger jusqu’à trente centimètres. En fait, ce sont les épaules qui s’affaissent, créant ainsi cette illusion d’optique. Les femmes girafes n’enlèvent en principe jamais leurs anneaux car leur cou est tellement affaibli qu’elles n’y survivraient pas plus d’une semaine. Cela peut être le cas si elles ont trompé leur mari. C’est alors leur mère, leur sœur, ou leur tante qui ont la charge de retirer les anneaux. Parfois le mari pardonne et les fait remettre deux ou trois heures après leur retrait.

Baignade dans les cascades

On passe notre chemin, direction une grosse cascade de 7 ou 8 mètres de haut qui motive beaucoup plus le guide que les femmes – girafes. Le jeu consiste bien sur d’escalader la barre rocheuse pour se jeter dans l’écume. Jeu agréable, mais jeu dangereux. Il y a beaucoup de courant et rien n’interdit qu’un rocher ou un tronc d’arbre invisible ne se soit pas coincé sous l’eau pendant la nuit. L’argument du guide est que de nombreuses personnes sautent chaque jour et que ça ne risque absolument rien. Lâchement, c’est plus prudent de le laisser passer en premier et d’atterrir exactement au même endroit que lui. Ce petit bain tombe à pic, l’eau est rafraîchissante et remplace la douche du matin ! .

Bambou – rafting

Au bout du chemin, un pick up en piteux état vous attend pour vous ramener à la civilisation, sur une vraie route, avec du vrai goudron. Une petite pause repas dans un restaurant de type routier et vous voilà reparti pour une nouvelle aventure : vous allez descendre une rivière en bambou – rafting. Il s’agit tout simplement de radeaux construits avec des grosses tiges de bambous. Quand tout le monde est installé à bord et que l’embarcation est bien équilibrée (on met les gros au milieu !), le guide se propulse dans le courant à l’aide d’une perche. La rivière circule au milieu du couvert végétal assez dense, ou dans de petites gorges encaissées. Quelques petits rapides ajoutent un peu de piquant à cette descente très agréable. Les guides plaisantent entre eux, se jettent des fruits arrachés au passage, se poussent dans l’eau. Tout le monde termine la descente complètement trempé. Un véhicule attend à l’arrivée pour remonter les passagers au point de départ. Pour les guides, c’est le plus dur qui commence : les radeaux sont tellement lourds qu’il faut les démonter complètement et les charger pièce par pièce dans un 4 x 4 pour retourner à la base. .

Pour vous, l’heure est venue de dire au revoir à votre guide. C’est ici que les chemins se séparent. Si vous avez été satisfaits de ces trois jours passés en sa compagnie, laissez – lui un pourboire. Il n’y a pas de règle, ni d’obligation, c’est comme vous le sentez. En ce qui nous concerne, nous avons réalisé ce trek avec Gévéo et nous avons été enchantés. Si vous avez la possibilité de vous arranger avec l’agence de voyage pour partir avec lui, nous ne pouvons que vous le recommander ! .

Visite des Bouddhas géants

Le chauffeur de l’aller est au rendez – vous pour vous ramener à Chiang Mai. Sur les conseils de Gévéo, il s’arrête en chemin pour vous faire visiter un temple très réputé dans la région. Il est composé de quatre immenses Bouddhas dorés, érigés au sommet d’une colline. Ils se tournent le dos et regardent chacun un des quatre poins cardinaux. Du haut de la butte, la vue s’étend sur toute la plaine alentour, avec en prime, une belle perspective sur l’immense escalier bordé de dragons qui descend jusqu’au pied du temple. Sous les mains des Bouddhas, vous remarquerez les énormes essaims d’abeilles qui pendent en bourdonnant.

4 IMMENSES BOUDDHAS SURVEILLENT LA VALLEE
4 IMMENSES BOUDDHAS SURVEILLENT LA VALLEE

Vers 16h00, vous êtes de retour à votre hôtel, et vous appréciez d’avoir au préalable réservé votre chambre. Elle va d’ailleurs se transformer instantanément en immense séchoir à linge parce que vous n’avez certainement plus un seul vêtement de sec !

Le marché de nuit de Chiang Mai

Le soir, c’est visite du marché de nuit de Chaing Mai. On s’y rend facilement à pied depuis l’hôtel. L’endroit est assez spectaculaire. Des dizaines de boutiques proposent toutes sortes d’articles qui attirent tous les touristes de la région. Il y a beaucoup de monde, mais c’est bien agréable de se laisser porter par le courant, de déambuler devant les échoppes et de négocier pour le plaisir un souvenir, un tee – shirt, une paire de gants de boxe, le dernier faux I-phone qui vient tout juste de sortir en France, ou une rollex à 5 euros. Pour manger, il y a l’embarras du choix. Vous avez tout sous la main pour passer une excellente soirée et terminer en beauté ces trois jours de dépaysement absolu. .


  


Guide de voyage Thaïlande - Copyright Jean-François Gueux