Jour 5 – Visite du parc des volcans – Napau trail


Ce que vous n’oublierez pas :
  • Le Napau trail
  • La vue sur le Pu’u’o’o
  • Les immenses coulées de lave qui se jettent dans l’océan

Après la nuit agitée, on aimerait faire la grasse matinée, mais les effets du décalage horaire sont encore sensibles, et finalement, la journée commence tôt. Tant mieux, autant en profiter.

L’objectif de la journée est de visiter le parc des volcans. Mais de jour, cette fois-ci ! Le permis d’entrée s’achète au poste de garde. Il est valable pour un véhicule et une durée de sept jours, avec autant d’allers et venues que l’on souhaite. Un arrêt au Visitor Center s’impose. Les photos, les vidéos et les commentaires sur les curiosités du parc sont intéressants. Les rangers sont à votre disposition pour proposer des itinéraires de randonnées à la hauteur de vos envies. Il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux. Tous les chemins sont balisés et se parcourent librement et gratuitement.

Pour une balade à la journée, les rangers conseillent souvent le Napau trail, en partant du bas. Cette randonnée de cinq heures au total permet de traverser toutes sortes de paysages, avec un final assez spectaculaire. Prévoyez de quoi manger et boire, et une protection contre la pluie. Un poncho fait parfaitement l’affaire.

Le point de départ se trouve sur la Chain of Craters Road, au parking/point de vue appelé Kealakomo. Le chemin commence de l’autre côté de la route. Il est bien marqué au début mais dès que la végétation disparait, il se perd au milieu des immenses coulées de lave solidifiées. Une petite boîte aux lettres contient un cahier et un stylo. Il vous est demandé d’inscrire vos noms et votre heure de départ pour informer les rangers que vous vous êtes engagés sur ce sentier. Quand le chemin n’est plus lisible, il suffit de suivre les cairns pour s’orienter. Même par mauvais temps, les cairns sont suffisamment rapprochés pour qu’il n’y ait pas de risques de se perdre.

LAVE PAHOEHOE
LAVE PAHOEHOE

Les reliefs dessinés par la lave sont étonnants. Vous apprendrez très vite à choisir le meilleur endroit pour marcher. Vous rencontrerez trois types de lave bien différents :

- La lave pahoehoe (ça se prononce pa oye oye) : ce sont des coulées de lave très fluide qui se refroidissent en formant une surface régulière, à l’aspect de gros coussins. Pahohoe signifie « lisse et doux » en Hawaïen. C’est plutôt agréable de marcher dessus. - La lave cordée : il s’agit en fait d’une variante de la lave pahoehoe. Cela ressemble à une épaisse peau d’éléphant plissée. Les vagues solidifiées sont souvent creuses à l’intérieure. La marche sur ce type de lave peut devenir vite pénible. - La lave de type ‘a’a : les coulées de lave ‘a’a sont très visqueuses. Elles ressemblent à des amas de blocs incandescents qui roulent les uns sur les autres. Une coulée active de lave ‘a’a progresse doucement en faisant un bruit de vaisselle cassée. Quand ce type de coulées se solidifie, marcher dessus est un vrai cauchemar ! Une coulée pahoehoe peut se transformer en coulée ‘a’a quand la pente devient très faible.

Quand la lave est jeune, sa couleur est généralement très sombre et sa surface est recouverte de minuscules aiguilles fragiles qui s’incrustent sans problèmes dans la peau au moindre contact. Avec le temps, la surface s’érode et s’oxyde. Les aiguilles disparaissent et la lave perd son éclat noir pour tirer sur le gris mat ou le rouge.

LAVE CORDEE
LAVE CORDEE

La première portion de la randonnée se déroule essentiellement sur les coulées de lave. De temps en temps, une ancienne route épargnée par le volcan apparaît sur quelques dizaines de mètres et facilite la progression. Les orchidées et les fougères aux couleurs flashy envahissent toutes les fissures. La végétation reprend le dessus. Par endroit, la croute superficielle s’est effondrée et laisse apparaître l’intérieur des tunnels de lave : les skylights. 5,2 km de marche et 250 m de dénivelée mènent à l’embranchement avec le sentier qui arrive du Mauna Ulu parking. A partir de ce carrefour, prendre à droite et poursuivre sur 3,2 km en plein milieu de la forêt. Le sentier longe le cratère presque parfait du Makaopuhi et s’arrête nette face à celui du Napau. Un pas de plus et vous atterrissez au pied de la falaise, cinquante mètres plus bas. Le lieu est parfait pour pique-niquer. Devant vous, le paysage est immense. Vous êtes aux premières loges pour contempler le cratère du Pu’u’o’o en pleine activité. Son sommet accueille un lac de lave qui s’épanche en souterrain ou en aérien jusqu’à l’océan depuis 1983 ! Au delà, l’accès est interdit car les coulées de lave peuvent inonder la zone à n’importe quel moment.

Le retour se fait par le même chemin. Il reste donc 8,3 km à parcourir pour rejoindre la voiture. Au passage, n’oubliez pas de signaler l’heure de votre arrivée sur le cahier d’enregistrement, pour informer les rangers que vous êtes rentrés sains et saufs.

Puisque vous êtes sur la Chain of Craters road, autant en profiter pour aller jusqu’au terminus. La route traverse des paysages incroyables. Elle serpente au mieux, au milieu des coulées plus ou moins récentes, longe la côte, et s’arrête brutalement. A partir du parking, le volcan a tout ravagé. C’est là que commence le désert de lave. Les puissantes vagues du pacifique viennent exploser contre les falaises. Ce n’est pas vraiment l’endroit pour se baigner !

OCEAN PACIFIQUE AU PIED DU KILAUEA
OCEAN PACIFIQUE AU PIED DU KILAUEA

Selon les années, il est possible de voir les coulées se jeter dans la mer. L’accès à pied est actuellement défendu, mais cela peut changer d’un jour à l’autre. On peut évidemment braver l’interdiction et y aller discrètement quand il fait nuit. Vous risquez de payer une amende si les rangers vous repèrent. Mais c’est un moindre mal, car sachez que cet endroit est extrêmement dangereux ! Les coulées se solidifient au contact de l’eau et créent des plateformes qui petit à petit avancent dans l’océan. Ces plateformes sont très instables et bougent constamment. Il arrive que des pans entiers se fissurent et s’effondrent dans les flots. Alors restez à distance et contentez-vous seulement de l’idée que vous vous tenez sur la seule partie des Etats-Unis qui est en expansion permanente !


  


Guide de voyage Hawaï - Copyright Jean-François Gueux