Que voir, que faire en Bulgarie ?

Élisabeth, Journaliste et photographe
Élisabeth, Journaliste et photographe

De la mystérieuse civilisation Thrace aux vestiges récents du communisme en passant par l’Empire romain et les invasions ottomanes, le tout dans des paysages riches et variés, un voyage en Bulgarie ne manque pas de merveilles à visiter, de parcs naturels à découvrir et de villes où vivre de belles expériences. Que vous aimiez l’histoire, la culture, la gastronomie, les arts, la montagne et le bord de mer, explorez nos incontournables qui vous emmèneront au cœur de l’histoire de la religion orthodoxe dans la cathédrale Saint-Alexandre-Nevski à Sofia puis au monastère de Rila. Remontez encore plus dans le temps sur les traces des Thraces au tombeau de Sveshtari ou des Romains à Varna, ville où vous pourrez aussi apprécier les plaisirs du balnéaire. Découvrez aussi de véritables villes ou villages musées comme Veliko Tarnovo, Plovdiv ou Sozopol et préparez-vous à un choc visuel face aux monuments brutalistes datant des années 80 de Buzludzha ou Choumen. Prenez aussi le temps de flâner et de vivre au rythme de Sofia, une capitale jeune et vivante.

Voir plus

Notre sélection de lieux à voir

Cathédrale Saint-Alexandre-Nevski, Sofia
Temps de visite : Une demi-journée
carte

Cathédrale Saint-Alexandre-Nevski, Sofia note 3

Il y a beaucoup de chance pour que vous commenciez votre voyage en Bulgarie par sa fort sympathique capitale. Pour vous immerger dans l’architecture et la religion orthodoxes du pays, entamez votre visite de Sofia à l’imposante cathédrale Saint-Alexandre-Nevski. Construite entre 1882 et 1912 dans un style néo-byzantin, elle comporte cinq nefs, trois autels et peut accueillir plus de 10 000 fidèles. Avec une coupole de 45 m de haut, dorée à l’or fin, des ornements recouverts d’onyx, en albâtre ou en marbre, elle est aussi d’une grande richesse. Une richesse dédiée aux soldats russes morts au combat lors de la guerre russo-turque de 1877-1878. Vous vous sentirez happé par l’atmosphère particulière du lieu où le silence, comme le décor, est d’or. La valse des multiples cierges allumés à différents endroits de la nef principale invite au recueillement. Ne ratez surtout pas la visite de la crypte transformée en musée d’art religieux. Là, vous tomberez sur la plus importante — et l’une des plus belles — collection d’icônes en Europe.

Le conseil de Élisabeth : Après tant de beauté intouchable et mystique, flânez le long des stands du petit marché aux puces qui se tient tous les jours sur la place qui donne sur l’entrée de la cathédrale. Vous y dénicherez des petits trésors de l’ère soviétique.
Vous aimerez Cathédrale Saint-Alexandre-Nevski, Sofia pour :
Art et Culture | Architecture | Patrimoine | Musées | Monuments

Le centre ville de Sofia
Temps de visite : Une journée
carte

Le centre ville de Sofia note 3

Pour vous remettre de tant de beauté, baladez-vous dans le centre de Sofia. De la cathédrale Saint-Alexandre-Nevski, vous serez en moins d’un quart d’heure dans la rue Tsar Ivan Shishman. Sympathique et branchée, elle est bordée de petits cafés, de bars et d’excellents restos sympas et « trendy ». C’est l’occasion d’entraîner vos papilles à la cuisine bulgare, riche et variée. Véritable carrefour de peuples et de cultures orientales, turques, slaves et roumaines, la Bulgarie a une gastronomie à l’image de sa richesse et de sa diversité. Orientez ensuite votre découverte du centre-ville vers le Palais de la Culture, l’imposant NDK, dont l’initiative revient à Luydmila Zhivkova, la fille du chef du parti communiste bulgare sous l’ère soviétique. Depuis la chute du communisme, il héberge toujours des événements culturels tout en ayant développé une branche « centre commercial ». Longez ensuite les magnifiques jets d’eau de la place Bulgarie qui fait face au NDK et observez les passants : des jeunes skaters aux personnes âgées bavardant sur des bancs en passant par des groupes d’amis et des familles. Tous semblent apprécier le lieu.

Le conseil de Élisabeth : Faites une pause culinaire au restaurant The Little Things, rue Tsar Shishman. On vous proposera un chouette mélange de plats végétariens et de plats de viandes ou de poissons. Profitez de votre découverte culinaire pour l’arroser d’un verre de vin bulgare blanc, rouge ou rosé.
Vous aimerez Le centre ville de Sofia pour :
Détente | Gastronomie | Monuments | Spectacles

Le monastère de Rila
Temps de visite : Une journée
carte

Le monastère de Rila note 2

Cap à 1 h 30 de route au sud de Sofia pour le monastère de Rila, dans les montagnes du même nom. Lieu de culte le plus important de Bulgarie, le monastère — classé au patrimoine mondial de l’UNESCO — fut fondé au Xème siècle par le moine Saint Ivan de Rila. Depuis le Moyen-Âge, il a survécu aux différents envahisseurs ottomans et à un terrible incendie au début du XIXe. Au fil des siècles, il a su jouer un rôle primordial dans la vie sociale et spirituelle des Bulgares. De nombreux religieux et intellectuels s’y sont retirés pour écrire, laissant sur place plus de 32 000 ouvrages et manuscrits. Des artistes de renom y ont aussi laissé de superbes traces sous forme d’icônes et de peintures murales. Au cœur des monts de Rila, vous serez saisi par la quiétude du lieu où ne vivent plus qu’une dizaine de moines. Visitez le petit musée ecclésiastique et historique au fond de la cour de monastère. Il est truffé d’objets religieux — croix, encensoirs, reliquaires… – et ne manquez pas son petit musée d’ethnographie adjacent ilustrant la vie monacale au temps de Saint Ivan. Finissez votre pèlerinage par la tour Hrielo, seul édifice datant du Moyen-Âge encore debout où les moines se réfugiaient en cas de danger.

Le conseil de Élisabeth : Connaissez-vous le journaliste et intellectuel irlandais James Bouchier ? Correspondant pour le Times dans les Balkans à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, il était un tel amoureux de Rila qu’il demanda à s’y faire enterrer. Vous pourrez aller vous recueillir sur sa tombe.
Vous aimerez Le monastère de Rila pour :
Monument | Patrimoine mondial de l'UNESCO | Architecture | Art et Culture | Musée

Plovdiv, capitale européenne de la culture 2019
Temps de visite : 1 à 2 journées
carte

Plovdiv, capitale européenne de la culture 2019 note 2

De Rila, mettez le cap vers l’est sur Plovdiv, la deuxième plus grande ville de Bulgarie. Capitale européenne de la culture en 2019, elle était - jusqu’à cette année - un véritable trésor caché du pays. Tour à tour thrace, romaine, ottomane puis bulgare, Plovdiv a des allures de Rome avec ses sept collines et son grand amphithéâtre romain, poumon de la ville. Vous pourrez y voir des concerts, des pièces de théâtre et observer les locaux s’y retrouver entre amis pour papoter, boire un café. Grimpez dans la vieille ville pour découvrir ses rues pavées bordées de jolies maisons traditionnelles en bois et longez les murs en pierre de la vieille ville médiévale. Retour vers le futur dans le quartier trendy de Kapana où vous pourrez visiter des galeries d’art contemporain et faire quelques haltes dans des bars et des restos branchés. Faites ensuite un break bien mérité dans les superbes jardins du Tasr Simeon dont on doit l’architecture paysagère du XIXème siècle truffée de splendides parterres de fleurs au Suisse Lucien Chevalas.

Le conseil de Élisabeth : L’été, rendez-vous aux jardins du Tsar Simeon à 21h les jeudis, vendredis ou samedis soirs pour assister à un spectacle gratuit et féérique, combinant lumières et effets de jets d’eaux.
Vous aimerez Plovdiv, capitale européenne de la culture 2019 pour :
Patrimoine | Détente | Art et Culture | Spectacles | Parc et jardin

Veliko Tarnovo, ville-musée
Temps de visite : 1 à 2 journées
carte

Veliko Tarnovo, ville-musée note 2

Autre ville culturelle et historique, Veliko Tarnovo est surnommée la ville-musée. À trois heures de route au nord de Plovdiv, vous plongerez en effet dans des temps moyenâgeux en arpentant les rues pavées de la vieille ville et au cœur de la forteresse Tsarevets perchée sur une colline qui surplombe la ville. Entre 1185 et 1393, sous l’ère du Second Empire bulgare, elle servit aussi de palais royal et patriarcal. Attention, la visite de la forteresse est très prisée des Bulgares, évitez donc les heures et les saisons de pointe, si vous le pouvez. De retour dans la vieille ville, attardez-vous dans les rues Gurko et Rakovski, puis au marché artisanal Samovodska Charshiya où vous pourrez faire du shopping d’objets traditionnels en bois, en bronze, des tissages et des icônes. Certains étals ou échoppes proposent même des ateliers de poterie, de tissage ou de sculpture sur bois si l’inspiration vous vient. Quant à votre estomac, il n’en perdra pas une miette grâce aux excellentes pâtisseries et autres loukoums vendus dans les parages.

Le conseil de Élisabeth : Nichée dans les méandres de la rivière Yantra, Veliko Tarnovo est bordée de superbes collines boisées. Profitez de votre passage dans la ville-musée pour randonner ou faire du vélo au bord de l’eau et dans les forêts avoisinantes.
Vous aimerez Veliko Tarnovo, ville-musée pour :
Patrimoine | Musée | Gastronomie | Marché | Shopping

Monument de Buzludzha, OVNI communiste
Temps de visite : 1 journée
carte

Monument de Buzludzha, OVNI communiste note 2

Poursuivez votre découverte culturelle de la Bulgarie par celle d’une curiosité, un monument en forme d’OVNI, au milieu de nulle part… ou presque. Mais assez de mystère, allez voir par vous-même la « soucoupe volante » de Buzludzha au cœur du pays et de la chaîne de montagnes du Balkan. Inaugurée en 1981 pour commémorer les 100 ans de la naissance du mouvement socialiste bulgare à cet endroit même au sommet du mont Buzludzha, l’étonnante structure était la maison du parti communiste bulgare. Aujourd’hui à l’abandon, le monument en béton est une sorte de symbole d’une ère révolue notamment ses mosaïques intérieures, qui sur plus de 500 m2, représentent la force et la gloire du communisme. Étalée sur trois niveaux avec une passerelle circulaire panoramique digne des prouesses architecturales du Corbusier, une salle de congrès et une coupole recouverte de cuivre — pillé au fil du temps —, la soucoupe volante est aussi impressionnante dedans que dehors. À l’extérieur, les deux étoiles rouges de rubis gravées sur la tour de 70 m qui « ancre » la soucoupe au sol ajoutent au poids du passé et… du bâtiment.

Le conseil de Élisabeth : Découvrez le monument en hiver. Entouré de neige, il en impose encore plus. Et si vous êtes skieur, faites d’une pierre deux coups en allant faire du ski dans la petite station de sports d’hiver adjacente, sous l’œil du fameux OVNI.
Vous aimerez Monument de Buzludzha, OVNI communiste pour :
Monuments | Patrimoine | Art et Culture | Architecture

Le tombeau Thrace de Svechtari
Temps de visite : 1 journée
carte

Le tombeau Thrace de Svechtari note 2

Autres temps, autres monuments. Cette fois, c’est vers un tout autre genre d’édifice que nous vous entraînons : celui du tombeau de Sveshtari au nord-est du pays, classé depuis 1985 au patrimoine mondial de l’UNESCO. Situé au cœur de la réserve archéologique de Sboryanovo, qui, sur un territoire protégé de 800 hectares, se démarque par le nombre et la nature exceptionnels de ses vestiges archéologiques du Paléolithique à la fin du Moyen-Âge, le tombeau de Sveshtari date de l’époque Thrace. Incroyablement bien conservé et seulement découvert en 1982, il date du IIIe siècle av. J.-C.. Vous serez non seulement étonné par sa taille impressionnante mais aussi par son décor de cariatides parfois multicolores mi-humaines mi-végétales. De l’antichambre à la chambre funéraire en passant par la salle latérale, vous serez transporté par ses statues de femmes aux traits et expressions aussi différents qu’étonnants. La visite du tombeau de Sveshtari est un beau moyen de se rapprocher de la culture du peuple Thrace des Gètes, pour la plupart inconnu.

Le conseil de Élisabeth : Profitez de votre passage au tombeau pour explorer d’autres ruines de la réserve archéologique de Sboryanovo. Traversez-la en voiture, des villages de Sveshtari à Malak Provets, vous tomberez par exemple sur les ruines de la ville de Helis, capitale des Gètes au IVe siècle av. J.-C. !
Vous aimerez Le tombeau Thrace de Svechtari pour :
Site archéologique | Patrimoine mondial de l'UNESCO | Art et Culture | Monuments

Varna, la perle de la mer noire
Temps de visite : 2 jours
carte

Varna, la perle de la mer noire note 2

Il est temps de découvrir les bords de la mer noire en commençant par Varna, la troisième ville du pays. À la fois port, base navale, station balnéaire, ville historique et citée moderne, passez-y plusieurs jours pour vous imprégner de toutes ses facettes. Baladez-vous sur la plage de sable fin et profitez des plaisirs balnéaires avant de faire du shopping dans l’agréable centre-ville piétonnier où la modernité se mêle parfaitement avec les bâtiments du XIXe siècle précieusement rénovés. Instruisez-vous dans le plus grand musée d’archéologie du pays puis enchainez avec les ruines de thermes romains au sud-est de la ville moderne de Varna. Ce complexe datant du IIe siècle après Jésus Christ vaut le déplacement de par sa taille — il s’agit du quatrième plus grand complexe du genre en Europe —, son état de conservation et la diversité de ses « infrastructures ». Enfin, Varna est aussi une destination gastronomique, goûtez aux plats de poissons et fruits de mer et laissez-vous embarquer dans une night-life particulièrement enjouée les mois d’été !

Le conseil de Élisabeth : Si vous êtes en famille, prolongez votre séjour à la plage en flânant dans le grand parc du centre-ville. En plus d’attractions pour les enfants, vous y trouverez des bars et des restaurants ainsi qu’un théâtre en plein air.
Vous aimerez Varna, la perle de la mer noire pour :
Détente | Station balnéaire | Art et Culture | Shopping | Musées

Sozopol, village pittoresque et station balnéaire
Temps de visite : 2 jours
carte

Sozopol, village pittoresque et station balnéaire note 2

Varna vous a donné envie de longer les côtes de la mer noire. Mettez le cap vers le sud et faites une halte à Sozopol. Situé au bout d’une péninsule, ce charmant port de pêche est aussi bordé de deux superbes plages de sable fin et combine avec harmonie balnéaire, histoire et culture. Sozopol existe en effet depuis l’ère des Thraces et a le statut de ville la plus ancienne de la côte bulgare. Baladez-vous dans les rues pavées de la vieille ville ancrée sur les rochers de la péninsule. Vous adorerez les vieilles maisons en bois, les remparts en pierre, les petits cafés accueillants et surtout l’ambiance festive du village : l’été, Sozopol abonde en concerts et en festivals qui sont pour la plupart gratuits. Le panorama sur l’île de Sveti Ivan vous donnera envie d’aller y faire un tour. Aucune excursion n’est organisée mais il suffit de demander à un pêcheur du petit port de pêche de vous y emmener le temps d’arpenter les ruines d’un monastère datant du IVe siècle av. J.-C. et d’admirer son phare construit par des Français à la fin du XIXe.

Le conseil de Élisabeth : Complétez votre séjour à Sozopol en passant quelques heures au musée d’archéologie. Vous y trouverez, entre autres, les reliques de Saint-Jean-Baptiste, découvertes en 2010 sur l’île de Sveti Ivan !
Vous aimerez Sozopol, village pittoresque et station balnéaire pour :
Station balnéaire | Art et Culture | Spectacles | Port

Monument des fondateurs de l’Etat bulgare, Choumen
Temps de visite : Une demi-journée
carte

Monument des fondateurs de l’Etat bulgare, Choumen note 1

Le monument Buzludzha vous a impressionné, celui de Choumen vous ébranlera ! Dédié aux fondateurs de l’État bulgare et inauguré sous l’ère soviétique en 1981 pour marquer les 1300 ans d’existence du pays, l’édifice est un complexe de statues géantes en béton visible à 30 km à la ronde ! De style à la fois cubiste et futuriste — et, disons-le, peu aérien —, les statues ont nécessité l’utilisation de 50 000 m3 de béton et de 2 500 tonnes d’acier… Elles représentent des dirigeants bulgares du Moyen-Âge, dont Khan Asparuh, le fondateur de la Bulgarie, et Khan Omurtag, connu pour ses talents diplomatiques et surnommé « Le Bâtisseur ». Flânez de blocs en bloc la tête en l’air et laissez-vous guider dans l’histoire de la Bulgarie à travers les sculptures étonnantes des différents dirigeants et d’animaux comme celle d’un lion imposant en granite surplombant l’un des édifices.

Le conseil de Élisabeth : Du monument des fondateurs de l’État bulgare, empruntez le chemin de 3 km qui vous amènera dans la petite ville de Choumen, précisément au pied de sa forteresse médiévale dont les vestiges valent le détour.
Vous aimerez Monument des fondateurs de l’Etat bulgare, Choumen pour :
Monuments | Patrimoine | Art et Culture | Rando

Conseiller où partir
Élisabeth,
Journaliste et photographe

L'avis de Élisabeth

J’ai toujours été attirée par les pays de l’Est. Dès que le rideau de fer est tombé, j’ai enfin pu aller voir de l’autre côté. Depuis, dès que je peux, je continue à me concocter des petits voyages d’un pays à l’autre. Parmi eux, la Bulgarie, que j’affectionne particulièrement : l’accueil est chaleureux, on y mange - et on y boit ! - exceptionnellement bien, on s’y sent en sécurité et on est subjugué par la beauté et la variété des paysages des montagnes à la mer. Outre l’art de vivre et une scène artistique et culturelle active et étonnante, c’est aussi la richesse patrimoniale et historique du pays qui me plaît. En effet, en Bulgarie, on se sent aussi étonnamment dépaysé par la culture et amusé par ses curiosités : ses monuments aux architectures démesurées, ses drôles de forêts pétrifiées, ses richesses archéologiques, ses festivals presque trop nombreux… Alors, faites comme moi, laissez-vous guider par votre instinct et votre curiosité et vous ne serez qu’au début de vos découvertes. Vous rentrerez avec une seule envie : celle d’y retourner !

Carte interactive des lieux à visiter