Tout savoir sur les aurores boréales en Islande

Astuces et conseils pour bien les photographier

L’Islande, cette île mythique de l’atlantique Nord est aussi appelée la Terre de feu et de glace. En effet, elle est née du fruit de la tectonique des plaques et d’un puissant volcanisme, aujourd’hui toujours présent. On y retrouve également plus de 10% de sa surface recouverte par les glaces depuis la dernière glaciation.
Mais l’Islande, c’est aussi est un endroit du globe très propice à l’observation des aurores boréales ! Mais comment se forment-elles ? Où et quand les voir ? Et finalement comment les photographier ? Allez, on vous explique tout !

Voir plus

Notre sélection de lieux à voir

C'est quoi une aurore boréale ?

C'est quoi une aurore boréale ?

Une aurore boréale est le résultat de l’interaction entre les particules solaires éjectées depuis le soleil et notre atmosphère via la magnétosphère terrestre. Le soleil envoie constamment dans l’espace des vents solaires selon une activité cyclique (maximum tous les 11 ans environ). Ces vents solaires plus ou moins rapides (on parle quand même de vitesse de l’ordre de 500km/s en moyenne) percutent les plus hautes couches de l’atmosphère, qui nous protègent en continu contre ces rayonnements.
Mais parfois, l’activité solaire est telle que les particules des vents solaires pénètrent plus en profondeur, via le champ magnétique terrestre et interagissent avec les gaz présents dans la thermosphère. Cette interaction produit de la lumière, qui va former l’aurore boréale.

Le terme aurore boréale est propre aux aurores se formants dans l’hémisphère nord, près des pôles. A l’inverse, les aurores se formant près dans l’hémisphère sud (visibles en Antarctique, voire en Nouvelle Zélande ou Tasmanie) sont appelées aurores australes.

Le terme général lorsqu'on parle des aurores dans leur ensemble est aurore polaire.

Voir plus

Les couleurs des aurores polaires

Les couleurs des aurores polaires

Ceux qui ont déjà vu des aurores lors d’activité intense peuvent le dire sans crier à Photoshop : les aurores sont très souvent de couleurs vertes mais peuvent aussi être roses, rouges, voire bleues ! En effet, comme on vient de le voir, la couleur est due aux atomes de gaz excités dans l’atmosphère et suivant la puissance de l’interaction, celle-ci se passera à des altitudes différentes et ira donc exciter des atomes de gaz différents.
La plupart du temps, c’est l’oxygène, qui donne donc la couleur verte caractéristique, mais lorsque d’autres gaz comme l’azote sont agités, on assiste à des couleurs différentes. La vitesse et la densité des vents solaires sont aussi d’autres paramètres qui vont jouer sur les couleurs observées.

Voir plus

Quand peut-on voir une aurore boréale en Islande ?

Quand peut-on voir une aurore boréale en Islande ?

Théoriquement, nous pourrions voir des aurores boréales toute l’année puisque l’activité solaire ne s’arrête jamais, bien que cyclique. Cela dit, l’aurore polaire est un phénomène lumineux de très faible intensité comparé à la lumière du soleil la journée : on ne pourra donc jamais la voir en plein jour !

Partant de ce constat, il faut donc qu'il fasse nuit pour voir une aurore. Et dans les hautes latitudes comme en Islande par exemple, la durée du jour est totalement différente en hiver qu’en été vu la rotation terrestre et l’inclinaison de son axe suivant les saisons.
En été, les journées sont trop longues et les nuits courtes voire quasi inexistantes pour espérer apercevoir le phénomène. Il faut donc attendre fin aout / début septembre pour retrouver une longueur de nuit correcte, surtout une noirceur correcte pour apprécier les aurores boréales. La période d’observation va durer tout l’hiver jusqu’à que, à nouveau, les nuits soient trop courtes, soit vers fin mars / début avril.

Si votre but est de partir en Islande pour espérer voir une aurore boréale, il faudra donc partir entre septembre et mars.

Le second aspect à ne pas négliger, voire tout autant important, est la météo locale. Les aurores polaires se produisent à plusieurs dizaines de kilomètres en altitude (environ 100km à minima) donc vous comprendrez bien qu’il faut un ciel dégagé pour pouvoir les observer. Si en début de soirée, vous voyez déjà les étoiles, c’est un bon départ pour espérer voir par la suite les aurores !
Le pire qui puisse vous arriver est que les aurores finissent par exploser dans le ciel nocturne, mais vous trouvant sous une chape de nuages, vous verrez au mieux la masse nuageuse teintée de vert…

En Islande, la météo est très changeante et les micro-climats sont légions. Le site de météo locale Vedur possède d’ailleurs des prévisions spéciales aurore boréales où ils sortent des cartes de la couverture nuageuse qui vous seront d’une aide précieuse.

Voir plus

Où peut-on observer une aurore boréale ?

Où peut-on observer une aurore boréale ?

Comme on l’a vu précédemment, les aurores polaires se forment près des pôles nord et sud. Plus l’activité solaire sera puissante, plus le phénomène lumineux pourra être observé à des latitudes plus basses.

L’Islande, située au sud immédiat du cercle polaire arctique est donc idéalement placée pour espérer observer des aurores boréales dans le ciel nocturne. Sur le papier, l’île toute entière est donc un immense observatoire à aurores, sur le terrain, c’est un petit peu plus compliqué.

En effet, nous avons déjà vu que pour qu'une aurore soit visible, il faut qu’il fasse nuit et que le ciel soit dégagé. Mais il vous faudra aussi vous éloigner de la pollution lumineuse des villes pour pouvoir encore mieux admirer le spectacle. Par chance, l’île est relativement sauvage et sorti de la capitale Reykjavik et de sa banlieue, la pollution lumineuse sera un lointain souvenir. Alors oui, vous pourrez voir des aurores en ville, mais leur intensité paraitra moindre et si, en plus, vous voulez les photographier, ce sera plus compliqué.

Néanmoins, si votre souhait est de prendre une belle photo d’aurore boréale en Islande, le mieux est encore de cibler des beaux endroits que vous avez repérés en plein jour et d’y retourner la nuit, accompagné d’un peu de chance. Voici une liste non exhaustive des lieux photogéniques d’Islande où vous pourriez observer des aurores boréales mais surtout réaliser de belles photos :
- La péninsule de Snæfellsnes
- Le cercle d’or (Golden Circle)
- La lagune glacière de Jokulsarlon
- La carcasse du DC 4 sur la côte sud
- Les nombreuses cascades comme Skogafoss ou Seljalandsfoss sur la route 1 du sud

Voir plus

Comment photographier une aurore boréale ?

Comment photographier une aurore boréale ?

Un des pouvoir de la photographie, c’est de pouvoir rendre visible l’invisible. Concernant les aurores, quand vous les regardez à l’œil nu lors d’un moment de faible activité, vous ne verrez pas forcément de la couleur, au mieux un voile blanc dans le ciel. Lors de grosses «explosions» cependant, nul doute que l’aurore sera bien colorée et en mouvement, un rêve éveillé...

Mais pour certains, le rêve c’est de justement capter cet instant en photo. Ce n’est pas une mince affaire, mais le matériel suivant et les quelques conseils de base vous garantiront le minimum syndical en termes de résultat attendu :

- Le trépied : la photographie d’aurore est une activité nocturne où la source principale de lumière est le plus souvent l’aurore boréale elle-même. Il faut donc réaliser une pose longue de plusieurs secondes pour que la lumière ait le temps « d’imprimer » le capteur de votre appareil photo. Qui dit pose longue, dit zéro mouvement, aucun flou dû au bouger, d’où le trépied obligatoire pour ce genre de photo.

- Télécommande à distance ou retardateur : pour les plus pointilleux, ceux qui veulent être sûr que la photo soit nette, munissez-vous d’une télécommande ou utilisez le retardateur de votre appareil photo lors du déclenchement : cela évitera de faire trembler l’appareil en appuyant dessus lors de la prise de photo.

- L'objectif photo : si vous possédez un appareil réflex ou hydride notamment, vous aurez besoin d’un objectif pour réaliser l’image. Une aurore boréale est un phénomène lumineux relativement large qui peut prendre une bonne partie de votre ciel. Le mieux est donc d’avoir un objectif grand angle qui « voit » large, autrement dit du 12mm jusqu’au 24mm. Vous pourrez bien entendu réaliser des images avec des focales plus grandes (35mm, 50mm etc) mais le cadrage sera plus serré. Un autre aspect important est l’ouverture «f» de votre objectif : plus elle sera grande (f/2.8 f/1,4), plus vous pourrez faire rentrer de la lumière dans votre image sans pousser aux extrêmes les autres réglages tels que les ISO et le temps d’exposition.

- L'appareil photo : qu’il soit réflex ou hybride (voire bridge), le principal est qu’il puisse être débrayable et que vous puissiez régler manuellement les 3 différents réglages qui font l’exposition d’une photo, à savoir l’ouverture, le temps d’exposition et les ISO. Dans ces 3 paramètres, seule la montée en ISO (la sensibilité à la lumière et notamment aux hautes lumières) sera mieux gérée si votre appareil est récent. Cela est également lié à la taille du capteur à l’intérieur de l’appareil : plus il sera grand (plein format, voire moyen format) plus la taille des photosites sera grande et moins le bruit apparaitra sur vos photos.

Voici maintenant des réglages types suivant l’aurore boréale que vous aurez devant vos yeux ébahis :
- Aurore faible sans mouvement : 25s de temps de pose, ouverture à f/2,8, 1600 ISO
- Aurore faible à modéré : 15s de temps de pose, ouverture à f/2,8, 3200 ISO
- Aurore "explosive" : 5s de temps de pose, ouverture à f/2,8, 6400 ISO

Ces réglages sont bien sur très arbitraires et dépendent beaucoup de paramètres extérieurs. Si par exemple, votre ouverture maximale est f/4, il vous faudra alors faire rentrer plus de lumière en montant les ISO ou en augmentant le temps de pose. Mais si vous avez un appareil qui gère très mal la montée en ISO, l’augmentation du temps de pose sera votre seul salut…

Bref, la première chose à faire quand vous voyez une aurore, ce n’est pas de la photographier mais bien de contempler cette magie nocturne. A la seconde, commencez à travailler et n’oubliez pas votre mise au point, à l’infini ! (les étoiles doivent donc être nettes).
Enfin, si vous voulez apprendre la photographie d’aurore boréale en groupe, alors rien de mieux que de partir avec une agence spécialisée, aux côtés de guides photographes pro qui vous donneront toutes les clés directement sur le terrain.

La saison des aurores vient juste de commencer, à vous de jouer maintenant !

Voir plus

Rédacteur
Article écrit par Pierre, photographe spécialisé de l'Islande.
Publié le 2021-10-28