Les 8 erreurs à ne pas faire au Cap-Vert

Nos conseils pour bien réussir votre voyage

Explorer le Cap-Vert vous dévoilera une facette de l’Afrique, comme vous ne l’avez jamais vue. Vous y trouverez absolument tout, dispersé un peu partout. C’est aussi parce que le pays a autant de visages, qu’il nécessite qu’on s’y prépare rigoureusement. J’ai donc rassemblé pour vous, les différents points qui méritent votre attention. Pour vous assurer que votre voyage reste gravé dans votre mémoire, de la meilleure des façons.

Voir plus

Notre sélection de lieux à voir

Plonger les yeux fermés

Plonger les yeux fermés

Comment les Capverdiens peuvent-ils vivre sur de telles îles, pourvues de si belles plages et passer aussi peu de temps à barboter dans l’eau ? Simplement parce qu’ils en connaissent les travers ! Au Cap-Vert, personne ne se méfie autant de la mer que les Capverdiens eux-mêmes. Les courants sont si forts qu’ils attirent facilement les nageurs au large, avec une rapidité terrifiante. Les vagues sont également puissantes, bien plus qu’il n’y parait. Oubliez également les maîtres-nageurs et les postes de secours pour assurer vos arrières rouges-écrevisse. Mon meilleur conseil sera de vous fier aux locaux, s’ils vous disent de revenir sur le sable ou juste, d’éviter la baignade : écoutez-les !


Avoir un mauvais sens de l’orientation

Avoir un mauvais sens de l’orientation

Alala… On connaît tous ce moment de solitude, lorsque la carte nous fait tourner en rond, que le Wi-Fi est en congé et que nos nerfs sont tellement à vifs qu’on pourrait casser des noix de coco à mains nues. Oui oui, ce moment-LÀ. Eh bien, vous n’êtes pas au bout de vos peines. Ici, patience et sang-froid sont mères de vertu. Les panneaux peuvent être quasi inexistants. Par chance, la gentillesse des habitants sera votre meilleure guide. Sans oublier les taxis qui vous feront gagner en temps et en sérénité. Nul besoin d’être baroudeur – un vrai, avec la moustache et le débardeur kaki - pour profiter pleinement de votre séjour sur l’archipel. À votre retour, Pékin Express semblera être un vrai jeu d’enfant ! 😉

Voir plus

Ne pas aimer danser

Ne pas aimer danser

Gare à vous les introvertis, la musique est partout ! Qui a besoin d’une occasion pour danser à longueur de journée ? Certainement pas les Capverdiens. Ils apprennent à sentir le rythme et à remuer les hanches avant même de savoir marcher 💃🏼. La Morna ramène un peu de calme et de mélancolie lorsque le rhum et la fièvre du funana - et du batuku, la danse traditionnelle - font tourner trop de têtes. Chemises ouvertes, bassins endiablés : la fête pourrait bien durer 20 minutes ou continuer jusqu’au petit matin. Et là encore, je ne peux rien promettre. Dites-vous que quoique vous fassiez, vous n’y échapperez pas et tant mieux, cela fait partie du voyage.


Être pressé.e par le temps

Être pressé.e par le temps

Alerte au choc culturel, votre montre pourrait en perdre son tic-tac ! Durant votre séjour, vous constaterez vite que le temps s’écoule différemment de ce côté de l’Atlantique. « J’arrive » signifie « Je suis loin d’être parti », 10mins valent bien 1h30… « No Stress » est même une devise nationale, c’est vous dire. Tout est bon pour ne pas se presser. D’ailleurs, n’essayer surtout pas d’activer la cadence, vous aggraverez tragiquement la situation.


Ne pas être sociable

Ne pas être sociable

L’archipel Capverdien est un petit pays où la richesse se trouve plus dans le cœur que dans le porte-monnaie. Quant à la nature, disons qu’elle a du caractère et aime souvent rappeler au peuple qui fait la loi. Autant de raisons qui poussent les habitants à prendre soin les uns des autres. Petits et grands se côtoient et partagent chaleureusement les moments du quotidien. La convivialité est essentielle pour réussir à vivre en communauté. Seules les excursions au cœur de la nature vous éloigneront des moments partagés, et encore !


Partir sans coupe-vent

Partir sans coupe-vent

Pensez que, parce que vous êtes en Afrique, le vent et les intempéries ne vous atteindront pas et l’une des erreurs les plus courantes. Vous ne savez pas où vous mettez les pieds ! L’archipel est connu pour ses rafales de vent venu du large. La première fois, vous serez surpris, la dixième fois, vous n’en pourrez plus ; surtout s’il est accompagné de sable piquant. Par chance, les bourrasques atteignent rarement l’intérieur des terres et préfèrent se convertir en brise salvatrice. Quoiqu’il en soit, prenez vos dispositions : casquette, coupe-vent et tee-shirt à manches longues vous sauveront la peau.


Ne prendre que des chaussures plates

Ne prendre que des chaussures plates

Bonjour, j’ai reçu un message de vos pieds. Ils se demandent ce qui vous a pris de ne prendre que des tongs et des chaussures de ville dans votre valise. Mais enfin, qu’est-ce qui vous est passé par la tête ? La marche, la randonnée, les kilomètres… Impossible d’y échapper si vous ne choisissez pas l’option farniente. Heureusement, vous passeriez à côté de ce que le Cap-Vert a de plus beau à offrir. Mais ce n’est pas une raison pour débarquer en touriste du dimanche, je vous prie de vous équiper correctement camarades !


Avoir le mal de mer

Avoir le mal de mer

Quand on vous dit « L’archipel du Cap-Vert », il y a bien un moment où vous avez compris qu’il allait falloir passer d’une île à l’autre. Souvent par la voie maritime, de surcroît. Ah non ? Remarque, ce n’est pas comme si l’info était dans le titre. Bref, nous y voilà, faisant la queue pour conquérir une nouvelle île. Le bateau est déjà plein à craquer et prêt à prendre le large. Deux options s’offrent à vous : soit bondir sur le pont et hisser la grand-voile en espérant que la mer soit bonne. Soit, rester sur place, les fesses vissées dans le sable, en espérant que tous les aéroports soient construits et opérationnels avant la fin de votre séjour. C’est vous qui voyez 😉.


Guide Rédacteur
Article écrit par Lolita, rédactrice Partir.com.
Revu par Boa, guide local au Cap-Vert.
Publié le 2022-03-08