Que voir, que faire dans les Pyrénées ?

Vanessa, Journaliste montagne/environnement et voyages
Vanessa, Journaliste montagne/environnement et voyages

Résidant désormais dans les Hautes-Alpes, je me suis auparavant partagée pendant plus de dix ans entre Toulouse et les Pyrénées, massif cher à mon cœur. Pour mon travail et pendant mon temps libre, j’ai inlassablement exploré les versants français et espagnols de la chaîne pyrénéenne, que ce soit à pied, en ski, en grimpant, ou en visitant tout simplement de superbes villages et témoignages du passé. La variété des paysages et la dimension sauvage de ces régions m’ont toujours profondément attirée, et je me souviens que chaque escapade, même le temps d’un week-end, constituait en elle-même un voyage au cœur des Pyrénées. Aujourd’hui, ma vie s’articule pour mon plus grand bonheur entre le massif des Écrins et les Pyrénées espagnoles dans le Haut-Aragon, ce qui me permet de continuer à découvrir ce massif.
Il y a en effet tant d’endroits incroyables à visiter et de belles expériences à y vivre ! Je vous présente donc ma sélection de lieux à découvrir, allant des plus connus aux plus insolites et confidentiels. Les amateurs de nature et de grands espaces seront comblés car les Pyrénées françaises englobent de vastes zones de montagnes, de lacs et de forêts sauvages : le parc national des Pyrénées et le parc naturel Régional des Pyrénées ariégeoises abritent des paysages magnifiques propices à la randonnée, ainsi qu’une riche faune et flore. Avis aux passionnés de sports en tout genre : vous pourrez pratiquer selon les périodes de l’année l’escalade dans le massif du Néouvielle et sur le pic du Midi d’Ossau, le parapente au niveau de la vallée d’Aspe, le rafting et d’autres sports d’eaux vives sur la Nive au Pays basque, le ski de piste, de fond et de randonnée dans une multitude d’endroits dont la station d’Ax-Trois-Domaines aux portes de l’Andorre et l’envoûtante forêt d’Iraty… Les Pyrénées jouissent également d’un patrimoine historique et culturel de tout premier plan : vous serez enchantés par les villes côtières d’Hendaye et de Collioure, par la charmante station thermale de Bagnères-de-Bigorre ou bien encore par l’énergie unique qui se dégage de Lourdes. Enfin, votre périple sera l’occasion de goûter à une gastronomie locale forte de ses traditions, comme les fameux fromages ariégeois ou les savoureux vins des Pyrénées-Orientales. Vous l’aurez compris, les Pyrénées concentrent de nombreux points d’intérêts naturels, sportifs, culturels, gastronomiques… Ce massif saura séduire tous les profils et tous les âges et peut se visiter à toutes les époques de l’année, chaque saison ayant ses charmes et ses spécificités propres.

Voir plus

Notre sélection de lieux à voir

Hendaye et le littoral basque
Temps de visite : Une journée
carte

Hendaye et le littoral basque

Histoire Culture Architecture Patrimoine Sport

Peuplée d’un peu moins de vingt mille habitants, la charmante cité d’Hendaye est située à la pointe sud-ouest de la France, là où les montagnes des Pyrénées-Atlantiques viennent terminer leur course dans l’océan. Elle fait partie de la province basque du Labourd et la baie de Txigundi, qui forme l’estuaire de la Bidassoa la sépare de l’Espagne. La cité connut bien des turbulences à cause des nombreuses guerres entre les deux nations au cours des siècles : un fort y fut construit au 17e siècle et renforcé par Vauban mais il n’en subsiste aujourd’hui que quelques ruines. Le fier Château d’Abbadia est quant à lui parfaitement conservé et mérite une visite. Edifié par le fameux architecte Viollet-le-Duc au 19e siècle sur un domaine de plusieurs hectares, il renferme une magnifique collection d’objets d’art ramenés des voyages d’Antoine d’Abbadie, explorateur et géographe. Les villas Maison Rouge et Bakhar Etchea de Pierre Loti, sont un autre exemple d’architecture originale du 19e siècle. Les ruelles du centre-ville abritent quant à elles de belles maisons typiques basques aux façades blanches et colombages colorés. Mais ce qui fait la renommée d’Hendaye est sa fameuse baie, et l’on prendra plaisir à flâner le long de la plus grande plage de la côte basque. À une extrémité de celle-ci, deux énormes rochers formés par l’érosion nommés les « Jumeaux Hendayais » permettent de jouir de vues splendides sur la ville et sa baie. Les adeptes de randonnée apprécieront de marcher le long de la Corniche basque, un espace naturel protégé qui s’étend de Ciboure à Hendaye sur dix kilomètres. D’abruptes falaises de flysch offrent des paysages à couper le souffle sur l’océan et les Pyrénées. Hendaye saura enfin vous charmer par sa grande tradition sportive — surf, voile, aviron, pelote basque… – ainsi que par ses nombreuses manifestations culturelles et musicales tout au long de l’année, souvent empreintes d’une identité basque marquée. Et n’oubliez pas que l’Espagne n’est qu’à deux pas, avec des escapades possibles à Irun, , Donostia ou même encore Bilbao

Le conseil de Vanessa : Le Train de la Rhune vous permet de contempler l’un des plus beaux panoramas sur l’océan, les collines du Pays basque et les montagnes des Pyrénées. Partant de Sare à une vingtaine de kilomètres d’Hendaye, cet authentique train à crémaillère de collection datant de 1924 vous emmène au sommet de la Rhune à près de 1 000 mètres d’altitude. Vous pourrez y observer de nombreux pottoks — une race de poney rustique emblématique du Pays basque — et vautours fauves qui participent chacun à leur manière à l’entretien de la montagne.

Saint-Jean-Pied-de-Port
Temps de visite : Une journée
carte

Saint-Jean-Pied-de-Port

Histoire Culture Architecture Patrimoine Rando

Lové au cœur des collines verdoyantes du Pays basque, Saint-Jean-Pied-de-Port se situe au confluent de la Nive et du Laurhibar, et ses habitants peuvent s’enorgueillir d’habiter l’un des « plus beaux villages de France ». Fondé au 12e siècle et faisant longtemps partie du royaume de Navarre, il mélange un cadre naturel et une architecture traditionnelle d’exception. La ville haute, entourée de remparts du 15e siècle, est un lieu important de foires et de marchés depuis plusieurs siècles. Au pied du col de Roncevaux, c’est en effet une étape majeure des pèlerins vers Saint-Jacques-de-Compostelle sur la route de Pampelune et sa vocation jacquaire se manifeste à travers ses nombreux gîtes d’étapes et enseignes caractéristiques en forme de coquillage. Une fois que l’on pénètre par la porte Saint-Jacques ou « Arrankuntzea », on a l’impression de faire un bond dans le passé de plusieurs siècles : la pente raide de la rue de la Citadelle est bordée de superbes maisons de grès rose aux colombages dans les tons ocre et aux linteaux de portes ciselés, retraçant l’histoire de certaines familles du village. On peut admirer des façades traditionnelles, dont la plus vieille date de 1510, avec leurs auvents larges et richement sculptés dans l’autre rue principale, la rue d’Espagne, par où repartaient les pèlerins. Le Pont-Neuf comblera les amateurs de photographie : de magnifiques édifices aux balcons de bois viennent se refléter dans la Nive. La citadelle de Mendiguren, fondée au 17e siècle, permet elle aussi de profiter d’un panorama intéressant sur la ville et les montagnes environnantes. Bel exemple du système défensif des places fortes bastionnées, elle est aujourd’hui restaurée et transformée en collège. Alors, que vous soyez pèlerin ou simple visiteur, perdez-vous un moment dans les ruelles de ce fascinant village, et faites une halte dans ses nombreux petits restaurants et magasins pleins de charme.

Le conseil de Vanessa : À une douzaine de kilomètres du village, Saint-Etienne-de-Baïgorry mérite un détour. C’est un village fier de ses traditions basques s’étirant tout en longueur et doté d’une splendide architecture. Il est rythmé par une vie intense toute l’année, entre courses de trails, parties de pelote basque, fêtes patronales, marchés et foires artisanales… Il ne faudra également pas manquer de faire une incursion dans la très sauvage et mystérieuse vallée des Aldudes, avec ses paysages idylliques de collines verdoyantes nichées au pied de la chaîne pyrénéenne.

Lescun et la vallée d'Aspe
Temps de visite : Une journée
carte

Lescun et la vallée d'Aspe

Histoire Culture Architecture Musée Rando

Lorsque la route s'élève depuis l'axe principal de la vallée, l'émerveillement visuel est total à la vue du petit village de Lescun et du cirque de montagnes qui l'entoure. Peuplée d'un peu moins de deux cents habitants, c'est la plus haute commune des Pyrénées-Atlantiques située à près de 1 000 mètres d'altitude. Lescun est un bel exemple d'architecture montagnarde préservée, avec ses toits en ardoise, ses maisons de pierre aux murs épais, ses lavoirs et fontaines... Quant au cirque de Lescun, il constitue l'un des plus beaux belvédères de la vallée d'Aspe, très prisé des grimpeurs et des randonneurs. Diverses possibilités s'offrent à vous, des lacs de Lhurs et d'Ansabère aux paysages lunaires du Pic d'Anie (2 504 mètres) ou à la frontière aragonaise au sommet de la Table des Trois Rois (2 421 mètres). Une randonnée idéale à réaliser en famille est celle vers les cabanes d'Ansabère, témoins de l'intense activité pastorale de la vallée. On y croise une faune variée, telle que des vautours fauves, isards, marmottes et gypaètes, et les forêts environnantes se parent de teintes sublimes à l'automne, dominées par l'imposant Pic Billare et les très esthétiques Aiguilles d'Ansabère. Lescun est un véritable écrin, fleuron de la vallée d'Aspe, une des trois vallées du Haut-Béarn qui s'étire le long du gave d'Aspe sur 40 kilomètres du village d'Escot au col du Somport. Cette vallée encore très sauvage a longtemps été le refuge d'ours bruns pyrénéens et d'intenses résistances s'y sont déroulées lors de la construction du tunnel du Somport. Elle constitue depuis des siècles un important chemin de passage des pèlerins vers Saint-Jacques de Compostelle. Elle abrite également le très beau village de Borce et ses maisons à caractère médiéval, ainsi qu'un intéressant écomusée réparti sur quatre sites qui met admirablement en valeur les atouts naturels et culturels de la vallée.

Le conseil de Vanessa : Situé à la confluence du ruisseau la Secoue et du gave d’Aspe, l’extraordinaire Chemin de la Mâture fut taillé à même la falaise dans la deuxième partie du 18e siècle pour exploiter la forêt du Pacq au-dessus d’Etsaut, afin de confectionner des mâts de bateaux servant à la marine de guerre de l’époque. Long de plus d’un kilomètre et surplombant les gorges de l’Enfer, les sensations fortes sont garanties si vous choisissez de l’emprunter… C’est aussi un point de passage du GR10 qui traverse les Pyrénées.

Les lacs de la vallée d'Ossau
Temps de visite : Au moins une journée
carte

Les lacs de la vallée d'Ossau

Histoire Culture Architecture Nature Rando

La vallée d’Ossau a su préserver comme sa voisine la vallée d’Aspe un caractère encore sauvage et abrite un riche patrimoine naturel et culturel. Son joyau est sans conteste le pic du Midi d’Ossau, emblème de la vallée à la forme caractéristique d’une dent, qui domine fièrement le paysage du haut de ses 2 884 mètres. Détail intéressant, le sommet est constitué des restes d’une ancienne caldera volcanique soulevée lors de la formation des Pyrénées. Une quarantaine de voies d’escalade parcourent la montagne, dont le fameux Pilier de l’Embarradère. La haute vallée d’Ossau recèle en son sein un grand nombre de lacs, offrant des sites naturels d’une beauté remarquable et de nombreuses possibilités de randonnées de tous niveaux. Parmi elles, le lac de Bious-Artigues, situé à 1 400 mètres d’altitude, est l’une des portes d’entrée du parc National et constitue une balade familiale idéale : le tour du lac s’effectue en une heure, avec le majestueux pic du Midi d’Ossau en toile de fond. On peut également réaliser de sympathiques balades en canoë sur le lac l’été. Plus exigeant, le tour des lacs d’Ayous est peut-être l’une des plus belles randonnées à réaliser dans le massif pyrénéen. En remontant une partie du GR10, cette boucle de cinq heures enchaîne quatre grands lacs blottis sous la face nord du pic, au cœur du parc National des Pyrénées dans des paysages naturels grandioses de lacs cristallins, de prairies de haute altitude et de montagnes élancées. Vous pourrez observer au fil de la balade une mosaïque de roches, de nombreux rapaces et vautours ainsi que des troupeaux évoluant paisiblement sur des zones de pâturages. En plus de la randonnée, il existe aussi diverses options d’explorer cette splendide vallée à VTT et à cheval.

Le conseil de Vanessa : Une excursion originale pour approfondir votre découverte de la vallée d’Ossau sera de prendre le Petit Train d’Artouste depuis la commune de Fabrèges. Paré de vives couleurs jaune et rouge, c’est l’un des trains les plus hauts d’Europe qui vous emmènera en une heure à plus de 2 000 mètres d’altitude, au cœur d’un paysage de haute montagne de toute beauté. Il est fréquent d’observer des marmottes pendant le trajet et l’excursion vous permettra d’atteindre le lac d’Artouste, d’un splendide bleu saphir et lieu idéal pour un pique-nique.

Cauterets et le Pont d'Espagne
Temps de visite : Une journée
carte

Cauterets et le Pont d'Espagne

Histoire Culture Thermalisme Nature Rando

Station thermale et de sports d’hiver réputée des Pyrénées, Cauterets s’est développée au fil du temps dans un site naturel remarquable. Entourée de montagnes au niveau de l’étroite vallée du gave de Cauterets, elle est peuplée d’un peu moins de mille habitants et vous charmera en toute saison avec son côté rétro. De belles façades témoignent de l’âge d’or du thermalisme, notamment celles des Thermes de César et des Griffons où des écrivains comme Sand, Chateaubriand, Hugo avaient l’habitude de se rendre en cure. L’ancienne gare ferroviaire est également l’un des monuments les plus intéressants du village : c’est une construction originale de type western qui sert aujourd’hui de lieu de spectacles et de manifestations. Les rues Richelieu et de la Raillère sont un lieu agréable pour déambuler et faire du shopping ou bien encore déguster les fameux berlingots qui sont des spécialités locales appréciées. En plus de l’attrait de son domaine skiable en hiver, Cauterets est un véritable paradis pour la randonnée. Le pont d’Espagne, situé à 1 500 mètres d’altitude, est l’une des merveilles naturelles à visiter : c’est un goulet d’étranglement où dévalent de nombreuses cascades au milieu d’une forêt qui débouche sur de magnifiques estives. Le chemin qui emprunte une passerelle offre des vues spectaculaires sur le site. Le pont d’Espagne permet d’accéder à la sauvage vallée du Marcadau, qui abrite une riche flore pyrénéenne, et au cirque du même nom. C’est un lieu enchanteur à parcourir en raquettes au cœur de l’hiver. Enfin, une des randonnées classiques est celle vers le lac de Gaube, facilement accessible en une heure depuis le pont d’Espagne. À 1 725 mètres d’altitude, il se distingue par sa belle forme ovale et ses tons bleu vert. En arrière-plan se détache la mythique face nord du Vignemale, le plus haut sommet des Pyrénées françaises qui culmine à 3 298 mètres.

Le conseil de Vanessa : Passer une nuit au refuge des Oulettes de Gaube peut constituer un magnifique souvenir de séjour pyrénéen. Ce dernier, perché sur un promontoire granitique, s’atteint aisément et offre une des plus belles vues sur le massif du Vignemale. Étape pour les randonneurs du GR10, on pourra croiser sur le sentier qui y mène marmottes, isards et bouquetins.

Le cirque de Gavarnie
Temps de visite : Au moins une journée
carte

Le cirque de Gavarnie

Histoire Culture Nature Rando

Le cirque de Gavarnie fait partie des merveilles naturelles pyrénéennes et peut-être même mondiales. Le choc visuel est total lorsque l’on commence à entrevoir ce sanctuaire minéral ! Cirque naturel de type glaciaire, il se situe dans le parc National des Pyrénées et l’ensemble Gavarnie-Mont Perdu est classé patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1997. C’est une muraille gigantesque en forme de demi-cercle d’une circonférence de six kilomètres, entourée par de nombreux sommets tels que le Taillon (3 144 mètres) et son point culminant le Pic du Marboré (3 248 mètres). Le fond du cirque, à 1 570 mètres d’altitude, est constitué de trois étages de gradins concentriques d’une symétrie frappante hauts de plus de 1 500 mètres. L’impressionnante cascade de Gavarnie est l’une des plus hautes d’Europe avec ses 422 mètres et trône fièrement au milieu du cirque. La très photogénique Brèche de Roland permet de basculer en Espagne vers les canyons d’Ordesa, d’Anisclo et de Pineta. À la fin du 18e siècle et au cours du 19e siècle, Gavarnie est le lieu de naissance du Pyrénéisme : des pionniers tels que Henry Russell s’intéressent à ses sommets et de nombreuses recherches botaniques et géologiques y sont entreprises, notamment par Raymond de Carbonnières. Des écrivains comme Victor Hugo, des peintres et des photographes vantent les beautés de ce « colosseum de la nature ». Le cirque est accessible à tous à partir du petit village de Gavarnie en une heure et demie de marche facile. La randonnée peut se faire à pied ou à cheval et permet d’atteindre le pied de ce fabuleux amphithéâtre, là où se tient l’ancienne hôtellerie. Le cirque jouit également d’une renommée mondiale pour la pratique de la cascade de glace en hiver et tous les ans se tient le Festival de Gavarnie, qui propose représentations de théâtre et de chant dans ce décor naturel merveilleux.

Le conseil de Vanessa : Deux autres cirques moins renommés que Gavarnie méritent eux aussi un détour et sont situés dans la même zone géographique. Celui de Troumouse est le plus vaste des trois et l’un des plus grands d’Europe, situé à une altitude moyenne de 2 200 mètres. Une jolie randonnée jusqu’au lac des Aires vous permettra de contempler troupeaux, marmottes et lys à profusion. Quant au cirque d’Estaubé, il est le plus petit mais le plus sauvage, et vous charmera également par ses très beaux décors naturels.

Lourdes
Temps de visite : Une journée
carte

Lourdes

Histoire Culture Nature Religion Patrimoine

Peuplée de seulement quinze mille habitants, Lourdes est la ville française la plus visitée après Paris et accueille chaque année plus de six millions de pèlerins et visiteurs venus de 140 pays. Que l’on appartienne ou pas à une confession religieuse, on ne peut qu’être touché par ce lieu fascinant et hors du temps situé au pied des Pyrénées sur les bords du gave de Pau dans la région historique de Bigorre. Lourdes était au 19e siècle un tranquille bourg agricole réputé pour ses carrières de pierre lorsqu’en 1858, la jeune Bernadette Soubirous déclare qu’une Dame Blanche lui est apparue à plusieurs reprises dans la petite grotte de Massabielle en bordure du gave à l’ouest de la ville. Un afflux massif de fidèles et de curieux s’ensuit rapidement et en 1862, les dix-huit apparitions sont officiellement reconnues. L’histoire de la ville en est à jamais changée. Les basiliques Notre-Dame-du-Rosaire et de l’Immaculée-Conception sont toutes les deux construites au-dessus de la grotte et vient s’ajouter dans les années 1950 une immense basilique souterraine. Lourdes devient au fil du temps un des grands centres de pèlerinage au monde avec Rome et Fatima. L’affluence atteint son apogée au mois d’août avec la fête de l’Assomption et des processions aux flambeaux sont organisées tous les soirs à cette période. Détail intéressant : le métier de « feutier » n’existe qu’à Lourdes. Ces derniers sont chargés de nettoyer les brûle-cierges tous les soirs, évacuant ainsi les déchets des 600 tonnes de cierges brûlés chaque année. La ville basse est ponctuée de nombreux hôtels et commerces. Quant au Vieux Lourdes, il mérite de s’y attarder un moment, avec ses façades restaurées, et ses jolies ruelles et placettes. Le château qui domine la ville abrite le très intéressant Musée Pyrénéen ainsi qu’un jardin botanique sur ses terrasses. Enfin, une montée en funiculaire au pic de Jer permet de contempler à 1 000 mètres d’altitude un magnifique panorama sur la ville et la chaîne des Pyrénées.

Le conseil de Vanessa : Situées à 15 kilomètres à l'ouest de Lourdes, les grottes de Bétharram comptent parmi les plus belles d'Europe. Elles peuvent faire l'objet d'une visite rafraîchissante lors des chaudes journées d'été. On pénètre dans la montagne par un orifice naturel et la partie supérieure abrite de vastes salles riches en concrétions de diverses formes. Quant à la partie inférieure, elle suit une faille naturelle, témoin de travail de l'eau. A recommander pour les petits comme pour les grands!

Le massif du Néouvielle
Temps de visite : Au moins 2 jours
carte

Le massif du Néouvielle

Histoire Culture Nature Lac Ski

Situé dans le département des Hautes-Pyrénées, le massif du Néouvielle s’étire sur 25 kilomètres de long et 17 kilomètres de large. Culminant au pic Long à 3 192 mètres, il se divise en deux parties : le domaine du pic Long au sud qui fait partie du parc national des Pyrénées et le domaine du pic du Néouvielle au nord, qui intègre la Réserve naturelle du Néouvielle, une des premières de France fondée dès 1936. Le massif est LA zone des 3000 des Pyrénées françaises : le pic du Néouvielle (3 091 m), le Pic Ramougn (3 011 m), le pic des Trois Conseillers (3 039 m)… C’est une étendue magnifique de sommets et d’arêtes granitiques façonnés par les glaciers qui ont donné naissance à de nombreux petits cirques et lacs. Le Néouvielle est en effet le royaume des lacs : il en compte plus d’une centaine, dont le lac d’Aumar qui est le plus grand lac naturel, mais aussi les lacs de barrage d’Orédon et de Cap-de-Long. Son microclimat chaud et sec a créé un environnement propice au développement de la vie en altitude : les forêts de pins à crochets atteignent des records d’altitude à près de 2 600 mètres ! Il abrite une riche flore dont une vingtaine d’espèces très rares ainsi que de nombreuses espèces animales dont celle endémique du desman des Pyrénées. La route des lacs permet de monter depuis le village d’Aragnouet jusqu’à une altitude de 2 200 mètres. Les possibilités de randonnées sont multiples dans ce massif traversé par le GR10. Le Tour des lacs du Néouvielle est un grand classique, avec l’option de dormir dans l’un des refuges qui le parsèment si vous souhaitez prendre le temps. Cette boucle peut aussi se réaliser aisément à la journée. Les plus aguerris tenteront l’ascension du Néouvielle, avec des vues splendides sur la chaîne des Pyrénées depuis l’arête sommitale. Quant au vallon d’Estibère, c’est l’un des joyaux suspendus du massif, avec ses innombrables petits lacs, étangs et tourbières disséminés entre forêts de pins et pâturages.

Le conseil de Vanessa : Un camp de base idéal pour l’exploration de cette région centrale des Pyrénées peut être le village de Barèges. Situé à 1 250 mètres d’altitude, c’est une charmante station de sports d’hiver et thermale, où l’on peut aussi pratiquer le VTT et le vélo de route à deux pas du mythique col du Tourmalet. De Barèges, vous pourrez aisément accéder au massif du Néouvielle en randonnée l’été, mais aussi en raquettes et en ski de randonnée l’hiver.

Bagnères et le pic du Midi de Bigorre
Temps de visite : Au moins 2 jours
carte

Bagnères et le pic du Midi de Bigorre

Histoire Culture Nature Rando Ski

Situé dans les Hautes-Pyrénées et culminant à une altitude de 2 876 mètres, le pic du Midi de Bigorre surgit telle une proue de navire de l’ensemble de la chaîne pyrénéenne et se distingue de loin depuis la plaine environnante. Classé Grand Site de Midi-Pyrénées, c’est un dôme majestueux qui n’est pas sans rappeler le pic du Midi d’Ossau tout proche. On peut aujourd’hui accéder à son sommet de plusieurs manières : soit à pied par des sentiers de randonnée pour les plus courageux ou bien en téléphérique au départ de la Mongie. Un panorama absolument exceptionnel sur une grande partie des Pyrénées vous attend depuis le haut. Le Pic est également un haut lieu d’observation et de recherche avec son observatoire construit à partir de 1873, doté de plusieurs coupoles et télescopes impressionnants. Chercheurs et techniciens de l’espace y scrutent la galaxie à la recherche de phénomènes célestes inconnus. Une partie du site est ouverte au public, ce qui permet de découvrir ce fascinant domaine qu’est l’astronomie. Le fameux col du Tourmalet passe au pied du pic et relie à une altitude de 2 115 mètres les hautes vallées de l’Adour et celles du Gave de Pau. Parcouru depuis longtemps par les bergers, pèlerins et colporteurs, c’est désormais un col mythique de l’histoire du cyclisme, qui fait partie intégrante de la légende du Tour de France. Enfin, située dans la bucolique vallée de l’Adour, Bagnères-de-Bigorre est idéalement située sur la route du Pic et mérite une halte ou peut constituer une base de séjour dans les Pyrénées. C’est une charmante petite bourgade et une station thermale réputée, ainsi qu’un haut lieu du ski en hiver dans les Pyrénées avec le domaine de Barèges-la Mongie. Certaines de ses maisons et bâtiments se distinguent par leur belle architecture du 19e siècle et il fait bon flâner à son marché animé en toute saison.

Le conseil de Vanessa : Vous rêvez d’une escapade originale en amoureux ? Choisissez alors de passer la nuit au sommet du pic du Midi ! L’observatoire est pourvu de quelques chambres qui vous permettront de dormir au plus près des étoiles. Vous aurez même droit à une présentation de l’histoire du Pic et de la carte du ciel. Un souvenir inoubliable avec un panorama magique sur la chaîne des Pyrénées au coucher et au lever du soleil…

Bagnères-de-Luchon et le lac d'Oô
Temps de visite : Au moins 2 jours
carte

Bagnères-de-Luchon et le lac d'Oô

Histoire Culture Patrimoine Thermalisme Ski

Située dans le département de la Haute-Garonne, Bagnères-de-Luchon est une charmante bourgade peuplée d'environ 2 000 habitants ainsi qu'une station thermale et de ski réputée. Surnommée la 'Reine des Pyrénées', elle est renommée pour ses thermes depuis l'époque romaine. Au 19ème siècle, elle connaît son essor avec la vogue des eaux thermales lancée par l'Impératrice Eugénie mais aussi avec les débuts du Pyrénéisme initiés par le comte Henry Russell. De nombreux écrivains comme Lamartine, Hugo, Flaubert viennent fréquenter la ville et ses bains et des touristes huppés et cosmopolites se pressent à son casino. Aujourd'hui, Bagnères-de-Luchon se distingue par sa belle architecture du 19ème siècle avec ses villas et son casino de style Art Déco. Proche de l'Espagne et notamment du Val d'Aran, elle offre une vaste palette d'activités sportives toute l'année: un télécabine fait la liaison entre Luchon et le domaine skiable de Superbagnères et en été, vous aurez le choix entre diverses activités comme randonnée, eaux-vives, parapente, alpinisme, escalade, VTT... La montée vers le lac d'Oô est un des hauts lieux de la randonnée dans les Pyrénées. On y accède depuis les Granges d'Astau, terminus de la petite route qui remonte vers la vallée d'Oô. Une montée facile par le GR10 vous permet d'atteindre en une heure le lac d'Oô situé à 1 507 mètres d'altitude. D'une forme et d'une couleur superbes, il est enchâssé dans un écrin de montagnes et dominé par une majestueuse cascade de près de 300 mètres de hauteur. Ce fond de vallée est en fait une superposition de trois lacs au bout desquels se trouve le cirque d'Espingo. Pour les plus aguerris, le sentier se prolonge vers les lacs d'Espingo (1 882m) et de Saussat (1 921m). Luchon fait également partie des étapes importantes du Tour de France et la région a une forte culture cycliste. Autre volet très important, la gastronomie: vous pourrez vous régaler de ses spécialités d'agneau des montagnes et de délicieuses recettes à base de gibier...

Le conseil de Vanessa : Un lieu insolite et chargé d’histoire dans les environs de Bagnères est celui de l’Hospice de France au port de Vénasque. Situé à 1 385 mètres d’altitude au bout de la vallée de la Pique, il fut construit comme lieu de refuge pour pèlerins et commerçants qui risquaient leur vie en hiver. Point de passage dans les montagnes d’un chemin secondaire de Saint-Jacques-de-Compostelle, c’est aujourd’hui le départ de nombreuses randonnées à partir duquel on peut rejoindre le massif de la Maladeta en Espagne. Il propose hébergement et restauration, et abrite un petit musée régional.

Le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises
Temps de visite : Au moins 2 jours
carte

Le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises

Histoire Culture Patrimoine rando Ski

Créé en 2009, le Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises englobe près de la moitié du département de l’Ariège, un territoire peu peuplé couvrant encore de vastes zones sauvages. Son but est de concilier protection de l’environnement et développement maîtrisé. Regroupant 138 communes, il comprend des zones de piémont et de belles vallées montagnardes. Culminant au pic d’Estats à 3 143 mètres, c’est un autre paradis pour la marche avec plus de 200 kilomètres de sentiers de grande randonnée. Son patrimoine naturel abrite une riche biodiversité dont de nombreuses espèces rares telles que le gypaète barbu, le vautour percnoptère, le grand tétras, le lys des Pyrénées… Les domaines de Guzet et de Goulier permettent la pratique du ski alpin en hiver et le site de l’étang de Lers celle du ski de fond. L’intérêt de ce parc réside aussi dans la présence de nombreux gouffres et grottes préhistoriques ornées, notamment celles de Niaux et de Bedeilhac. Deux de ses vallées peuvent faire l’objet d’une halte lors de votre séjour dans les Pyrénées : celle du Vicdessos, longue vallée glaciaire s’étirant sur 30 kilomètres, avec sa forte tradition pastorale et ses nombreuses randonnées de tous niveaux, notamment vers les lacs du Vicdessos. Mais aussi celle du Castillonnais formée des deux petites vallées de Bethmale et du Biros. La première est célèbre pour son magnifique lac du même nom, notamment à l’automne, et pour le bethmale, fromage de vache très savoureux. Riche de légendes, ses traditions sont encore bien vivantes à travers différents événements et festivals. Quant à celle du Biros, la beauté de ses sites naturels, la présence de gouffres remarquables et l’architecture typique de ses villages de montagne comme l’église fortifiée de Sentein ne manqueront pas de vous faire tomber sous le charme.

Le conseil de Vanessa : Située à la limite nord du parc dans le massif du Plantaurel, la grotte du Mas d’Azil est une cavité extraordinaire traversée à la fois par la rivière qui l’a creusée et par la route, chose unique en Europe. Véritable curiosité géologique, elle constitue également un témoignage préhistorique inestimable avec ses nombreux objets et ossements découverts, ainsi que ses gravures rupestres d’animaux. Une visite guidée d’une heure vous permettra de profiter au mieux du site et de découvrir comment hommes et animaux vivaient à l’époque préhistorique.

Font-Romeu et la Cerdagne
Temps de visite : Au moins 2 jours
carte

Font-Romeu et la Cerdagne

Histoire Culture Patrimoine rando Ski

Peuplé d’un peu moins de 2 000 habitants, Font-Romeu se situe en plein cœur des Pyrénées catalanes. À 1 750 mètres d’altitude, c’est l’une des communes les plus hautes de France. Elle occupe un versant sud dominant un vaste haut plateau entouré de sommets et son climat montagnard sec se distingue par un ensoleillement exceptionnel. Pas étonnant alors à ce que sa vocation touristique et sanitaire se soit développée dès le début du 20e siècle, avec la construction d’hôtels, de chalets, de sanatorium… Font-Romeu est aujourd’hui une petite ville dynamique à l’orientation sportive très marquée, abritant un Centre National d’Entraînement en Altitude (CNEA) où viennent se préparer des athlètes de haut niveau issus de toutes les disciplines. Une de ses curiosités principales est le four solaire d’Odeillo. Haut de 50 mètres et constitué d’une structure étonnante, ce dernier fonctionne à l’énergie solaire et est l’un des deux plus grands du monde avec celui de Parkent en Ouzbékistan. Construit à Font-Romeu pour la qualité de son climat et la pureté de son atmosphère, il a servi de modèle dans le monde entier afin de démontrer le potentiel de l’énergie solaire. Il est également possible de découvrir sur place la cuisson au four solaire. La bourgade peut être un endroit idéal où séjourner en toute saison et à partir duquel explorer la région de Cerdagne située à cheval entre la France et l’Espagne. Haute plaine entourée de sommets située à une altitude moyenne de 1 200 mètres, elle est faiblement peuplée et offre de nombreuses possibilités de randonnées, VTT, parapente… Les stations de ski de Font-Romeu, Puigmal et Porte-Puymorens permettent quant à elles de pratiquer le ski alpin dans un splendide décor souvent ensoleillé. Enfin, le festival Bio Zen, qui fête ses 10 ans cet été, comprend un programme varié de conférences, d’ateliers, de musique et de théâtre sur les thèmes de l’écologie et du développement personnel.

Le conseil de Vanessa : Le Petit Train Jaune de Cerdagne permet de profiter de cette région et de la beauté de ses paysages d'une façon originale. Long de 63 kilomètres et desservant 21 gares de Latour de Carol à Villefranche de Conflent, c'est un moyen très pratique de déplacement qui peut être l'occasion d'imaginer un voyage mêlant vélo et train à travers la Cerdagne, ou bien uniquement en train. Vous prendrez ainsi le temps de voir le paysage défiler sous vos yeux et de vous arrêter à votre guise dans les différentes petites bourgades disséminées sur ces hauts plateaux.

Les lacs du massif du Carlit
Temps de visite : Un jour
carte

Les lacs du massif du Carlit

Nature Montagne Lacs rando

À la limite entre les départements de l’Ariège et des Pyrénées-Orientales, le massif du Carlit est situé à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Font-Romeu. Ensemble granitique qui domine les bassins supérieurs de l’Ariège et de l’Aude, ses principaux sommets sont le Petit et le Grand Péric, le pic des Camporeils et surtout le pic Carlit, son point culminant qui se dresse à 2 921 mètres d’altitude. C’est la réserve d’eau des Pyrénées-Orientales car le fleuve Têt, le principal cours d’eau du département, prend sa source sur le pic Carlit. Occupant une position charnière entre les influences océaniques et méditerranéennes, le massif abrite une riche faune et flore. La zone fait en effet partie du réseau Natura 2000 : on trouve une grande variété de poissons dans ses lacs et étangs, telles que des truites fario et arc-en-ciel, mais aussi marmottes, desman des Pyrénées… Le site vous ravira par la variété et le niveau souvent facile des randonnées proposées. Le point de départ se fait en été depuis le lac de barrage des Bouillouses à 2 020 mètres d’altitude. Un système de navettes est mis en place du fait de la fréquentation touristique. Soixante kilomètres de sentiers balisés et entretenus vous attendent pour votre plus grand bonheur ! Les randonnées de l’Anneau de la Pradeille et des Etangs des Esquits sont les plus aisées et peuvent être des marches idéales à réaliser en famille : en moins de deux heures de circuit, vous aurez déjà une très belle première approche du massif à travers un paysage idyllique de forêts et de lacs. Un peu plus longue, la randonnée reine est celle de la boucle des lacs ou étangs du Carlit : en dix kilomètres de marche et 450 mètres de dénivelé, vous parcourrez douze lacs, dont les Estanys de Viver et Negre dans un décor grandiose et varié ! Normalement réalisée en quatre heures, n’hésitez pas à y consacrer la journée entière et à prendre le temps de vous arrêter pour un pique-nique, des photos ou tout simplement savourer le fait de vous trouver au cœur de cette nature magnifique !

Le conseil de Vanessa : Il serait dommage de visiter le massif sans réaliser l’ascension du Pic Carlit. Réservée à de bons randonneurs mais sans grande difficulté technique, elle s’effectue sur 14 kilomètres aller-retour et 6h30 de marche. Au terme de 1 000 mètres de montée, vous pourrez contempler un panorama extraordinaire sur les lacs en contrebas et une partie de la chaîne des Pyrénées. Le Carlit est en effet un des sommets depuis lequel on peut jouir de la meilleure visibilité.

L'abbaye de Saint-Martin du Canigou
Temps de visite : Une journée
carte

L'abbaye de Saint-Martin du Canigou

Histoire Culture Architecture Patrimoine Religion

Située dans le département des Pyrénées-Orientales, l’abbaye de Saint-Martin du Canigou est un monastère de moines bénédictins fondé au début du 11e siècle. Elle est nichée sur un promontoire rocheux sur les hauteurs du petit village de Casteil. En empruntant le chemin qui y mène, vous pourrez croiser quelques isards et serez ébahis par la beauté des lieux, que ce soit lors d’un matin brumeux, à la saison automnale, ou bien au cœur de l’hiver lorsque le paysage est recouvert d’un manteau neigeux. L’abbaye a connu une histoire tumultueuse : en partie détruite par un tremblement de terre en 1428, elle fut transformée en carrière de pierre pendant la Révolution française, ses religieux expulsés et ses biens éparpillés. Mais elle connaît une renaissance au début du 20e siècle grâce aux efforts du Père Bernard de Chabannes. Saint-Martin du Canigou est un des joyaux de l’art roman méridional. Chose rare, les contraintes du site ont fait que deux églises se superposent. Très basse, l’église inférieure est presque enterrée et creusée à même le rocher. Quant à l’église supérieure, elle brille par sa belle architecture épurée. Le cloître est orné de magnifiques chapiteaux représentant lions et béliers ailés, ainsi que des têtes humaines. L’abbaye est aujourd’hui occupée par la Communauté des Béatitudes, qui a une double mission de prière et d’accueil touristique et spirituel. Elle vous propose des visites guidées mais aussi des séjours de retraite spirituelle. Vous pourrez également participer à la messe et aux offices avec la Communauté. À la saison estivale, concerts, récitals et le Festival de musique de chambre Pablo Casals rythment la vie de l’abbaye. Quelques randonnées sont à réaliser aux alentours de ce lieu magique et empreint de spiritualité, comme celle des gorges du Cady qui vous mène en deux heures de marche à une belle cascade, ou bien encore celle vers l’ancienne tour de défense de Goa.

Le conseil de Vanessa : Un autre bel exemple d’art roman méridional est celui de l’abbaye de Saint-Michel de Cuxa, située à une quinzaine de kilomètres au nord de Saint-Martin du Canigou. Au cœur d’un paysage méditerranéen de cyprès et de pins parasols, elle brille elle aussi par sa magnifique architecture. Il ne faut pas manquer de visiter son splendide cloître et de prendre un moment pour profiter de la sérénité des lieux et de la campagne bucolique aux alentours.

Collioure et les rivages méditerranéens
Temps de visite : Au moins 1 journée
carte

Collioure et les rivages méditerranéens

Histoire Culture Architecture Patrimoine Mer

À l’extrémité orientale de la chaîne pyrénéenne sur les bords de la Grande Bleue, Collioure est célèbre pour la beauté de son site et la richesse de son patrimoine qui a séduit de nombreux artistes. Au cours des siècles, elle a successivement appartenu aux comtes de Roussillon puis aux rois d’Aragon et de Majorque. Mais en 1659, elle est officiellement annexée à la France par le Traité des Pyrénées. Son rôle stratégique est renforcé par l’ingénieur de génie Vauban qui remodèle le château et les forts. Le commerce y est intense avec son port : on y exporte huile et vin et on y importe épices et tissus orientaux. Elle connaît au 19e siècle un essor économique lié à la pêche et notamment au succès de ses fameux anchois, ainsi qu’à sa production viticole. Collioure vous ravira par ses nombreux monuments, dont l’église Notre-Dame-des-Anges et son célèbre clocher qui est un phare médiéval, l’ancien couvent des Dominicains… Elle vous surprendra également par les différents vestiges de son passé militaire : son château royal, le fort Saint-Elme et ses magnifiques vues sur Collioure où se mélangent mer et montagnes, le fort Miradou remanié sous Vauban, les tours de guet Madeloc et de la Douane… De nombreux artistes-peintres et photographes ont puisé leur inspiration dans ces lieux baignés de lumière : Georges Braque, Raoul Dufy et surtout Henri Matisse et André Derain qui y inventent le fauvisme en 1905. Le port et le quartier Mouré, ancien repère de marins et de pêcheurs, sont sans aucun doute l’âme de cette cité de la Côte Vermeille. Vous tomberez sous le charme de ce dédale de ruelles pittoresques et colorées abritant de jolies échoppes d’artisanat et des cafés chaleureux. Vous n’aurez que l’embarras du choix entre ses fêtes et ses spectacles d’art de rue, sa délicieuse gastronomie, ses vins savoureux, ses marchés colorés, ses nombreuses criques et plages qui sont une invitation à la baignade et à la détente en été.

Le conseil de Vanessa : Une façon originale de partir à la découverte de Collioure est de réaliser une randonnée en kayak de mer au coucher du soleil. Accessibles à tous, ces embarcations stables, rapides et écologiques vous permettront de glisser le long des falaises sculptées de la Côte Vermeille, de découvrir les vignobles en terrasses depuis la mer et d’accéder à des criques sauvages. Une baignade du soir et un apéritif colliourenc seront la cerise sur le gâteau de cette excursion.

Conseiller où partir
Vanessa,
Journaliste montagne/environnement et voyages

L'avis de Vanessa

Les Pyrénées ont été le premier massif montagneux que j’ai exploré en profondeur et je crois que je leur voue pour cela un attachement tout particulier. Que de souvenirs marquants et de riches expériences j’y ai accumulés ! Passionnée de montagne, c’est là où j’ai fait mes premières armes en ski de randonnée, évoluant avec émerveillement à travers les forêts des Hautes-Pyrénées recouvertes d’un épais manteau neigeux ou bien encore dans la vallée reculée du Soussouéou en aval du lac d’Artouste. J’ai aussi en tête de beaux souvenirs de ski sur piste entre amis au niveau de la petite station de Guzet en Ariège et des retours vers une vieille demeure de pierre où nous séjournions le long de petites routes de montagne serpentant au cœur de magnifiques paysages.
C’est cette dimension que j’aime dans les Pyrénées, le caractère souvent sauvage et familial de nombreux endroits. C’est également là où j’ai appris à grimper, dans la vallée du Vicdessos menant à l’Andorre ou sur le beau granit du massif du Néouvielle. Mais j’apprécie aussi les simples marches en famille ou entre amis au cœur des différentes vallées, et les Pyrénées offrent pour cela une diversité incroyable de paysages. Deux lieux figurent parmi mes préférés, le tour des lacs d’Ayous en contrebas de l’imposant pic du Midi d’Ossau et le pont d’Espagne qui mène vers le lac de Gaube et la mythique face nord du Vignemale. Vous l’aurez compris, les Pyrénées françaises sont un véritable paradis pour la pratique des sports de plein air à tous les niveaux et en toute saison.
Les amateurs de musées et de festivals trouveront également leur bonheur : le massif est riche de traditions encore bien vivaces, superbement présentées dans des musées comme celui de Lourdes, et de nombreux événements comme le très beau Festival de Gavarnie se déroulent sur l’année aux quatre coins des Pyrénées. Les passionnés de gastronomie n’auront que l’embarras du choix entre de savoureux fromages, de riches vins et d’innombrables spécialités culinaires. Quant aux amoureux des vieilles pierres, une riche histoire a donné naissance au cours des siècles à un patrimoine historique de tout premier plan : des villes thermales où il fait bon séjourner, de superbes châteaux et abbayes, des villages pittoresques nichés dans des sites remarquables…
Voyager par soi-même avec son propre véhicule est une chose très facile car les Pyrénées bénéficient en général d’un bon réseau de communications. Cela dit, par la configuration du massif, cela peut prendre plus de temps de passer d’une vallée à l’autre que dans l’arc alpin. Ces montagnes sauront vous séduire avec leurs nombreux charmes et atouts et feront de votre séjour une totale réussite !

Carte interactive des lieux à visiter