Jour 7 – Préparation de l’ascension du Mauna Loa


Ce que vous n’oublierez pas :
  • Le coucher de soleil au Jaggar Museum

Journée un peu plus calme au regard de celles à venir et des aventures de la veille. L’objectif est de préparer tranquillement l’ascension du Mauna Loa, de reconstituer ses forces et de prendre le temps de bien manger.

L’ascension du Mauna Loa nécessite trois jours de marche au total. Le trail et les nuits en refuge sont gratuits. La seule contrainte impose de s’enregistrer auprès des rangers du parc des volcans. C’est une mesure de sécurité, rien de plus. Nous vous conseillons de vous y plier et de prendre un maximum d’informations auprès des rangers. L’inscription se fait au background office, à l’intérieur du parc, au maximum vingt-quatre heures à l’avance. Le bureau ouvre à 8h le matin, alors autant être là de bonne heure car les capacités d’hébergement des refuges sont limitées : huit places pour Red Hill Cabin et douze pour Summit Cabin.

Les rangers vous posent une foule de questions pour remplir leur formulaire. Quelle est la couleur de votre duvet, de votre veste, … On se demande un peu à quoi cela sert. Par contre, ils vous diront si les réservoirs qui collectent l’eau de pluie à chaque refuge sont pleins, si la météo est stable sur les trois jours à venir. Et ça c’est important ! Sachez aussi qu’ils ne demandent pas d’emporter avec soi une tente de secours, qu’ils ne demandent pas d’autorisation médicale pour les enfants, qu’ils n’imposent pas un équipement minimum.

C’est à vous de prévoir votre matériel pour passer ces trois jours en sécurité. Les chaussures de randonnées sont indispensables. Les chemins sont irréguliers, le sac à dos est lourd, les refuges sont isolés, alors ce n’est pas le meilleur endroit pour « se faire » une cheville. Laissez les basquettes dans le coffre de la voiture ! Vous allez monter à quatre mille mètres, et passer la nuit là-haut. Même en été, les températures peuvent passer en dessous de zéro. En hiver, la neige et le givre sont fréquents au sommet. Il faut donc un duvet correct, si possible en synthétique, avec une température de confort comprise entre 0 et + 5°C. Le temps change vite. Vous pouvez marcher en tee-shirt, et une heure plus tard vous retrouver sous la pluie. Une tenue étanche est très agréable. Gore-tex intégral, voire pantalon k-way pour le bas, si ça fait beaucoup pour les finances ! Pour la journée, deux litres d’eau par personnes sont suffisants car il y a de quoi faire le plein dans les refuges. Mais prenez assez de carburant pour ne pas se rationner en eaux chaudes, tisanes, thés, soupes, à tout moment de la journée.

Les rangers délivrent un permis qui vous autorise à monter au sommet du Mauna Loa. Il leur permet de connaître votre programme et de déclencher les secours si vous n’êtes pas revenus au moment convenu. Votre réservation vous garantit également une place dans les refuges, car les gardes gèrent le croisement des personnes qui montent et qui descendent.

L’ascension du Mauna Loa dure trois ou quatre jours selon votre condition physique. Le premier jour nécessite douze kilomètres de marche pour mille mètres de dénivelé afin d’atteindre Red Hill Cabin. Le deuxième jour permet d’atteindre le refuge du sommet du volcan, avec toujours mille mètres de dénivelé, mais sur dix-neuf kilomètres et demi. Ensuite, il y a plusieurs variantes possibles. Vous pouvez faire le tour complet de la caldera pour atteindre le véritable et officiel sommet du Mauna Loa. C’est très long, et question paysage, vous ne verrez pas grand-chose de plus. Alors il ne reste plus qu’à redescendre. Certains le font en un jour, d’autres en deux. Nous préférons largement la version rapide. On prend son temps à la montée, mais on file à la descente. Cela représente une grosse journée. C’est tout à fait faisable, mais il faut avouer que vous serez content de revoir votre voiture !

Il existe une autre façon plus rapide pour atteindre le sommet du Mauna Loa. En partant de la Saddle Road qui traverse Big Island, une route non goudronnée mène au Mauna Loa Observatory, à 3350 m d’altitude. Le départ de cet itinéraire se situe à 400 mètres de la route qui monte en direction du Mauna Kea. Il n’est pas possible de l’emprunter sans avoir un véhicule 4 x 4. Après avoir quitté l’autoroute, il faut suivre la Hilo Kona road sur 6,5 km et la quitter en prenant à gauche pour emprunter la Observatory road. Continuez sur cette route taillée dans les coulées de lave pendant 7 km. A l’embranchement, tournez à droite et continuez logiquement jusqu’au Mauna Loa Observatory qui se trouve 14, 3 km plus loin.

Les personnes pressées campent sur le parking au terminus de la route et font l’aller-retour au sommet le lendemain. Une autre option consiste à monter le premier jour au sommet, dormir à Summit Cabin, puis redescendre le jour suivant. L’inconvénient, c’est que cet itinéraire est en dehors du parc. Cela implique que votre présence n’est pas gérée par les rangers. Vous pouvez donc débarquer dans un refuge complet. Même si vous arrivez les premiers, les autres randonneurs auront tous un permis officiel. Qui est-ce qui dormira par terre ? C’est vous !!!

Bien que plus rapide, cet itinéraire est beaucoup moins intéressant. Ce n’est pas pour rien qu’il est à l’extérieur du parc. Autre inconvénient : il est très direct. Par conséquent, le temps d’acclimatation est très court. Les chances d’avoir mal à la tête, d’être brassé et de passer une mauvaise nuit sont démultipliées.

Vous l’avez compris, la version voie normale en trois jours nous semble la plus logique. Les paysages traversés sont grandioses. La solitude est quasiment garantie. Sur trois jours, le sac à dos garde un poids raisonnable et le temps d’acclimatation est suffisant pour profiter à fond de cette incroyable randonnée.

Pour faire vos courses, c’est à Hilo que vous trouverez ce qu’il vous faut. Il n’y a rien de plus près. Et le soir lorsque la nuit est tombée, pour terminer cette journée de préparatifs, que diriez-vous de retourner au Jaggar Museum pour contempler le lac de lave by night ? Vous ne serez pas tout seul, cette fois-ci, mais tout de même, quel spectacle !


  


Guide de voyage Hawaï - Copyright Jean-François Gueux