Que voir, que faire en Mongolie ?

Sophie, Journaliste voyages
Sophie, Journaliste voyages

À l’extrémité orientale des steppes d’Asie centrale, enclavée entre la Russie et la Chine, une terre continentale évoque tant de rêves : la Mongolie.
Le « pays du ciel bleu », sauvage, authentique, aux steppes immenses et aux troupeaux d’animaux en liberté. On voyage en Mongolie pour ses grands espaces, mais on vient surtout pour rencontrer le peuple mongol, derniers nomades de la planète. Partez sur les traces du légendaire Gengis Khan ! De la Taïga sibérienne du Khövsgöl au désert de Gobi, de la vallée de l’Orkhon aux hauts sommets de l’Altaï, du lac Terkhiin Tsagaan Nuur au parc national de Terelj, de Karakorum à Oulan-Bator, l’empire des steppes abrite un patrimoine naturel et culturel riche et préservé. Voyager en Mongolie, c’est s’aventurer sur un territoire où l’on ne croise personne pendant des jours entiers, c’est avoir le sentiment d’être en harmonie avec la nature, de la respecter en la parcourant à pied ou à cheval. Il y a peu de pays où l’on ressent aussi intensément l’espace et où les rencontres sont si attachantes. En Mongolie, le voyageur apprend à laisser le moins de traces de son passage. Un voyage exemplaire, initiatique qui rend généreux !
Après avoir travaillé 6 mois en Mongolie pour une agence de voyages locale, je n'avais qu'une envie y retourner pour apprendre à connaître encore davantage ce pays fascinant ! Et c'est chose faite, car depuis, j'ai pu réaliser deux voyages : un en été et un autre en hiver. Et c'est donc en connaissant bien le pays que je peux vous faire partager mes incontournables pour un voyage en Mongolie :

Voir plus

Notre sélection de lieux à voir

Désert de Gobi
Temps de visite : 5 jours
carte

Désert de Gobi note 3

Contrairement aux idées reçues, le désert de Gobi n’est pas une vaste étendue de sable et de dunes. Cette région isolée et rude est devenue progressivement une destination incontournable en Mongolie, pourtant tout y est relativement hostile. À commencer par le climat extrême et ses tempêtes de sable. Les conditions de voyage se sont améliorées et aujourd’hui on peut y séjourner facilement, en camps de yourte ou dans des familles nomades. Ne manquez pas les magnifiques Khongoryn Els, ces dunes de sable que font siffler les vents violents, les ossements et les œufs de dinosaure fossilisés de Bayanzag et les falaises flamboyantes aux tonalités de rouge. Vous verrez peut-être quelques ibex de l’Altaï dans la gorge gelée de Yolyn Am. Visitez les ruines du monastère d’Ongiin Khiid ou initiez-vous à l’escalade dans le massif lunaire d’Ikh Gazryn Chuluu. Loin des circuits classiques, découvrez le canyon de Khermen Tsav, encore plus spectaculaire que les falaises de Bayanzag !

Le conseil de Sophie : Pour vous rendre dans le Gobi, prenez le train. Ensuite, l’idéal est de partir en trek à dos de chameaux pour rejoindre les quelques sites d’intérêts.
Vous aimerez Désert de Gobi pour :
Rando | Merveilles naturelles | Site archéologique

Parc national de l'Altaï Tavan Bogd
Temps de visite : 8 jours
carte

Parc national de l'Altaï Tavan Bogd note 3

Voilà une région peu connue des voyageurs et pourtant mythique : l’Altaï. À l’extrême ouest de la Mongolie, le Parc national de l’Altaï Tavan Bogd, les « cinq monts sacrés de l’Altaï », a des frontières avec la Chine et la Russie. C’est ici que se trouve le plus haut sommet du pays, le mont Khuiten, « le froid », culminant à 4374 mètres d’altitude. Dans cette zone de montagne, on trouve de nombreux glaciers. On grimpe le plus souvent celui de Potanine. Les amoureux d’alpinisme trouveront leur bonheur en tentant l’ascension du Malchin, « le berger » (4037 mètres) ou du Nairamdal, « l’amitié » (4082 mètres). Plus au sud, on passe dans une zone de moyennes montagnes plus accessibles aux randonneurs. Les paysages sont marqués par de vastes forêts de pins et de mélèzes, ainsi que par de nombreux lacs. Dans l’enceinte du parc national, vous pourrez aussi admirer l’ensemble de pétroglyphes de l’Altaï mongol, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ces sites comprennent plusieurs milliers de peintures rupestres et de monolithes turcs.

Le conseil de Sophie : Si vous partez en trek dans l’Altaï, vous devrez être en autonomie, idéalement accompagné d’une équipe locale et de caravanes de chameaux.
Vous aimerez Parc national de l'Altaï Tavan Bogd pour :
Nature | Montagne | Rando | Patrimoine mondial de l'Unesco | Site archéologique

Karakorum
Temps de visite : Une journée
carte

Karakorum note 2

Fondée en 1220, la cité légendaire de Gengis Khan se trouve dans la vallée de l’Orkhon, à plus de 300 km à l’ouest d’Oulan-Bator. Kharkhorin, Karakorum en français, fut la capitale de l’Empire mongol jusqu’à ce que celle-ci ne soit installée à Pékin. Ogoodei, fils de Gengis Khan, développe la cité et fait ériger autour d’elle un mur d’enceinte avec quatre portes et quatre tortues de pierre. Grand carrefour des civilisations situé sur la route de la soie, la ville est entièrement rasée par les troupes Ming en 1380.
Il ne reste plus que quelques vestiges, dont deux tortues en granit. Karakorum ne serait pas d’un grand intérêt si elle n’abritait pas le grand monastère bouddhiste d’Erdene Zuu. Inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO dans la catégorie « paysage culturel de la vallée de l’Orkhon », il est le monastère bouddhiste le plus ancien de Mongolie. Le site est délimité par un mur blanc surmonté de 108 stupas, nombre sacré dans le bouddhisme. Miraculeusement épargné pendant les purges communistes des années 30, Erdene Zuu a été restauré à la fin du XXe siècle et est aujourd’hui redevenu un lieu de culte de même qu’un musée. L’ensemble est impressionnant par sa taille, son histoire, et l’âme qui s’en dégagent mais ne vous attendez pas à une activité religieuse débordante.

Le conseil de Sophie : Essayez de venir à Karakorum lors du Naadam, mi-juillet. La ville s’anime alors pendant plusieurs jours avec courses de chevaux, tournois de lutte mongole et tir à l’arc.
Vous aimerez Karakorum pour :
Architecture | Monuments | Patrimoine mondial de l'Unesco | Sites archéologiques

Khorgo – Terkhiin Tsagaan Nuur
Temps de visite : 2 jours
carte

Khorgo – Terkhiin Tsagaan Nuur note 2

Ce site naturel exceptionnel abrite deux joyaux de la Mongolie : le lac de Terkhiin Tsagaan et le volcan éteint Khorgo. Terkhiin Tsagaan Nuur, le « lac blanc de la rivière Terkh » se trouve à environ 2000 m d’altitude dans la province de l’Arkhangai. C’est un des plus beaux lacs de Mongolie, un endroit très sauvage, presque mystique. Résultat de l’éruption volcanique du mont Khorgo, le lac est cerné de cratères d’autres volcans éteints. Les Mongols viennent souvent ici pour pêcher, des brochets et de nombreuses autres espèces de poissons. C’est une zone très sauvage et néanmoins accessible pendant un voyage en Mongolie depuis la ville de Tsetserleg par exemple. Les amateurs de géologie remarqueront la richesse des environs !

Le conseil de Sophie : Depuis le lac, il est possible de partir en randonnée pour une longue journée de marche en grimpant au sommet du Khorgo, à 2240 mètres d’altitude pour admirer ce cratère recouvert de basalte.
Vous aimerez Khorgo – Terkhiin Tsagaan Nuur pour :
Rando | Lac | Montagne | Volcan | Nature

Lac Khövsgöl
Temps de visite : 5 jours
carte

Lac Khövsgöl note 2

À l’extrême nord de la Mongolie, la province du Khövsgöl est connue auprès des voyageurs pour son magnifique lac et ses paysages montagneux couverts de forêts de pins. À la lisière de la Sibérie, le lac Khövsgöl impressionne par ses dimensions : 136 km de long et 36 km de large. Surnommé le « Petit Baïkal » ou la « Perle Bleue de Mongolie » en raison de son eau très limpide, il contient 2 % des réserves mondiales d’eau douce. Le lac et ses alentours sont classés parc national depuis 1992. On vient au Khövsgöl pour tout un tas d’activités de plein air : équitation et randonnée mais aussi VTT et kayak. Entre les mois de janvier et avril, le lac gèle et devient le terrain de jeu des amateurs d’expéditions hivernales en chiens de traîneau. Cette région de taïga inhospitalière est aussi la patrie des Tsaatans, les éleveurs de rennes au mode de vie traditionnel qui attire les curieux. Le Khövsgöl, lieu profondément sacré et spirituel est aussi la terre du chamanisme. À quelques kilomètres de Mörön, capitale de la province, ne manquez pas les étonnantes pierres à cerfs d’Uushigiin Uver, l’un des plus beaux exemples d’art rupestre de Mongolie.

Le conseil de Sophie : Chaque année au début du mois de mars se tient le Festival des glaces sur le lac Khövsgöl. Ne manquez pas cet évènement célébrant la fin de l’hiver et réunissant les familles mongoles de tout le pays. Le lac gelé devient pendant deux jours le théâtre d’une vraie kermesse avec jeux, chants et musiques traditionnelles, concours de sculptures sur glace et un petit marché avec restauration et artisanat local.
Vous aimerez Lac Khövsgöl pour :
Lac | Montagne | Nature | Réserve naturelle

Parc national de Gorkhi-Terelj
Temps de visite : 3 jours
carte

Parc national de Gorkhi-Terelj note 2

Appelé communément Terelj, ce magnifique parc se trouve à une cinquantaine de kilomètres à l’est d’Oulan-Bator, aux frontières des monts Khentii. À moins de deux heures de route de la capitale, Terelj est une escapade idéale pour ceux qui ont peu de temps. Sauvage, montagneuse et boisée, la région est parsemée de formations rocheuses et traversée de plusieurs rivières. On vient à Terelj pour faire des randonnées à cheval, à pied ou en VTT. L’hiver, quelques séjours en traîneaux à chien sont organisés. Dans une partie du parc, on trouve des infrastructures touristiques de qualité avec plusieurs camps de yourte confortables. Vous pouvez aussi goûter à la vie nomade en séjournant dans une famille d’éleveurs et ainsi en apprendre plus sur la culture locale.

Le conseil de Sophie : Aux portes d’Oulan-Bator, venez assister au festival national des costumes, organisé chaque année au mois de juillet. Dans le parc national Gorkhi Terelj, vous pourrez en savoir plus sur les coutumes, danses et musiques des différentes minorités mongoles.
Vous aimerez Parc national de Gorkhi-Terelj pour :
Rando | Nature | Réserve naturelle

Oulan-Bator
Temps de visite : 2 jours
carte

Oulan-Bator note 2

Surnommée UB et prononcée « youbee », la capitale mongole ne charme pas tout de suite le visiteur pressé de partir vers les steppes. C’est pourtant une ville singulière qui cache quelques trésors et fait tomber les clichés habituels sur la Mongolie. Oulan-Bator dévoile un mélange architectural étonnant, à l’image de la mixité de ses habitants. On y croise des hommes d’affaires, des moines bouddhistes, quelques touristes, des étudiants, des nomades fraîchement arrivés de la steppe toujours habillés de leur habit traditionnel. Camp de base idéal pour faire quelques achats et flâner au Department Store, manger dans de bons restaurants, visiter le musée national de Mongolie, faire la fête dans un karaoké... Prenez un peu de hauteur et grimpez sur la colline de Zaïsan pour avoir une vue panoramique sur la ville. Le mémorial de Zaïsan a été érigé à l’occasion du 50e anniversaire de la Révolution, en l’honneur des soldats soviétiques tués durant la Seconde Guerre mondiale. Une belle fresque de mosaïque illustre le thème de l’amitié entre le peuple mongol et russe. À votre retour en ville, n’oubliez pas d’aller faire tourner les moulins à prières au grand monastère bouddhiste de Gandan. Si vous voyagez en Mongolie au mois de juillet, ne manquez pas le Naadam : la fête nationale mongole, plus grand évènement du pays !

Le conseil de Sophie : Pendant l’été, le Théâtre National d’art dramatique accueille un spectacle de danse et de musiques traditionnelles tous les soirs à 18h. C’est une excellente introduction à la culture populaire des différentes provinces de Mongolie. Découvrez le violon mongol, morin khuur (vièle à tête de cheval) et écoutez les fameux chants diphoniques, consistant à émettre deux notes en même temps.
Vous aimerez Oulan-Bator pour :
Architecture | Artisanat | Monuments | Gastronomie | Marché

Transmongol
Temps de visite : 7 jours
carte

Transmongol note 2

Que diriez-vous de rejoindre ou de quitter la Mongolie en train ? Vous connaissez sans doute le transsibérien, la ligne de chemin de fer mythique reliant Moscou à Vladivostok. Le Transmongol ou Transmongolien est la partie qui traverse la Mongolie. La ligne suit l’ancienne route des caravanes de thé entre la Chine et la Russie, en traversant la Mongolie via Oulan-Bator. C’est à Oulan-Oude en Sibérie que vous bifurquez sur le Transmongolien pour rejoindre Oulan-Bator en moins de 24h. Voyager en train est un moyen de transport économique et surtout une belle manière de découvrir le pays. À bord du train pendant plusieurs jours, on devient rapidement adepte du slow travel, l’art de prendre son temps en voyage. Cela permet de savourer des moments de partage, l’ambiance, la convivialité et d’en savoir plus sur la culture mongole grâce aux rencontres. L’idéal est d’emprunter la ligne sur sa totalité et de traverser ainsi trois pays à bord du Transsibérien : la Russie et le majestueux lac Baïkal, les steppes infinies de Mongolie, le désert de Gobi jusqu’à la grande ville de Pékin.

Le conseil de Sophie : Avant de monter dans le train, munissez-vous du kit du parfait voyageur : quelques snacks à partager, un jeu de cartes ou d’échecs et surtout un bon manuel de conversation indispensable pour communiquer avec vos compagnons de voyage. Attention, il est important de bien réserver vos billets de train à l’avance ! Enfin, pour ceux qui ne craignent pas le froid, un seul conseil : voyagez hors saison.
Vous aimerez Transmongol pour :
Détente

Parc national de Khustain Nuruu
Temps de visite : 2 jours
carte

Parc national de Khustain Nuruu note 1

À 90 km au sud-ouest d’Oulan-Bator, le parc national de Khustain Nuruu mérite qu’on s’y attarde. Il abrite les fameux chevaux de Przewalski (ou takhis), du nom de l’explorateur russe qui les a décrits pour la première fois à la fin du XIXe siècle. C’est une belle histoire à l’origine de ce parc. Celle de la rencontre entre deux passionnés, hollandais et mongol, bien décidé à créer un espace protégé pour que les chevaux sauvages puissent gambader librement. Cette espèce avait disparu de Mongolie dans les années 1960 avant d’être réintroduite grâce à une fondation néerlandaise en 1992. Ancienne réserve naturelle devenue parc national, l’objectif depuis le début est la réintroduction des chevaux de Przewalski et la protection de l’écosystème naturel. Cette zone entre désert et montagne est extrêmement riche en flore et abrite une faune sauvage diverse : cerf, marmotte, chevreuil, lynx, loup gris ou renard roux. Khustain plaira également aux amateurs d’ornithologie avec plus de 200 espèces d’oiseaux dans le parc : aigle royal, gypaète barbu, cygne chanteur ou cigogne noire... Aujourd’hui, le parc de Hustain abrite presque 300 chevaux sauvages.

Le conseil de Sophie : Le parc n’est accessible que si vous êtes accompagné d’un guide local. Vous pourrez dormir uniquement dans les hébergements situés à l’entrée du parc. Pour tenter d’observer les chevaux, rendez-vous aux aurores ou la fin de journée lorsqu’ils viennent s’abreuver dans les gorges du parc. Ces animaux sont farouches, difficiles à voir de près, n’oubliez pas vos jumelles.
Vous aimerez Parc national de Khustain Nuruu pour :
Animaux | Nature | Observation de la faune | Réserve naturelle

Vallée de l'Orkhon
Temps de visite : 5 jours
carte

Vallée de l'Orkhon note 1

Coup de cœur pour la vallée de l’Orkhon, terre de nomadisme par excellence. De nombreux éleveurs installent leur campement chaque année dans cette magnifique vallée classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Si vous croyez que la Mongolie n’offre que des paysages monotones de steppes, découvrez la diversité et la beauté exceptionnelle de la vallée de l’Orkhon : paysages pittoresques, steppes, montagnes, lacs, chutes d’eau, une grande richesse de sa faune et de sa flore. On vous conseille de partir en randonnée à cheval dans les contreforts des montagnes du Khanghaï jusqu’aux chutes de l’Orkhon et de séjourner dans une famille nomade. En totale immersion dans le mode de vie mongol, c’est l’expérience ultime pour découvrir la véritable culture du pays. Berceau de la culture nomade des steppes, riche en vestiges historiques, la vallée fut aussi un carrefour des civilisations à travers le vaste continent asiatique. À proximité, faites une halte à Kharkhorin, ancienne capitale de l’Empire mongol fondée par Gengis Khan au XIIIe siècle.

Le conseil de Sophie : Ne manquez pas l’excursion au monastère de Tövkhön, perché à 2312 mètres d’altitude et découvrez l’ermitage où le premier chef religieux de Mongolie, Zanabazar, composa l’alphabet Soyombo, à l’origine du système d’écriture mongole.
Vous aimerez Vallée de l'Orkhon pour :
Chutes d'eau | Rando | Montagne | Patrimoine mondial de l'Unesco | Rivières

Conseiller où partir
Sophie,
Journaliste voyages

L'avis de Sophie

La Mongolie est une destination qui a souvent bercé les rêves d’ailleurs, d’absolu et de liberté. Lors d’un voyage en Mongolie, la découverte est supérieure à tout ce qu’on pouvait imaginer. Loin des clichés de la steppe monotone, vous serez surpris par la diversité des paysages : rivières, forêts, volcans, lacs, cascades, steppes, taïga, désert, dunes de sable, montagnes, glaciers. Vous rencontrerez un peuple généreux et une culture très forte, une identité à part.
La Mongolie est également une destination adaptée aux voyages en famille, car les infrastructures touristiques et les activités sont nombreuses. Dormir de yourtes en yourtes et se balader à pied ou à cheval dans l’immensité des steppes, un rêve accessible à ceux qui osent s’aventurer en Mongolie !

Carte interactive des lieux à visiter