Jour 17 – Visite de la région de Puna


Ce que vous n’oublierez pas :
  • Le village fantôme de Kalapana
  • L’étrange ville de Pahoa
  • Les sources d’eau chaude de Ahalanui Park
  • Les piscines naturelles de Kapoho Tide Pools
  • Cap Kumukahi

Le district de Puna a mauvaise réputation. Les habitants de Hilo l’appellent le ghetto. D’après eux, c’est une zone de non-droit où la police ne va jamais. Mais curieusement, quand on vadrouille dans cette région, on constate que les paysages sont splendides, que la ville principale possède un magnifique commissariat, et que la plupart des habitations sont des résidences de luxe. Ne serait-ce qu’une façade ? Toujours est-il que la région de Puna vaut vraiment le détour. Ce district est accessible grâce à la route n°130 qui le coupe en deux du Nord au Sud.

La route n°130 s’arrête brutalement au bord de l’océan, bloquée par une gigantesque coulée de lave. Elle est descendue des flancs du Pu’u’o’o en 1990 et a complètement rasé le village de Kalapana. Depuis, une poignée d’habitants irréductibles sont revenus et ont rebâti leur maison sur la roche stérile. Pas d’eau courante, pas d’électricité. Des panneaux solaires, des éoliennes et des réservoirs d’eau assurent leur autonomie. Pour apprécier la sauvagerie de ce village en train de renaître, n’hésitez-pas à continuer la piste taillée dans la lave sur quelques centaines de mètres. Elle se termine rapidement en cul de sac, parce que plus loin, il n’y a plus rien.

RECONSTRUCTION DE KALAPANA
RECONSTRUCTION DE KALAPANA

Pahoa est la capitale du district. C’est une étrange ville qui rassemble un concentré d’originaux et d’adeptes de sectes en tout genre. La rue principale pourrait servir de décors à un western. La faune locale fréquente notamment le supermarché bio Island Natural. Chaque client mériterait un portrait ! Même si vous n’êtes pas fan de produit bio, allez-y ne serait-ce que pour voir les spécimens qui défilent à l’intérieur ! Profitez-en pour acheter un casse-croute et allez pique-niquer au Lava Tree State Monument Park. Il y a de quoi se mettre à l’ombre ainsi que des sanitaires. Un petit chemin aménagé serpente à travers une forêt qui a repoussé par-dessus une coulée de lave. A l’origine, la forêt existait déjà, mais le flot de lave fut si violent que le magma remontait le long des troncs en les calcinant. Il ne reste aujourd’hui que le vestige de cette éruption. Tout le long du chemin se dressent des cheminées de lave durcies, gardant l’empreinte de tous ces arbres qui ont brûlés sur place.

Pohoiki road est une petite route qui relie Pahoa à la côte. Elle est magnifique. Quand elle rejoint la route n°137, prenez à gauche et arrêtez-vous 1,5 kilomètres plus loin à Ahalanui State Park. Ce minuscule parc encercle une piscine naturelle d’un mélange d’eau douce et d’eau salée. D’un côté, une ouverture étroite donne sur l’océan et de l’autre, des sources chaudes sortent des rochers et réchauffent la piscine. Ce lieu est très agréable et attire pas mal de monde : quelques touristes mais aussi les locaux qui se rassemblent régulièrement pour chanter en chœur, faire de l’artisanat, honorer leurs dieux invisibles. Ils sont excentriques, bizarres, ailleurs. C’est sûr, ils voient des choses que nous ne voyons pas !

PISCINE D’EAU CHAUDE DE AHALANUI
PISCINE D’EAU CHAUDE DE AHALANUI

Un peu plus loin, vous trouverez les fameuses Kapoho Tide Pools. Cet endroit est plutôt discret, mal indiqué. Depuis la route n°137, dépassez le milles 9 et prenez la première à droite, la Kapoho Kay road. Engagez-vous malgré les inscriptions inscrites sur le sol. Il faut se garer le long de la route, avant de rentrer dans les maisons. N’allez pas plus loin car « the neighborhood is watching you » ! Ensuite, on continue à pied en suivant les inscriptions « tide pools » qui sont taguées sur le goudron. Vous constaterez que les villas que vous longerez ne ressemblent pas vraiment à l’image qu’on pourrait avoir d’un ghetto. Les privilégiées sont construites sur pilotis et ont une vue incroyable sur l’océan. A leurs pieds se trouve une étendue d’eau toute calme et peu profonde qui se vide et se remplit aux rythmes des marées. C’est absolument génial pour le snorkelling. Ce labyrinthe de bassins emprisonne de nombreuses espèces de poissons, murènes, tortues qui sont très facilement visibles. Par endroit, l’eau est chauffée naturellement grâce à l’énergie fournie par le volcan. Aucune vague, aucun courant. On sort de l’eau uniquement parce qu’à la longue, le froid se fait sentir. Une combinaison shorty est d’ailleurs bien pratique, surtout pour les enfants.

KAPOHO TIDE POOL
KAPOHO TIDE POOL

De retour sur la route n°137, lorsqu’elle tourne à gauche à angle droit, prenez complètement à droite et empruntez la piste de terre qui mène au cap Kumukahi. 2,5 km de tôle ondulée tout à fait accessibles aux véhicules standard. Ce cap est le point le plus à l’est d’Hawaii. Il parait que l’air qu’on y respire est le plus pur du monde car il n’a pas rencontré autre chose que de l’eau salée sur plus de 4000 km depuis qu’il a quitté la Californie.

Avec un 4x4, c’est possible de rejoindre Champagne Pond. Sinon, ce sera à pied en plein soleil sur 1,8 km. Par contre, l’objectif en vaut la peine. Cela ressemble à Kapoho Tide Pools, en tout aussi grand, mais en plus sauvage. Depuis la côte, si vous avez de la chance, vous pourrez voir les baleines qui s’approchent très près des falaises. Elles croisent dans les parages entre Novembre et début Mai.

Pour dormir dans les environs, il n’y a pas de possibilités pour les petits budgets. Alors il faut retourner au Namakanipaio Campground ou faire du camping sauvage. Il y a quelques coins tranquilles le long de la côte, loin de tout, sans aménagement. Mac Kenzi Campsite par exemple. Les gens de Hilo déconseillent de le faire parce que d’après eux, la région n’est pas sûre. Si vous décidez cependant de dormir par ici, vous vous apercevrez que toute la côte est balayée par les vagues et qu’il n’est pas possible de se baigner. Cela explique la présence des nombreuses plaques commémoratives scellées dans les rochers. Avant de vous installer, vérifiez que vous n’êtes pas tombés sur une date anniversaire, sinon vous allez passer une très mauvaise nuit !


  


Guide de voyage Hawaï - Copyright Jean-François Gueux