Les 15 lieux incontournables à voir dans les Alpes

Vanessa, Journaliste montagne/environnement et voyages
Vanessa, Journaliste montagne/environnement et voyages

Cela fait près de cinq ans que j’ai posé mes valises au cœur des Alpes françaises, plus précisément dans le village de la Grave au pied de la majestueuse Meije, en bordure du parc national des Écrins dans les Hautes-Alpes. Mes premiers souvenirs de l’arc alpin remontent à mon enfance, lorsqu’on s’y rendait en famille l’hiver ou à la saison estivale pour camper. Mon premier séjour dans les Alpes fut ainsi un véritable émerveillement, et je n’ai eu de cesse d’y retourner jusqu’à finir par m’y installer !
Il y a en effet tant d’endroits incroyables à visiter et de belles expériences à vivre dans ce massif montagneux unique au monde ! Je vous présente donc ma sélection de lieux à découvrir, allant des plus connus aux plus insolites et confidentiels.
Les amateurs de nature et de grands espaces seront comblés car les Alpes françaises englobent de vastes zones de montagnes et de forêts sauvages : les parcs nationaux de la Vanoise, des Écrins, du Mercantour abritent des paysages magnifiques propices à la randonnée, ainsi qu’une incroyable biodiversité animale et végétale. Avis aux passionnés de sports en tout genre : vous pourrez pratiquer selon les périodes de l’année l’alpinisme dans l’incomparable massif du Mont-Blanc, le parapente au-dessus du lac d’Annecy, le rafting et kayak dans la haute vallée de l’Ubaye, le ski de piste et de randonnée dans une multitude d’endroits dont le charmant village de Saint-Véran…
L’aspect culturel ne sera bien sûr pas en reste car les Alpes jouissent d’un patrimoine historique de tout premier ordre, que vous découvrirez en déambulant dans les ruelles du Vieux-Annecy ou de la ville haute de Briançon. Enfin, votre périple sera aussi l’occasion de savourer une riche gastronomie locale, comme les fameux fromages du Beaufortain. Vous l’aurez compris, les Alpes françaises rassemblent de nombreux points d’intérêts d’ordre naturel, sportif, culturel, gastronomique… Elles sauront séduire tous les profils et tous les âges et peuvent se visiter à toutes les époques de l’année, chaque saison ayant ses propres charmes et spécificités.

Voir plus

Notre sélection de lieux à voir

Évian-les-Bains et le lac Léman
Temps de visite : Une journée
carte

Évian-les-Bains et le lac Léman

Située en Haute-Savoie sur les paisibles rives du lac Léman, Évian-les-Bains est une station de villégiature dont la réputation n’est plus à faire. Elle fut une des cités de l’ancien duché de Savoie et connut son âge d’or au cours des 19e et 20e siècles grâce au thermalisme. On prêtait en effet des propriétés thérapeutiques aux eaux de la source Cachat, lesquelles contribuèrent à la renommée internationale de la ville grâce à la commercialisation de l’eau minérale du même nom. Le Grand Hôtel des Bains fut ainsi construit en 1859 puis suivirent ceux des Quatre Saisons, de France, des Alpes… Villas cossues, théâtres et casinos virent également le jour, fréquentés par de nombreux artistes et écrivains. La période de l’entre-deux-guerres fut celle de l’essor d’un tourisme international de têtes couronnées et de figures mondaines. Aujourd’hui, même si le thermalisme a perdu de sa splendeur d’antan, il reste une raison suffisante pour se rendre à Évian. Son artère piétonne et ses ruelles descendant sur le lac et abritant de belles boutiques et galeries d’art sont une invitation à la flânerie. Les curiosités touristiques sont aussi au rendez-vous : le Palais Lumière ou les anciens thermes de la ville restaurés et transformés en centre culturel et de congrès, l’ancienne buvette de la source Cachat qui est un véritable symbole de l’art nouveau, le funiculaire Evian-Neuvecelle — une pièce unique du patrimoine ferroviaire européen —, les nombreux parcs et jardins dont ceux de l’eau du Précurieux, uniquement accessibles par bateau. On peut enfin y pratiquer de nombreux sports tels que le golf ou bien encore l’aviron, la voile, le paddle…

Le conseil de Vanessa : Avis aux amateurs de musique, la ville organise de nombreux événements culturels tout au long de l'année. Les Rencontres Musicales d'Évian sont un festival international de musique classique qui se tient tous les ans à la fin du mois de juin. Plus confidentiel, le Festival des Musiques et Instruments Rares a lieu quant à lui tous les deux ans également en juin.
Vous aimerez Évian-les-Bains et le lac Léman pour :
Culture | Architecture | sport | Thermalisme | Lac

Sixt-Fer-à-Cheval et son fameux cirque
Temps de visite : Une journée
carte

Sixt-Fer-à-Cheval et son fameux cirque

Considéré comme l’un des plus beaux villages de France, Sixt-Fer-à-Cheval est un site remarquable tant par son architecture traditionnelle de montagne que par ses impressionnantes murailles de pierres qui l’entourent. Peuplé d’environ 800 habitants, il est en fait constitué de plusieurs petits hameaux dont le plus important est celui de Salvagny. Situé au cœur du massif du Haut-Giffre, Sixt est relié par une unique route au reste de la vallée par l’étroit défilé des gorges des Tines formant un véritable verrou glaciaire. La première construction humaine fut celle d’une abbaye en 1144. L’exploitation du bois, l’artisanat et l’agriculture sont encore bien présents mais le tourisme constitue l’activité principale de la commune. La réserve naturelle de Sixt-Passy occupe en effet la plus grande partie de sa superficie : véritable jumeau du Gavarnie pyrénéen, le cirque de Sixt-Fer-à-Cheval est une merveille de la nature. Hémicycle calcaire s’étirant sur près de 5 kilomètres de long et jusqu’à 700 mètres de haut, c’est le plus grand cirque montagneux alpin. Dominé par la montagne emblématique de la Corne du Chamois et des sommets atteignant les 3 000 mètres, une trentaine de cascades y jaillissent un peu partout en été, telles que celles de la Pissette, du Joutton ou bien encore de la Lyre. Cet univers abrite également une grande diversité animale et végétale, dont 28 espèces d’orchidées. La saison estivale ravira les amateurs de randonnée, VTT, alpinisme, escalade, via ferrata, rafting alors que l’hiver sera plus propice à la pratique du ski de fond. Mais surtout, ce sont les fameuses cascades de glace de son cirque qui ont conféré à Sixt-Fer-à-Cheval une renommée internationale. Des glaciéristes du monde entier viennent évoluer sur les formations féériques des cascades figées par le gel.

Le conseil de Vanessa : En été, un sentier sans grandes difficultés s’élève depuis le village jusqu’au fond de la vallée. Très justement nommée la « balade du Bout du Monde », cette agréable randonnée permet d’atteindre en quatre heures de marche les sources du Giffre. On évolue au milieu de magnifiques paysages alpins où l’eau est omniprésente et on a effectivement la sensation d’être en pleine nature et loin de tout !
Vous aimerez Sixt-Fer-à-Cheval et son fameux cirque pour :
Nature | Beau village | sport | Montagne

Chamonix et le massif du Mont-Blanc
Temps de visite : Au moins 2 jours
carte

Chamonix et le massif du Mont-Blanc

Peuplée d’un peu moins de dix mille habitants et située à la jonction des territoires français, suisses et italiens, Chamonix est une ville dont la réputation et la riche histoire ont un retentissement mondial. Nichée dans la vallée de l’Arve au pied du Mont-Blanc, qui constitue le « Toit de l’Europe » avec ses 4 810 mètres, elle est en fait composée de 16 charmants villages et hameaux dont Argentière, le Tour, Montroc… Chamonix fut autrefois un territoire du duché de Savoie mais sa légende naît à la fin du 18e siècle avec les débuts de l’alpinisme. Des pionniers de différentes nationalités, notamment anglais, commencent à explorer cet environnement fascinant de roc, de neige et de glace. La première ascension du Mont-Blanc est ainsi effectuée le 8 août 1786 par Jacques Balma et le docteur Michel Paccard. D’autres grandes réalisations par des alpinistes de divers horizons ont depuis donné à Chamonix son titre de « capitale mondiale de l’alpinisme ». On peut bien sûr se contenter de flâner le long des jolies ruelles de son centre-ville animé et bordé de magasins et galeries. Mais Chamonix est également le point de départ de formidables infrastructures qui donnent un accès unique au monde de la haute montagne : le téléphérique de l’Aiguille du Midi — véritable prouesse architecturale inaugurée en 1955 et culminant à 3 842 mètres d’altitude qui permet d’avoir une vue stupéfiante sur le massif du Mont-Blanc —, le chemin de fer du Montenvers menant à la mer de Glace et à la grotte du même nom… Vous l’aurez compris, Chamonix saura vous séduire toute l’année, que ce soit pour pratiquer alpinisme, escalade, ski, parapente, ou même simplement la randonnée, et quelle que soit votre expérience de la montagne.

Le conseil de Vanessa : La vie chamoniarde est rythmée par de nombreux événements tout au long de l’année mais deux sont particulièrement intéressants et ont lieu chaque année au mois d’août : le 15, la Fête des Guides organise une remise de médailles de la Compagnie des Guides aux nouveaux titulaires et un hommage aux disparus. Plus tard dans le mois, l’Ultra Trail du Mont-Blanc, un événement sportif composé de sept trails, attire des participants du monde entier dans une ambiance survoltée.
Vous aimerez Chamonix et le massif du Mont-Blanc pour :
Nature | Beau village | Culture | Montagne | Architecture

Annecy et son lac
Temps de visite : Une journée
carte

Annecy et son lac

Entourée des massifs des Bauges et des Aravis et bordée par son superbe lac, Annecy mêle une nature et un patrimoine uniques. Surnommée la 'Venise des Alpes', sa vieille ville est une véritable merveille architecturale datant des 17e et 18e siècles : elle est en effet traversée par de nombreux canaux dont celui du Thiou par lesquels le lac se déverse et d’écluses qui régulent les débits. C’est une invitation parfaite à la flânerie le long des ruelles piétonnes bordées de jolies arcades et de fontaines et la rue Saint-Claire est certainement l’un des plus beaux exemples. Vous pourrez également admirer de superbes façades de pierres ou peintes témoignant d’une influence italienne. Les monuments intéressants à visiter ne manquent pas, tels que le palais de l’Isle qui fut en son temps une prison, le manoir de Novel ou encore le très photogénique pont Perrière. La Vieille Ville est un véritable dédale de passages fleuris qui abritent de charmantes boutiques et restaurants. Un parcours thématique autour de l’art a même été mis en place ces dernières années. Mais explorer Annecy, c’est aussi passer du temps au cœur de ses jardins et espaces verts comme les Jardins de l’Europe ainsi que le long de son lac qui offre de nombreuses possibilités de promenades à pied et des pistes cyclables aménagées. Enfin, une visite du château d’Annecy, qui fut un temps la résidence des comtes de Genève et a été aujourd’hui reconverti en musée d’art contemporain, permet de jouir de vues splendides sur la ville, le lac et les montagnes environnantes par sa position surplombante.

Le conseil de Vanessa : Situées à seulement 12 kilomètres d’Annecy, les gorges du Fier peuvent faire l’objet d’une intéressante excursion à la demi-journée. On parcourt ce joli site naturel en longeant la rivière via une passerelle à même la paroi. Les amateurs de sensations fortes préfèreront quant à eux un vol en parapente au-dessus du lac : les environs d’Annecy sont en effet un lieu extrêmement réputé pour la pratique de ce sport.
Vous aimerez Annecy et son lac pour :
Lac | Patrimoine | Rando | Montagne | Sport

L'abbaye d'Hautecombe
Temps de visite : Une demi-journée
carte

L'abbaye d'Hautecombe

Posée sur la rive occidentale sauvage du lac du Bourget au pied du mont de la Charvaz et à dix kilomètres au nord-ouest d’Aix-les-Bains, l’abbaye royale d’Hautecombe occupe un splendide écrin de forêts et d’eaux cristallines. Fondée au début du 12e siècle, elle fut construite par des moines cisterciens puis rapidement occupée par l’ordre bénédictin. Sa prospérité fut précoce car elle possédait beaucoup de terres et recevait une rente annuelle pour prier l’âme des défunts. Elle est en effet célèbre pour être la nécropole de la Maison de Savoie et de quelques rois et reines d’Italie. La Révolution française détruisit une partie des édifices mais une phase de restauration importante eut lieu au 19e siècle par l’architecte piémontais Ernest Melano qui adopta un style gothique troubadour. Ces dernières décennies, l’abbaye connut un réel essor touristique, à tel point que les Bénédictins décidèrent de partir pour celle plus retirée de Notre-Dame-de-Ganagobie dans les Alpes-de-Haute-Provence. Depuis le début des années 1990, elle est ainsi occupée par la communauté du Chemin Neuf qui se charge de maintenir la tradition de prière en y célébrant des offices, d’assurer l’entretien du monument, d’accueillir les visiteurs et d’en faire un lieu de ressourcement et de formation. Près de 1 500 jeunes de tous pays en quête de formation spirituelle ont ainsi séjourné à Hautecombe depuis le début de cette aventure. Seule l’abbatiale peut se visiter en temps normal mais tous les édifices et jardins sont ouverts pendant les Journées européennes du Patrimoine en septembre. On y trouve un rare exemple de grange batelière, conçue pour abriter les bateaux des moines au rez-de-chaussée et conserver les grains à l’étage. Seul témoignage de l’époque cistercienne, elle est aujourd’hui transformée en lieu dédié à la culture, avec des concerts de musique classique, des expositions de photographie et de peinture, notamment lors des Nuits d’Hautecombe qui ont lieu tous les ans au mois d’août.

Le conseil de Vanessa : Les férus d’architecture monastique ne manqueront pas de se rendre aux abbayes de Notre-Dame de Ganagobie et de Boscodon. Situées respectivement dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes, elles sont toutes les deux établies dans de beaux lieux sauvages propices à la contemplation et à la méditation. Elles proposent également des productions artisanales de qualité, des ateliers de calligraphie et d’enluminure ainsi que des sorties nature.
Vous aimerez L'abbaye d'Hautecombe pour :
Patrimoine | Lac | Architecture | Histoire | Culture

Le Beaufortain
Temps de visite : Au moins une journée
carte

Le Beaufortain

Enserré entre Albertville, le massif de la Vanoise et celui du Mont-Blanc, le Beaufortain est une belle région fière de ses traditions située au niveau du bassin versant du Doron. Elle est entourée de fiers sommets tels que le Grand Mont, la célèbre Pierra Menta (un énorme éperon monolithique au sommet d’une arête rocheuse) et constitue l’un des plus beaux belvédères sur le Toit de l’Europe, notamment depuis le Signal de Bisanne à 1 941 mètres d’altitude. C’est également une zone de lacs de barrages où il fait bon se baigner l’été. Le plus populaire est celui de Roselend et fut construit entre 1955 et 1962, gigantesque chantier où près de 3 000 ouvriers ont travaillé jour et nuit dans des conditions très rudes. La Route des Grandes Alpes traverse ce magnifique site d’alpage. Le Beaufortain s’enorgueillit encore aujourd’hui d’une agriculture de montagne riche de traditions, notamment au niveau de la filière laitière avec la fabrication du beaufort. Qualifié de 'Prince des Gruyères' par l’illustre gastronome savoyard Brillat-Savarin au 18e siècle, ce fromage au lait cru de vache est un ingrédient phare de la cuisine savoyarde, utilisé dans la fondue, le gratin de crozets, la polenta… Une Fête du Beaufort est organisée tous les ans en été au col des Saisies avec une bénédiction des troupeaux, des concerts et repas. Beaufort, capitale de la région, vous ravira avec ses ruelles pavées et fleuries ainsi que ses façades colorées et maisons en pierre réparties autour de l’église Sainte-Maxime. Quant à Arêches, elle abrite de magnifiques chalets de bois nichés au cœur d’alpages verdoyants. Située à 1080 mètres d’altitude, c’est une charmante petite station de ski et le paradis des amateurs de ski de randonnée. Hiver comme été, vous pourrez vous adonner aux joies des sports de plein air, que ce soit randonnée, VTT, eaux-vives, escalade ou bien encore raquettes à neige, ski de fond…

Le conseil de Vanessa : Les amateurs de ski ne manqueront pas de se rendre dans le Beaufortain en hiver au mois de mars pour la Pierra Menta, une des compétitions de ski-alpinisme les plus prestigieuses au monde. La première édition a eu lieu en 1986 et chaque année attire un grand nombre de participants venus des quatre coins du monde dans une ambiance festive totalement incroyable. Pendant quelques jours, le Beaufortain vit totalement au rythme de la Pierra Menta !
Vous aimerez Le Beaufortain pour :
Patrimoine | Lac | Montagne | Histoire | Sport

Le parc national de la Vanoise
Temps de visite : Au moins 2 jours
carte

Le parc national de la Vanoise

Situé dans le département de la Savoie, le parc national de la Vanoise s’étend au niveau du massif du même nom entre les vallées de l’Isère, de la Tarentaise et de la Maurienne. Touchant la frontière italienne, il jouxte le massif du Grand Paradis avec lequel il est jumelé depuis 1972, ce qui en fait la réserve naturelle la plus vaste d’Europe occidentale. Fondé en 1963, ce fut le premier parc national créé en France, avec pour mission principale de lutter contre la quasi-disparition du bouquetin à l’époque. Abritant plus d’une centaine de sommets dépassant les 3 000 mètres dont le point culminant est la fameuse Grande Casse avec ses 3 855 mètres, c’est une zone magnifique et sauvage de reliefs imposants et de larges vallées pastorales. Fort de 400 kilomètres de sentiers balisés, le massif de la Vanoise est très prisé des randonneurs, avec notamment le passage des GR5, GR55 et de la Via Alpina ou grand parcours de l’Arc Alpin. On évolue au cœur de somptueux paysages de glaciers et de lacs d’altitude. Les possibilités sont variées, allant de randonnées courtes en famille à d’autres sur plusieurs jours avec nuitées en refuge, les plus belles étant le Tour de la Grande Casse ou bien celui des Glaciers de la Vanoise. La saison de randonnée s’étend généralement entre juin et octobre mais cela dépend de l’enneigement. Vous rencontrerez une faune et une flore exceptionnelles : bouquetins, chamois, hermines, lynx, marmottes côtoient des espèces végétales telles que l’androsace des Alpes, l’edelweiss, la gentiane…

Le conseil de Vanessa : Le parc national de la Vanoise est un trésor de la nature mais il ne faut également pas manquer de faire une halte au très beau village de Bonneval-sur-Arc. Perché à 1 759 mètres d’altitude au fond de la vallée de la Maurienne et au pied du col de l’Iseran, c’est un modèle de village alpin préservé avec sa superbe architecture de maisons trapues en pierre de taille et de toits de lauze.
Vous aimerez Le parc national de la Vanoise pour :
Montagne | Rando | Parc

Le plateau du Vercors
Temps de visite : Au moins 2 jours
carte

Le plateau du Vercors

Massif montagneux des Préalpes à cheval sur l’Isère et la Drôme, le plateau du Vercors culmine à 2 341 mètres au Grand Veymont. C’est un relief sauvage et complexe de falaises, de crêtes et de gorges auquel on donne souvent le surnom de « forteresse ». En 1970, un parc naturel régional y fut créé pour protéger une partie de son territoire : c’est aujourd’hui l’un des principaux massifs forestiers de France et une réserve naturelle abritant une riche biodiversité animale et végétale. Le Mont Aiguille est l’une des montagnes les plus emblématiques du Vercors : superbe promontoire de calcaire, il fut gravi pour la première fois en 1492 par Antoine de Ville accompagné de sept hommes sur ordre du roi Charles VII. Cet exploit pour l’époque est considéré comme l’acte de naissance de l’alpinisme. Le Vercors est caractérisé par des contrastes de paysages importants entre de larges vallées et des gorges profondes comme celles de la Bourne ou du Furon. Les Hauts-Plateaux sont la zone la plus sauvage, où il n’y a ni routes ni habitants. À l’extrémité sud, le Diois vous charmera par son aspect méditerranéen plus marqué, avec ses vignobles et champs de lavande. Quant à la région des Quatre Montagnes, c’est la plus développée du massif et les petites stations d’Autrans, de Lans-en-Vercors et de Villard-de-Lans sont très appréciées des amateurs de ski nordique. La fameuse épreuve de la Foulée Blanche a lieu tous les hivers à Autrans. C’est en effet le royaume du ski de fond avec le profil tabulaire de ses montagnes mais vous pouvez également profiter de balades en raquettes et en chiens de traîneaux. L’été, vous pouvez vous adonner aux joies de la randonnée — 2850 kilomètres de sentiers sont balisés sur l’ensemble du plateau ! —, du VTT, de la spéléo, du canyoning, de l’escalade… Les options ne manquent pas et le Vercors est un de ces lieux envoûtants qui vous donneront envie d’y revenir.

Le conseil de Vanessa : Le village de la Chapelle-en-Vercors, situé au cœur du parc et accessible par une splendide route taillée dans des gorges, mérite lui aussi une visite. On peut y découvrir un site géologique remarquable, celui de la « reculée des Grands Goulets». C’est également un lieu chargé d’histoire : le maquis du Vercors fut en effet un haut lieu de la Résistance et le 25 juillet 1944, les troupes allemandes fusillèrent seize jeunes hommes du village. Une stèle en verre commémorative se dresse aujourd’hui dans la cour de l’ancienne ferme.
Vous aimerez Le plateau du Vercors pour :
Montagne | Rando | Parc | Nature | Sport

Grenoble
Temps de visite : Une journée
carte

Grenoble

Située dans l’axe du sillon alpin à la croisée des massifs du Vercors, de Belledonne et de la Chartreuse, Grenoble est la plus grande métropole des Alpes avec ses sept cent mille habitants et est également surnommée « capitale des Alpes ». Siège de la province du Dauphiné dès le 11e siècle, elle fut réputée pour sa ganterie au 17e siècle, qui connut son apogée au 19e siècle lorsque les gants grenoblois s’exportaient dans le monde entier. Elle est aujourd’hui un grand pôle universitaire et centre scientifique européen ainsi qu’une ville où il fait bon flâner. Dominée par la Bastille, des télécabines emblématiques en forme de bulles permettent d’accéder à cette ancienne forteresse défensive et d’admirer de superbes vues sur les montagnes depuis le belvédère Vauban. Car comme l’écrit Stendhal, « au bout de chaque rue se trouve une montagne. » Le centre historique situé autour du quartier Notre-Dame ne manque pas d’attraits et de curiosités : de nombreuses rues piétonnes et des places animées comme celles de Verdun et Victor-Hugo justifient de s’y attarder quelques heures. La place Grenette où se tenaient les anciennes foires aux grains abrite désormais de nombreux bars et restaurants. Le cœur historique concentre également des hôtels particuliers par son passé de cité parlementaire, dont l’hôtel de Lesdiguières construit au 17e siècle est l’un des plus beaux exemples architecturaux. Grenoble est aussi une ville qui se veut à l’avant-garde en termes d’espaces verts : une cinquantaine de parcs sont disséminés à travers la ville, notamment l’agréable parc Paul Mistral dont l’entrée est marquée par la présence de la vasque olympique des JO de 1968. Les amateurs de culture ne seront pas en reste : le plus ancien musée d’art contemporain en France regroupe des tableaux de Braque, Modigliani, Chagall et de nombreuses œuvres d’art moderne sont présentes à divers endroits de la ville, dont une sculpture monumentale de Calder au niveau de la gare.

Le conseil de Vanessa : Grenoble est la ville la plus plate de France et peut ainsi parfaitement se découvrir en louant un vélo. 300 kilomètres de pistes cyclables jalonnent la métropole, avec notamment d’agréables voies vertes le long des berges. Grenoble est à ce titre l’une des villes les plus en avance en termes de développement durable, avec l’inauguration du premier écoquartier de France en 2011 au niveau de l’ancienne caserne de Bonne.
Vous aimerez Grenoble pour :
Montagne | Architecture | Musées

La Grave et le parc national des Écrins
Temps de visite : Au moins 2 jours
carte

La Grave et le parc national des Écrins

Située à la limite des départements de l’Isère et des Hautes-Alpes dans la haute vallée de la Romanche, la Grave fait partie des plus beaux villages de France et son site naturel absolument exceptionnel ne manquera pas de laisser le visiteur bouche bée. Constitué d’un bourg principal et de six hameaux, il est en effet dominé par le majestueux Grand Pic de la Meije (3982m) et les impressionnants glaciers du Tabuchet, de la Meije et du Râteau. Sa belle église de pierre datant du 11e siècle constitue le cœur du village, où il fait bon se perdre dans ses petites ruelles tortueuses et escarpées. L’émouvant cimetière faisant face à l’immense face nord de la Meije, véritable muraille de roc et de glace, est un endroit propice à la méditation. Un téléphérique unique au monde existe depuis 1976 et donne accès au royaume de la haute montagne. La Grave a acquis au fil des ans une réputation internationale pour la pratique du ski hors-piste en hiver : ici pas de pistes damées ou balisées mais vous évoluez dans un environnement sauvage sous votre propre responsabilité. La saison estivale comblera quant à elle les passionnés d’alpinisme et d’escalade mais aussi les amateurs de belles randonnées. Car le village de la Grave se trouve en limite nord du parc National des Écrins. Créé en 1973, c’est l’une des zones montagneuses protégées les plus vastes de France, regroupant plus de quarante glaciers et cent sommets culminant à plus de 3 000 mètres, dont la fameuse Barre des Écrins avec ses 4 102 mètres. 740 kilomètres de sentiers balisés parcourent le parc et offrent d’innombrables possibilités de randonnée, dont le GR54 qui fait le tour de l’Oisans. Le parc abrite également une très grande biodiversité animale et végétale, avec plus de 4 000 espèces recensées. On y trouve notamment la saxifrage à feuilles opposées, l’espèce végétale poussant à la plus haute altitude en France (4 070m !).

Le conseil de Vanessa : Perché à 2 100 mètres d’altitude à 12 kilomètres de la Grave, le Jardin Botanique du col du Lautaret est l’un des plus anciens d’Europe et constitue une visite des plus intéressantes. Fondé en 1899 par le professeur Lachmann, il offre des vues magnifiques sur les montagnes et glaciers des Écrins et rassemble plus de 2 000 espèces végétales, allant de la flore alpine à des spécimens issus des cinq continents. Il abrite aussi la plus ancienne tufière ou concrétion calcaire connue à cette altitude.
Vous aimerez La Grave et le parc national des Écrins pour :
Montagne | Parc national | rando | Sport | Beau village

Briançon
Temps de visite : Une journée
carte

Briançon

Située à 15 kilomètres de l’Italie au carrefour de plusieurs bassins hydrographiques, Briançon est la ville la plus haute de France avec ses 1 326 mètres d’altitude. Peuplée d’environ 12 000 habitants, cette attachante sous-préfecture des Hautes-Alpes est également l’une des villes les plus ensoleillées du pays, qui jouit d’un climat montagnard sain. Le Briançonnais fut un axe majeur dès l’Antiquité car le col du Montgenèvre séparant la France de l’Italie était un point de passage essentiel sur l’axe Turin-Arles ou Voie Domitienne. Briançon fut une ville militaire de tout premier plan au 17e siècle : sous le règne de Louis XIV, l’ingénieur de génie Vauban exploite le relief des montagnes pour y construire une ceinture de forts défensifs. Ce patrimoine exceptionnel est classé par l’UNESCO depuis 2008 et on peut aujourd’hui visiter ces chefs-d’œuvre de l’art militaire que sont le fort des Trois-Têtes, de Randouillet, des Salettes ainsi que le spectaculaire pont d’Asfeld qui en relie certains. La ville haute, construite sur un ancien verrou glaciaire, mérite elle aussi de s’y attarder quelques heures. On peut y pénétrer par la Porte de Pignerol et l’on découvre alors deux artères principales, la petite et la grande Gargouille, bordées de belles demeures dont celle des Têtes. On peut ressentir l’influence italienne dans les façades colorées et la présence de cadrans solaires. De charmantes boutiques ainsi que de bonnes adresses gourmandes ont élu domicile le long de ses ruelles pavées et on peut aussi visiter sa place d’armes ainsi que son église-collégiale. On peut admirer de superbes vues sur la ville et ses fortifications depuis le site de la Croix de Toulouse. Élue « ville la plus sportive de France », Briançon est enfin le paradis des amateurs de ski avec son vaste domaine de Serre-Chevalier, mais aussi d’escalade, d’eaux-vives, de VTT… Les passionnés de culture ne seront pas en reste avec deux importants festivals de musique qui ont lieu chaque année en été : l’Altitude Jazz Festival et le festival Messiaen.

Le conseil de Vanessa : À deux pas de Briançon, la vallée de la Clarée est un petit bijou avec ses splendides paysages de montagnes et sa nature préservée. Véritable patchwork d’alpages, de forêts de mélèzes et d’architecture traditionnelle, elle peut constituer une intéressante idée de séjour nature. Le joli bourg de Névache peut être un camp de base idéal pour réaliser de belles randonnées dans le fond de la vallée, notamment celle assez accessible du Tour du mont Thabor.
Vous aimerez Briançon pour :
Montagne | Parc national | rando | Sport | Beau village

Le Dévoluy
Temps de visite : Au moins 2 jours
carte

Le Dévoluy

Le massif sauvage du Dévoluy est peut-être l’une des zones les moins connues des Alpes françaises et pourtant, que de trésors et de curiosités il recèle ! Situé au sud-ouest des Écrins à la frontière des Alpes du Nord et du Sud, il englobe les départements des Hautes-Alpes, de la Drôme et de l’Isère. C’est un massif calcaire de toute beauté fortement érodé au cours du temps par l’érosion glaciaire : le terme « Dévoluy » proviendrait ainsi du verbe « dévaler », évoquant les champs d’éboulis et les ravinements des torrents. Ses vallons verdoyants et ses impressionnantes parois rocheuses abritent une riche faune — chamois, mouflons, aigles royaux, hermines — et flore — edelweiss, chardons — et l’élevage est encore une tradition bien ancrée dans cette région au climat montagnard sec et ensoleillé. Royaume de la spéléologie comme les massifs du Vercors et de la Chartreuse, le Dévoluy est réputé pour l’une des formations rocheuses naturelles les plus fascinantes que l’on peut observer : on recense environ cinq cents de ces cavités appelées « chourums » au niveau de la vallée de la Ribière sur le flanc est du massif du Grand Ferrand. Ces dernières ont été creusées par l’action conjuguée du vent et de la pluie sur la roche calcaire. L’eau y pénètre en profondeur au lieu de ruisseler en surface, formant un système complexe d’écoulement souterrain. Les plus célèbres sont le chourum Aiguilles avec ses 980 mètres de profondeur et l’étonnant chourum olympique, une des voies d’ascension du Grand Ferrand. Le Dévoluy est aussi une terre de prédilection pour les activités sportives de plein air été comme hiver : les grandes voies au niveau du pic de Bure et des Gillardes sont réputées pour l’escalade et on y trouve 250 kilomètres de sentiers de VTT balisés, dont une partie de la Grande Traversée des Hautes-Alpes. On peut pratiquer assidûment le ski de piste sur les domaines de Super Dévoluy et de la Joue du Loup, ainsi que le ski de fond et le ski de randonnée.

Le conseil de Vanessa : L’Office du Tourisme du Dévoluy propose des séjours thématiques très intéressants comme celui « au cœur du territoire du loup ». En présence d’un accompagnateur en montagne, vous passerez quatre jours en pleine nature, qui vous permettront de mieux comprendre son organisation sociale, ses déplacements, son habitat et comment l’homme gère le retour au naturel de cette espèce à la fois emblématique et polémique.
Vous aimerez Le Dévoluy pour :
Montagne | Sports | Rando | Nature

Saint Véran et le Queyras
Temps de visite : Au moins 2 jours
carte

Saint Véran et le Queyras

« Le village où les coqs picorent les étoiles » : telle est la devise de Saint-Véran, plus haute commune d’Europe située à 2 042 mètres d’altitude. S’étalant sur un flanc de montagne dans un superbe site ouvert au cœur du parc naturel régional du Queyras, cette petite commune d’un peu plus de 200 habitants est sans aucun doute l’un des plus beaux villages de montagne des Alpes françaises. Son habitat homogène et préservé est en effet caractérisé par une magnifique architecture traditionnelle. La partie basse de ses maisons est construite en murs de schiste et celle supérieure appelée « fuste » est faite de troncs d’arbres empilés croisés aux angles. Quant aux toits, ils sont constitués de beaux bardeaux de mélèzes. Ces grandes bâtisses étaient destinées au stockage du fourrage et attenant se trouvait le « caset », un habitat plus petit et tout en pierre qui abritait familles et bêtes. L’intéressant musée du Soum permet de voir dans une demeure de bois du 17e siècle l’organisation d’une maison-ferme où se déroulait une vie en totale autarcie pendant les longs mois d’hiver. Car le Queyras est longtemps resté à l’écart des grands axes de communication : son accès est tourmenté depuis Guillestre et en 1893, l’ouverture du col de l’Izoard permet de rejoindre Briançon. On peut également admirer l’église principale du village ainsi que de belles chapelles dont celle de Clausis, ainsi qu’une vingtaine de cadrans solaires muraux datant de la Renaissance. Six étonnantes croix de mission portant les symboles de la Passion du Christ sont érigées aux alentours du village en hommage aux missionnaires venus évangéliser ces territoires reculés. Saint-Véran est aussi remarquable pour ses traditions de couteliers et de sculpteurs sur bois. Quant au parc naturel régional du Queyras, il ravira les amateurs de randonnées en tout genre, que ce soit à pied ou en skis. Le village lui-même abrite une charmante station de ski familiale à taille humaine.

Le conseil de Vanessa : Saint-Véran offre l’un des meilleurs sites astronomiques de France. Créé en 1974 et situé à 3000 mètres d’altitude, l’Observatoire de Châteaurenard organise des « Nuis Découverte du Ciel » une grande partie de l’année, offrant aux curieux et passionnés de passer une nuit la tête dans les étoiles. Un télescope vous permet de scruter les merveilles du ciel profond, comme les nébuleuses, galaxies et autres amas d’étoiles. Un programme spécial est proposé les nuits qui précèdent et suivent la pleine Lune.
Vous aimerez Saint Véran et le Queyras pour :
Montagne | Sports | Rando | Nature

La vallée de l'Ubaye
Temps de visite : Au moins 2 jours
carte

La vallée de l'Ubaye

À l’instar du Dévoluy, la vallée de l’Ubaye ne fait pas partie de ces sites auxquels on pense en tout premier lieu lorsqu’on décide de faire un séjour dans les Alpes françaises. Marquant la limite entre le Dauphiné et la Provence, cette vallée d’origine glaciaire se divise en trois parties : la basse, la moyenne et la haute vallée de l’Ubaye. La rivière du même nom qui la traverse naît dans le massif voisin du mont Viso en Italie et est très réputée auprès des amateurs de rafting et de kayak, faisant ainsi de la descente de l’Ubaye un des must des sports d’eaux-vives. De nombreux torrents et lacs comme ceux de Terre Plaine ou des Neufs Couleurs, propices à de belles randonnées, parsèment ses deux principaux massifs du Chambeyron et du Parpaillon culminant à plus de 3 000 mètres d’altitude. Ses vastes forêts de sapins, mélèzes et épicéas abritent une riche faune dont de nombreux chamois et même quelques loups. La vallée de l’Ubaye est également célèbre pour sa riche gastronomie locale, mêlant influences alpines, méditerranéennes et italiennes. On peut y déguster d’excellents produits du terroir tels que la liqueur de génépi, la tomme de l’Ubaye, les tourtons… Petite capitale de cette région reculée — certains grands cols permettant d’y accéder comme ceux d’Allos et de la Bonette sont fermés l’hiver —, Barcelonnette est peuplée de 2 600 habitants et fut pendant la Seconde Guerre mondiale un important centre de la Résistance. C’est une charmante petite bourgade où il fait bon flâner quelques heures. Détail insolite, elle est dotée d’un consulat honoraire du Mexique et compte quelques belles villas d’inspiration mexicaine, vestiges d’une forte émigration au 19e siècle vers ce pays d’Amérique centrale. Certains y firent fortune dans le textile et on compte aujourd’hui 50 000 de leurs descendants ! On peut également visiter la tour Cardinalis, magnifique clocher du couvent des Dominicains.

Le conseil de Vanessa : À deux pas de la vallée de l’Ubaye, le lac de barrage de Serre-Ponçon est une immense retenue d’eau sur la Durance, la deuxième de ce type en Europe par sa superficie. On peut y pratiquer une multitude d’activités nautiques et les environs peuvent constituer un lieu de séjour idéal mêlant lac et montagnes environnantes, avec de superbes paysages à la clé. Au milieu de ses eaux d’un magnifique bleu-vert surgissent les vestiges de l’emblématique petite chapelle Saint-Michel.
Vous aimerez La vallée de l'Ubaye pour :
Montagne | Sports | Rando | Nature | Lac

Le parc national du Mercantour
Temps de visite : Au moins 2 jours
carte

Le parc national du Mercantour

À cheval sur les Alpes-de-Haute-Provence et les Alpes-Maritimes et promontoire le plus septentrional de l’arc alpin, le parc national du Mercantour a été fondé en 1979 et s’étend sur une vaste superficie le long de la frontière italienne. Depuis 1987, il est même jumelé avec son voisin italien sur le massif de l’Argentera. C’est l’un des parcs nationaux les plus sauvages et variés de l’Hexagone, mélangeant des influences alpines et méditerranéennes et formant ainsi une mosaïque incroyable de milieux naturels. On y a recensé plus de 3 000 espèces animales et végétales — la plus grande biodiversité de France — : une quarantaine de plantes endémiques — dont certaines saxifrages et orchidées — poussent sur les territoires de cerfs, chamois, gypaètes barbus, aigles royaux mais aussi de loups qui ont fait leur grand retour depuis l’Italie au début des années 1990. Le parc est un véritable paradis pour la randonnée pédestre, avec ses 600 kilomètres de sentiers balisés, dont une partie du GR5 mais aussi des itinérances au long cours que sont la Grande Traversée du Mercantour et celle de l’Alpi Marittime. Facile d’accès et avec un faible dénivelé, le lac d’Allos peut constituer une randonnée idéale en famille à la journée. Situé à 2 230 mètres d’altitude, c’est le plus grand lac naturel d’altitude en Europe, riche en truites et ombles chevaliers. Les plus téméraires pourront tenter l’ascension du mont Pelat qui culmine à 3 052 mètres et profiter de vues splendides depuis son sommet. Le parc est constitué de six vallées principales et deux secondaires, dont les plus connues sont celles de la Vésubie, de la Roya et de la Bévéra. L’intérêt culturel et historique du Mercantour est aussi bien présent car il abrite de splendides villages. Il ne faut pas manquer de faire une halte à Tende et sa belle architecture médiévale, autrefois cité marchande sur la route du sel. Vous aurez également un coup de cœur pour le site du village de Saorge et le charme de Saint-Martin-Vésubie, petite capitale de la « Suisse niçoise », avec ses maisons alpines et son riche patrimoine religieux.

Le conseil de Vanessa : Tout visiteur du Mercantour doit absolument se rendre au site de la vallée des Merveilles, mélangeant une nature préservée et des témoignages rupestres exceptionnels. À la fin du 19e siècle, plus de 40 000 gravures préhistoriques y furent découvertes. La plupart se trouvent autour du Mont Bégo, ce qui laisse supposer que ce dernier était sacré. Cet endroit est un témoignage unique des croyances des populations d’agriculteurs à l’âge du Cuivre et du Bronze.
Vous aimerez Le parc national du Mercantour pour :
Montagne | Sports | Rando | Nature | Lac

Conseiller où partir
Vanessa,
Journaliste montagne/environnement et voyages

L'avis de Vanessa

Les Alpes françaises m’ont toujours fascinée depuis ma plus tendre enfance et je me souviens qu’à chaque départ, c’était un vrai déchirement de quitter ce massif incroyable. Que de souvenirs j’ai accumulés, notamment depuis que je m’y suis installée il y a quelques années ! Le village de la Grave, par sa légendaire histoire montagnarde et sa dimension cosmopolite pour sa petite taille, a été un réel coup de cœur et est désormais mon camp de base. Passionnée de montagne et notamment de ski et d’escalade, je ne compte plus les journées incroyables dans le massif des Écrins, notamment un superbe Tour de la Meije dormant de refuges en refuges sur plusieurs jours.
J’ai beaucoup d’attachement envers ces montagnes, aussi sauvages qu’elles sont imposantes. J’aime aussi la diversité du massif du Mont-Blanc, où j’ai fait mes premiers pas en alpinisme avec la traversée de l’arête des Cosmiques qui offre des vues superbes sur le Toit de l’Europe et la vallée de Chamonix. Mais j’apprécie aussi les simples marches en famille ou entre amis au cœur des différentes vallées, comme celle de la Clarée toute proche de l’Italie. Vous l’aurez compris, les Alpes françaises sont un véritable paradis pour la pratique des sports de plein air à tous les niveaux et en toute saison.
Les amateurs de gastronomie, de musées et de festivals en tout genre trouveront également leur bonheur avec les nombreux événements qui se déroulent aux quatre coins du massif sur toute l’année et la grande variété des traditions culinaires. Les gourmands n’ont qu’à bien se tenir !
Quant aux amoureux des vieilles pierres, une riche histoire parfois tumultueuse a donné naissance à un patrimoine historique de première importance, dont des villes anciennes où il fait bon flâner, d’intéressants châteaux et abbayes, des villages parmi les plus beaux du pays… Voyager par soi-même avec son propre véhicule, une voiture de location ou même en transports en commun est très facile : les Alpes françaises bénéficient en effet d’un excellent réseau de communications. Vous l’aurez compris, ces montagnes n’attendent plus que vous et sauront vous séduire avec leurs nombreux charmes et atouts !

Carte interactive des lieux à visiter