Florence : les 12 lieux incontournables à voir

Que voir à Florence ?

Giardino di Boboli
Temps de visite : 1h

Giardino di Boboli

Ce remarquable jardin à l’italienne, qui s’ouvre derrière le palais Pitti, est une véritable féerie avec ses jeux d’eau, fontaines, bassins, amphithéâtre et autres statues… À voir notamment le Kaffehaus, rare architecture rococo de Toscane, la surprenante grotte de Buontalenti (fin XVIe s.), avec ses concrétions artificielles semblables à des stalactites et stalagmites. Partout, la végétation est luxuriante, les cyprès droits comme des i, à l’image du reste de la Toscane. Il est fort agréable de s’égarer dans les allées en été lorsque la chaleur est étouffante en ville.

Le conseil de Partir.com : Rejoignez le jardin du Chevalier, terrasse-belvédère plantée de buis, d’où la vue est extraordinaire sur Florence et ses collines.
Vous aimerez Giardino di Boboli pour :
Patrimoine Art et Culture Architecture Jardins

Palazzo Pitti
Temps de visite : 2h

Palazzo Pitti

En 1550, le plus vaste palais de Florence est acheté par Éléonore de Tolède, l’épouse de Cosme Ier, qui souhaite s’installer dans un palais digne du grand-duché et espère trouver oltrarno, sur la rive gauche, un air plus sain qu’en ville au Palazzo Vecchio. Le palais Pitti a été édifié vers 1440 pour un banquier florentin, Luca Pitti, d’où son nom. Agrandi par Amannati, côté jardin, en 1560, puis de nouveau au XVIIe s., le palais étire une longue façade à bossages un peu austère (plus de 200 m) qui cache de splendides appartements royaux. Devenu la résidence officielle des grands-ducs de Toscane à partir de Ferdinand Ier, le palazzo tombe dans l’escarcelle de la maison de Lorraine, puis des Savoie avant d’être occupé un temps par le roi Victor-Emmanuel II, lorsque Florence est capitale du royaume d’Italie.
Le palais Pitti abrite plusieurs musées, dont la galerie Palatine, avec d’éblouissantes collections de peinture (Raphaël, Titien, le Caravage… parmi les maîtres italiens ; Rubens, Van Dyck, Vélasquez pour les étrangers…), le musée de la Mode et du Costume ou encore la galerie d’Art moderne.

Le conseil de Partir.com : Choisissez de visiter le palais le matin tôt : vous bénéficiez d’une remise de 50 % sur le prix du billet acheté avant 9h !
Vous aimerez Palazzo Pitti pour :
Patrimoine Art et Culture Architecture Monuments Musées

Cappella Brancacci
Temps de visite : 1h

Cappella Brancacci

Un autre joyau de la Renaissance dans une ville qui regorge de chefs-d’œuvre ! Cette chapelle, située dans le transept droit de l’église Santa Maria del Carmine, est tout entière décorée de fresques illustrant la vie de saint Pierre et le péché originel. Si elles ont été commandées à Masolino da Panicale par le riche marchand en soie Felice Brancacci (1423), elles ont été pour la plupart réalisées par Masaccio entre 1424 et 1428, et seront achevées par Filippino Lippi (1481-83). Célèbres parmi toutes les scènes, Adam et Ève chassés du Paradis terrestre, Le Baptême des néophytes ou encore Le Tribut de saint Pierre, dans lesquelles Masaccio excelle dans le réalisme, les expressions dramatiques et les postures des personnages. Peintre de la modernité, Masaccio, mort très jeune, reste l’un des artistes les plus novateurs de la première Renaissance italienne.

Le conseil de Partir.com : L’accès à la chapelle (payant) est consenti aux groupes de 30 personnes max. et pour une durée de 15 min seulement.
Vous aimerez Cappella Brancacci pour :
Patrimoine Art et Culture Architecture Monuments Musées

Santa Croce
Temps de visite : 1h30

Santa Croce

Santa Croce est aux plus grands artistes italiens ce que San Lorenzo est au Médicis : un véritable panthéon. Dans la plus vaste église franciscaine du monde reposent, entre autres, Ghiberti, Michel-Ange, Vasari, Galilée, Machiavel, Rossini… Commencée en 1294 par Arnolfo del Cambio, l’auteur du campanile du Duomo, l’église fut achevée au XVIe s. mais dotée d’une façade trois siècles plus tard. Les plus importantes familles florentines financèrent la construction du sanctuaire, exigeant d’avoir une chapelle somptueusement décorée à leur nom. Santa Croce est donc un témoignage des plus significatifs de la peinture florentine du XIVes. : chapelle Baroncelli (vie de la Vierge de Taddeo Gaddi) ; chapelle Castellani (Histoires de saints d’Agnolo Gaddi) ; chapelle majeure (légendes de la Vraie Croix, d’Agnolo Gaddi), chapelle Bardi et chapelle Peruzzi (Giotto, même si les fresques hélas recouvertes au XVIIIe s. ont été mal restaurées)… Ne manquez pas le gigantesque Crucifix en bois de Cimabue (fin XIIIe), restauré après la terrible crue de l’Arno de 1966, ainsi que la chapelle des Pazzi de Brunelleschi (accès à droite de l’église).

Le conseil de Partir.com : Vivez la finale du calcio storico, un spectaculaire mélange de foot, de rugby et de lutte, qui se pratique en costume médiéval. Après un défilé en costumes Renaissance dans les rues de la ville, le match se joue sur la place Santa Croce, devant l’église, le 24 juin, jour de la Saint-Jean Baptiste, patron de la ville. Tickets à retirer auprès de Box Office Toscana.
Vous aimerez Santa Croce pour :
Patrimoine Art et Culture Architecture Monuments

Basilica di San Lorenzo
Temps de visite : 1h30

Basilica di San Lorenzo

À tout point de vue, c’est le sanctuaire des Médicis. En 1418, le patriarche de la dynastie, Giovanni di Bicci, en confie la construction à Brunelleschi, là où selon la tradition s’élevait la première cathédrale de Florence (393). L’architecte réalise aussi la Vieille Sacristie, pur joyau de la Renaissance, décoré par Donatello. Au siècle suivant, le pape Léon X, fils de Laurent le Magnifique, fait appel à Michel-Ange pour achever le sanctuaire, toujours privé de façade : s’il ne parvient pas à mener à bien ce chantier, il crée la monumentale Nouvelle Sacristie et commence la bibliothèque Laurentienne, commandée par le pape Clément VII (ces deux réalisations seront toutefois achevées par ses élèves, le maître étant reparti à Rome). Enfin, c’est Cosme Ier qui projette, en 1568, la chapelle des Princes, monumental mausolée en pierres dures, dont la construction est menée à bien sous Ferdinand Ier. Symbole de leur puissance, San Lorenzo va accueillir tous les grands événements de la dynastie ainsi que les cérémonies de l’État. Les Médicis en feront leur mausolée, faisant appel aux plus grands artistes de leurs temps pour ériger leurs tombeaux (à voir, entre autres, ceux de Julien, duc de Nemours, et de Laurent, duc d’Urbin, réalisées par Michel-Ange).

Le conseil de Partir.com : La chapelle des Princes forme avec la Nouvelle Sacristie le complexe des chapelles médicéennes : l’accès, indépendant de celui de la basilique, est lui aussi, payant. Attention, fermeture le 1er, 3e et 5e lun. et le 2e et 4e dim. du mois.
Vous aimerez Basilica di San Lorenzo pour :
Patrimoine Art et Culture Architecture Monuments

Museo di San Marco
Temps de visite : 1h30

Museo di San Marco

Si l’Accademia est toute empreinte du talent de Michel-Ange, le couvent dominicain de San Marco porte la marque de l’un de ses plus célèbres pensionnaires, Fra Angelico (v. 1400-1455). À la demande de saint Antonin, le religieux florentin décora les lieux d’une centaine de fresques, notamment dans les 43 cellules des frères, où il déroula, en images, la vie du Christ avec modernité et sobriété. Remarquez aussi, la Crucifixion et Saints dans la salle capitulaire, L’Annonciation, en haut de l’escalier, chef-d’œuvre de la peinture de la Renaissance ou encore le Jugement dernier dans l’hospice des pèlerins. Vécurent aussi au couvent le célèbre prédicateur Savonarole (cellules 12 à 14) et saint Antonin, qui fut archevêque de Florence en 1445 (cellule 31). Cosme l’Ancien, qui avait financé les travaux du couvent, venait y faire retraite (cellules 38-39). Les quelques religieux encore présents de nos jours ont dû quitter les lieux en 2018, car l’ordre des dominicains a signé le décret de suppression du couvent malgré une forte protestation et un appel au pape.

Vous aimerez Museo di San Marco pour :
Musées Patrimoine Art et culture Architecture Monument

Galleria dell’Accademia
Temps de visite : 1h30

Galleria dell’Accademia

Michel-Ange est ici chez lui : non seulement il fut proclamé en ces lieux « père et maître » des arts lors de la première réunion de l’Académie et Compagnie des arts du dessin, en janvier 1563, mais le musée conserve quelques-unes de ses plus belles sculptures. En premier lieu, la statue la plus célèbre du monde, celle vers qui se tournent tous les regards : le puissant David (1504) symbolisant la force et l’indépendance des Florentins, installé jusqu’en 1873 devant le Palazzo Vecchio. Après cette œuvre de jeunesse, qui trône en majesté, arrêtez-vous sur les statues de la maturité, dont les corps semblent vouloir s’extraire du marbre : la saisissante Pietà et les troublants Esclaves inachevés qui devaient décorer le tombeau du pape Jules II. Outre les sculptures d’autres grands artistes, voir aussi la gypsothèque et la collection de peintures florentines du XIIIe s. au XVIe s.

Le conseil de Partir.com : La Galleria dell’Accademia est le deuxième musée le plus visité de Florence. La réservation en ligne sur le site du musée est donc fortement conseillée.
Vous aimerez Galleria dell’Accademia pour :
Art et culture Patrimoine Musée Architecture Monument

Basilica di Santa Maria Novella
Temps de visite : 1h30

Basilica di Santa Maria Novella

Une des églises majeures de Florence, construite par les Dominicains à partir de 1279, qui affiche une remarquable façade Renaissance en marbre polychrome vert et blanc, œuvre du théoricien des arts et de l’architecture Leon Battista Alberti (1404-1472). Le sanctuaire renferme des chefs-d’œuvre de premier plan des maîtres du Quattrocento : la Trinité de Masaccio (1427, dans la nef), qui, le premier, appliqua les règles de la perspective en peinture ; les fresques de Ghirlandaio (1485-1490, chapelle Tornabuoni derrière le maître-autel), qui dépeignent à merveille la vie florentine de l’époque ; les fresques, hélas très endommagées, de Paolo Uccello (v. 1430, Chiostro Verde)… Sans oublier, au centre de la nef, le gigantesque Crucifix de Giotto (1288-1289), peint sur bois qui représente un Christ agonisant.

Vous aimerez Basilica di Santa Maria Novella pour :
Art et culture Monuments Patrimoine

Ponte Vecchio
Temps de visite : 1h

Ponte Vecchio

On ne peut faire l’impasse sur l’iconique pont de Florence, même si le flux incessant des touristes peut rebuter les badauds les plus déterminés. Ce pont, reconstruit en 1345 après avoir été emporté par une inondation, est célèbre pour ses maisons en encorbellement qui abritent bijoutiers et orfèvres. Pourtant, il a bien failli être emporté une nouvelle fois par la terrible crue de l’Arno, le 4 novembre 1966, qui détruisit toutes les boutiques du Ponte Vecchio, envahit les sous-sols du musée des Offices, la Bibliothèque nationale et bien d’autres monuments, et laissa la ville dévastée sous une gangue du boue.
En 1565, Vasari conçoit un passage privé, dit Corridor de Vasari, entre le Palazzo Vecchio et le Palazzo Pitti pour que Cosme Ier puisse circuler en toute sécurité sans se mêler à la foule. Long d’un kilomètre, le Corridor expose une collection d’autoportraits, mais est très rarement ouvert à la visite.

Le conseil de Partir.com : La vue est particulièrement impressionnante depuis le pont : il faut le parcourir très tôt le matin avant que la ville ne s’éveille ou le soir, tard, quand les touristes ont déserté les lieux.
Vous aimerez Ponte Vecchio pour :
Monuments Architecture Patrimoine

Galleria degli Uffizi
Temps de visite : 3h

Galleria degli Uffizi

Un des musées les plus prestigieux au monde, qui offre un remarquable panorama de la peinture italienne du XIIe au XVIIIes., sans négliger d’autres écoles européennes, notamment flamande ou allemande. L’édifice fut construit à partir de 1560 par Vasari pour servir de bureaux (uffizi) à l’administration de Cosme Ierde Médicis. Et c’est son fils, le grand-duc François Ier, qui en fera une galerie, en y rassemblant ses collections personnelles. Impossible de citer tous les chefs-d’œuvre qui y sont conservés, mais on ne saurait trop conseiller, pour une première visite, les primitifs italiens, et notamment les Vierges à l’Enfant de Cimabue et de Duccio, et les maîtres de la Renaissance, tels Paolo Uccello, Piero della Francesca, Raphaël, Michel-Ange, Léonard de Vinci sans oublier bien sûr Botticelli, dont La Naissance de Vénus et Le Printemps sont les véritables stars du musée !

Le conseil de Partir.com : Préparez la visite grâce au site officiel du musée, qui répertorie toutes les œuvres d’art (en anglais et en italien) et réservez une place dès l’ouverture (8h15) pour éviter de très longues heures d’attente.
Vous aimerez Galleria degli Uffizi pour :
Musées Patrimoine Monuments Art et Culture Architecture

Piazza della Signoria
Temps de visite : 2h

Piazza della Signoria

Sur cette place, centre du pouvoir politique et civil dès le XIIIes., trône le Palazzo Vecchio, siège du gouvernement de la ville (la Signoria) avant que les Médicis ne prennent le pouvoir. Ils l’occuperont de 1540 à 1565, date à laquelle ils se transfèrent au Palazzo Pitti, de l’autre côté de l’Arno. À une allure de forteresse plutôt austère répond un intérieur richement décoré par Giorgio Vasari à la gloire de Cosme Ier : ainsi la salle des Cinq-Cents, avec son plafond à caissons orné au centre d’une Apothéose de Cosme Ier, et ses fresques illustrant les victoires de Florence sur Pise et Sienne. Ne manquez pas aussi le Studiolo, petit cabinet de travail de François Ier de Médicis, dont les peintures rappellent que le grand-duc aimait jouer les alchimistes. À côté du PalazzoVecchio, la Loggia dei Lanzi, qui accueillait des cérémonies publiques, est une sorte de musée de sculptures en plein air, dont le Persée de Cellini.

Vous aimerez Piazza della Signoria pour :
Patrimoine Monuments Art et culture

Piazza del Duomo
Temps de visite : 2h

Piazza del Duomo

Avec sa gigantesque coupole couverte de tuiles et le jeu chromatique et géométrique de ses parois blanches, incrustées de marbre vert, le Duomo (ou cathédrale Santa Maria delFiore) impose sa silhouette majestueuse dans le paysage florentin… Brunelleschi, l’architecte de génie qui éleva la coupole en 1434, voulait qu’elle surpasse en hauteur celles de Pise et de Sienne, deux rivales de la cité du Lys. La cathédrale, qui avait été commencée en 1296 sur les vestiges d’une précédente église, est flanquée d’un campanile dessiné par Giotto, lui aussi revêtu de marbre polychrome. Face au Duomo, le baptistère octogonal, sans doute le plus vieil édifice de la ville, est dédié au saint patron de Florence, Jean-Baptiste. Lui aussi couvert de marbre blanc et vert, il s’orne de trois portes en bronze, chefs-d’œuvre de la sculpture de la Renaissance. Celle du sud a été sculptée par Andrea Pisano (1330-1336) à la gloire de saint Jean-Baptiste ; les deux autres sont l’œuvre de Lorenzo Ghiberti (1403-1428). Sur porte nord se déroulent des scènes du Nouveau Testament, tandis que la porte orientale, dite « porte du Paradis », se consacre à l’Ancien Testament. Les originaux sont conservés au Museo dell’Opera del Duomo, lui aussi sur la place.

Le conseil de Partir.com : Gravissez les 463 marches de la coupole pour approcher au plus près la fresque du Jugement dernieret profiter d’un panorama grandiose à 360° sur la ville. Accédez ensuite au sommet du campanile, au terme de 414 marches, pour avoir une belle vue sur la coupole elle-même.
Vous aimerez Piazza del Duomo pour :
Monuments Patrimoine Architecture Musées Art et culture

Carte interactive des lieux à visiter